Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2017

le temps passe.

merveille,p'tite soeur,la vie

merveille,p'tite soeur,la vie

 

 

Elles avaient deux ans, Merveille aimait déjà le chocolat, P'tite sœur était encore sauvage...

11/05/2017

Ecrire ou ne pas écrire.

Toutes les vies sont extraordinaires même les vies de "simples citoyens".
Je déteste être traitée de "simple citoyen".
Je me demande toujours ce qui permet à ces journalistes ou ces hommes politiques de nous traiter de "simples citoyens".
Eux qui n'auraient aucune audience et encore moins d'importance sans nous.

Je ne suis pas Marguerite Duras qui put écrire des pages et des pages dans son roman "La douleur" sur l'agencement de son placard à produits d'entretien.

Je me souviens seulement de l'eau de Javel.
Je n'ai plus le livre et je n'ai pas envie de le racheter pour savoir sur quels autres produits elle écrivait.

Il me serait facile d'écrire sur les chaussettes orphelines si le problème n'avait pas été réglé chez nous par l'achat exclusif de chaussettes noires.

Je pourrais écrire sur les pulls du Goût, ils font des "bouloches".
Tous, absolument tous !
Je ne sais pas si le Goût est créateur de "bouloches" ou si les pulls sont aujourd'hui de mauvaise qualité.

Finalement on peut écrire sur n'importe quoi.
J'ai écrit sur n'importe quoi...

10/05/2017

C'est eux ou c'est moi ?

Hier, j'avais besoin d'aller au Bon Marché.
Pas pour acheter des livres, quoique...
On est quand même sorti avec deux livres de poche.
J'avais besoin de trouver un truc en coton qu'on ne trouve que dans les grands magasins et le Bon Marché est le plus calme des grands magasins.
Le Goût suivait.
Il avait mal au dos.
Il avait fait l'andouille en mettant ses chaussettes et hop ! Coincé !
Il a dit souvent "aïe" mais finalement pas plus que moi.
J'ai mal au dos en permanence et on ne s'habitue pas vraiment.

Depuis le début de la saison j'ai des envies d'asperges.
Je n'en ai mangé qu'une seule fois de bonnes.
Hélas depuis je ne trouve que des bouts de bois.
Hier, j'ai enfin vu les asperges rêvées : Fines, blanches, tendres.
Mais à un prix exorbitant alors j'ai abando
nné l'idée des asperges...

J'adore aussi les pivoines.
C'est ma fleur préférée, j'en ai vu hier, superbes, odorantes...
Elles venaient de Provence.
Elles sentaient la pivoine.
J'ai regardé le prix, exorbitant lui aussi.
J'ai abandonné l'idée des pivoines...

Suis-je devenue raisonnable ?
Ou bien se faire plaisir est-il devenu un luxe ?

bon marché,pivoines,asperges

bon marché,pivoines,asperges

 

 

08/05/2017

La vie aux champs.

lakevio.jpg

Et voilà...

C'est déjà une petite victoire, j'ai réussi à la faire venir.
Elle est sur la défensive.
Il est vrai que nous ne nous voyions qu'au lycée et que nous avons l'esprit de compétition.
Il va me falloir de la prudence pour lui faire comprendre que je m'intéresse à elle.
Plus même, que je l'aime et que je suis capable de mourir pour elle.
J'ai tout de même seize ans ! Je suis un homme !
                              ****

Il me plaît.
Et c'est la première fois qu'un garçon me montre que je lui plais.
J'ai un peu peur.
Je n'ai que quinze et demi et mes parents n'aimeraient pas me savoir seule avec lui.
Et si jamais il voulait m'embrasser ?
Il serait gêné par mes bagues et je serais morte de honte...
                              ****

Ils se regardent.
Ils attendent.
Le garçon se rapproche.
Il est temps de partir.
Je laisse à eux seuls leur premier baiser.

07/05/2017

J'ai rendu les filles.

C'est confirmé.
Il faut que je change de canapé.
Il me faut un convertible deux places.
Pour la première fois P'tite sœur a dormi à la maison.
Elle a fait le tour du cadran.
Merveille aussi mais en décalé.

Nous ne pouvons pas avoir plus de place alors il va falloir devenir plus ingénieux et ce n'est pas mon truc.

Heureusement qu'il faisait beau vendredi.
La "Coulée Verte" était pleine de gamins.
Ça se résume à ça les activités de l'après-midi lorsqu'il fait beau et qu'il n'y a pas de crédits : Une malheureuse maîtresse se déplace avec dix-sept gamins déchainés.
L'institutrice est partie avant nous avec sa troupe et je l'ai entendue dire à Merveille : "Toi, je te laisse à tes grands parents".

Le Goût peut jouer les jolis cœurs, nous sommes passés du côté obscur, bon, je le savais déjà mais quand même.

C'était bien mais crevant, je n'ai pas besoin qu'on me rappelle mon âge.
Mon dos fait ça très bien.

Les filles, JJF, pluie