Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/08/2020

Comme des poissons dans l'eau

Prenez quatre petites filles qui reviennent de vacances à la mer et qui gardent des traces de bronzage.

Faites tremper par forte chaleur à une heure raisonnable.

Laisser mijoter.

Lorsqu'elles sortent, elles sont cuites.

Elles dormiront bien et aucune de réclamera sa mère...

vacances,petites filles,chaleur

12/08/2020

Le Goût a certainement un problème avec la province !

Lorsque nous sommes partis le mois dernier, le Goût venait de déclarer un zona.
Zona heureusement pris à temps.
Il arrive au Goût d'être protégé des dieux...
Il n'en garde aujourd'hui que quelques traces qui ne seront vues que par quatre petites filles car le Goût va devenir maître-nageur pour quelque temps.

Donc, comme je vous le disais, il a sûrement un problème avec la province.
Demain, nous retournons en province.
N
ous partons demain et emmenons Merveille et P'tite Sœur.
Évidemment, un autre malheur le frappe : Il a le gros orteil comme un melon.
Enfin, disons plutôt gros comme un prune.
Et de la même couleur.
C'est vilain comme tout !

Il s'est cogné deux fois dans un tabouret et pour finir l'ouvrage, il a buté dans le trottoir.

Je pars donc avec un boiteux.
Joffrey de Peyrac , sors de ce corps ! 
Tu seras quand même maître nageur.
Je ne sais pas nager...
L'eau de la piscine devrait améliorer ça.

le goût,zona,gros orteil

10/08/2020

La boulangère a des écus.

Chaque année, c'est la même chose.
Les boulangeries ferment les unes après les autres sans concertation ni avertissement.
Il nous faut aller de plus en plus loin pour trouver notre "baguette tradition".

Il reste une boulangerie dans le coin.
Elle pratique des horaires d'été.
Elle pratique surtout des "paiements du dimanche".
En effet, depuis trois ans que nous sommes là et la pratique existait probablement avant, l'affichette du dimanche est là, devant la caisse.

"La carte bleue est en panne".

La carte bleue n'est en panne que le dimanche.
Mais tous les dimanches.
N'ayant pas un sou vaillant, le Goût a fouillé ses poches, en a sorti quarante cents.
La vendeuse a dit "bon, ça ira..."
La cliente devant lui n'avait pas un sou, seulement sa carte Visa.
Elle a eu une baguette gratuite...
Le protocole a été allégé.
Avant il fallait aller à la tirette pour avoir le droit de manger du pain médiocre.
Maintenant, même sans sou, la baguette médiocre est accessible...

Cette année, le quartier manque de touristes.
C'est chouette pour les habitants moins pour la boulangère car vous pensez bien que tout le quartier connaît "la panne du dimanche".

dimanche, boulangerie, baguette

04/08/2020

Je n'arrive plus à écrire.

vacances,merveille et p'tite soeur

Je n'arrive plus à écrire.
Ce n'est pas l'alcool bu par le Goût qui me monte à la tête, non.

C'est sans doute dû aux vacances qui approchent...
Pour la première fois nous partons avec les filles.
D'habitude, elles viennent quelques jours chez nous, nous en profitons pour faire du tourisme avec elles dans Paris.
Cette année avec le covid - je continuerai à dire "le" car je ne vais pas féminiser une pandémie- ce ne serait pas drôle du tout de faire du tourisme à Paris sans café ni boutiques.

Cette année Paris est vide, j'adore Paris comme ça mais visiter le Louvre par paquet de cinq-cents personnes, c'est parfait mais que voulez vous voir en seulement trente minutes ?
En plus c'est sur réservation alors ça ne me tente pas.

Nous partirons donc dans une semaine, sans avoir de billet de retour, nous verrons bien...
C'est la première fois que P'tite Sœur quitte ses parents pour aller ailleurs que chez nous.

Elles seront quatre cousines, deux paires de sœurs.
La plus âgée, c'est Merveille, ça tombe bien, elle va pouvoir exercer son droit d'aînesse en toute liberté.

Bon, en même temps, on ne se cache pas une certaine inquiétude car la petite peut monter facilement dans les aiguës en cas de dissensions...

Croisez les doigts pour nous.

30/07/2020

La rue Rambuteau

Quand je suis arrivée, mon nouveau quartier était comme ça :

paris,rue rambuteau,les halles

Lorsque j'arrive dans le quartier, la rue Rambuteau est longue.
Elle commence rue des Archives Nationales et finit aux Halles.

Les Halles existaient encore.
Ce qui deviendra le "Quartier de l'Horloge" est un coin tout lépreux et noir.
Le Centre Pompidou est encore un projet fumeux.

J'habite du côté des Archives Nationales, au quatrième étage sans ascenseur.
C'est un appartement biscornu mais charmant et je travaille dans la rue.
Je ne passe guère par la rue Montorgueil car je n'ai pas le temps.

Je verrai la fin des Halles, le trou des Halles qui a failli engloutir Saint Eustache.
Je verrai aussi l'arrivée massive des rats dans le quartier.
Ils ne sont pas tous partis à Rungis, certains sont restés parisiens...

J'irai faire connaissance avec le nouveau Forum des Halles dont je ne serai jamais une grande fan.
Je préfère, et de loin, l'église Saint Eustache qui s'enfonce doucement.

Je verrai la construction du Centre Beaubourg et la destruction de tout un quartier dont les gens seront relogés en banlieue.
Ce n'est pas un choix pour de nombreux Parisiens modestes qui n'ont déjà plus les moyens de se loger dans leur ville.

Aujourd'hui la rue Rambuteau a perdu son âme et ses commerces.
Les enseignes comme "À la mère de famille", où le moindre chocolat coûte un bras et n'est pas meilleur qu'ailleurs, ont aujourd'hui pignon sur rue.
Il n'y a plus de vrai charcutier, mais des traiteurs en pagaille.

Lorsque l'Ours était petit, j'achetais ses pyjamas chez Unishop comme toutes les mères du quartier.
Aujourd'hui, Unishop n'existe plus, c'est devenu une boutique sans âme, sûrement une marque de vêtements qui viennent de Chine.

Voilà, Francesca, ce qu'est devenu le quartier Rambuteau.
Tu n'y reconnaîtrais plus rien...
Voilà ce qu'est devenu mon ancien quartier :

paris,rue rambuteau,les halles