Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2022

Devoir de Lakevio du Goût No 111

Devoir de Lakevio du Goût_111.jpg

J’aime cette toile calme de Marc Chalmé.
Néanmoins…
Je me demande ce qui traverse l’esprit de ces deux enfants 
Bah… On le saura lundi, vous aurez des idées j’en suis sûr…

Louis essaie de remonter le moral de sa sœur.
Leurs parents viennent de leur annoncer qu'ils allaient déménager car leur père a été choisi pour représenter son entreprise à Londres.
« Même pas trois heures de train ! » a dit leur mère.
Leur père, lui, n'a rien dit.
Il s'entraîne et lit le Guardian dans son bureau...
« Nous viendrons toutes les vacances ! V
ous verrez, vous garderez vos amis ! » a dit leur mère. 

Suzanne ne veut pas mais à douze ans on n'a pas son mot à dire...
Elle sait qu'elle va perdre ses amis, qu'elle ne verra plus Julien et que cette garce de Camille va prendre sa place de confidente.
Elle sait bien qu'elle va perdre ses repères, qu'il faudra du temps pour apprendre correctement l'anglais.
Mais elle aime tellement sa ville, son quartier...
Bien sûr, elle passera quelques jours de vacance mais ses amies lui parleront de nouveaux profs et puis rapidement elle perdra ses amies, elles l'auront oubliée, elles ne viendront plus.

Louis est content, il est persuadé qu'il va rencontrer Beckham.
Lui, il ne s'intéresse qu'au foot.
Il n'est pas nostalgique.
Il n'a même pas pensé qu'il lui faudrait apprendre une nouvelle langue...

22/11/2021

La fille de joie est triste...

Devoir de Lakevio du Goût_105.jpg

Si vous vouliez bien raconter une histoire pour lundi…
Une histoire dans laquelle on trouverait les mots :
Pourriture, amateur, jambon, ecchymoses, tangage, rideaux, équivoque, harceler, s’abstenir.
Ça ce serait bien.
Vivement lundi !

Non, on ne peut pas le traiter d'amateur, c'est une vraie pourriture, mon "oeil au beurre noir" en est la preuve.

Faut dire que je suis sa meilleure gagneuse !
Je suis punie chaque fois que je ne ramène pas mon quota !
Les ecchymoses que j'ai sur le corps en sont la preuve.
J'attire encore plus les mecs tordus lorsque j'ai des marques, ils en profitent et en ajoutent quelques autres...

Il vient de me faire l'amour, plutôt bien d'ailleurs.
Il pas d'équivoque de sa part : Il ne m'aime pas, il me récompense d'obéir et moi pauvre idiote, je ne comprends que le langage du corps.
Il faut dire qu'enfant déjà, je devais m'agenouiller devant mes frères pour une tranche de jambon.

Il va bientôt me remettre au travail, il va aller montrer à Marie qui est le chef.
Elle est malade ? Il s'en fiche !
Il va la harceler.
Elle souffre ? Et alors ?
Il va nous mettre ensemble, séparées par un rideau, pas question de s'abstenir, les filles de joie sont parfois retrouvées dans un sale état...

Sont bien mignonnes les filles du Nid !
Elles veulent nous aider !
Elles ne connaissent pas notre vie, le soir, elles rentrent chez elles, leurs enfants les attendent, leur mari aussi.
Elles ne voient des bleus que sur notre peau...

15/11/2021

Devoir de Lakevio du Goût N°104

Devoir de Lakevio du Goût_104.jpg

« À quoi rêvent les jeunes filles » se demandait Alfred de Musset.
Je me demande à quoi rêve celle-ci, dessinée par Norman Rockwell.
Et vous ?
À quoi pensez-vous en regardant son air inquiet ?
Dites-le lundi…

Maman a dit oui !
D'habitude, elle me laisse aller fêter les anniversaires mais ma
sœur est toujours là et elle répète tout.

Aujourd'hui, je me prépare pour ma première "boum" officielle.
Oui je sais, le mot date de mes grands parents mais il est redevenu à la mode...

Je scrute mon front, évidemment j'ai quelques boutons d'acné.
Mamie a dit qu'il fallait que j'arrête le chocolat et la charcuterie.
Impossible, j'aime trop la raclette !

J'espère que Louis est invité.
Il me plaît beaucoup, il est poli, gentil.
Et surtout il est "bôôôôôôôôôôôôôôôôôô" !

Je me demande comment je vais m'habiller.
Une jupe longue ?
Un petit short avec des collants ?
Il commence à faire froid...
Je n'ai pas le droit de me maquiller parce que je suis trop jeune.
Je vais mettre du baume à lèvres teinté, il me fait une jolie bouche...

"Miroir, mon beau miroir..." mais je me fiche des contes de fée.
Je suis presque adulte mais j'ai le trac.
Je regrette presque que Maman ait dit oui.

18/10/2021

Perdue en forêt.

devoir de Lakevio du Goût_101.jpg

Je pense que vous en avez assez des œuvres de John Salminen mais que voulez-vous, elles me posent toutes des questions auxquelles j’essaie de répondre.
Si vous m’aidiez, vous aussi à y répondre, ce serait gentil.
Mais ce serait trop simple.
Il faut d’abord trouver quelles questions posent l’œuvre, et je sais qu’elle ne pose pas les mêmes à chaque observateur.
Puis, quand vous avez enfin une question qui vient, il reste à y répondre…
J’aimerais que vous commenciez votre devoir par « Ce fut un chagrin désordonné », comme écrit Maupassant dans « Un cœur simple ».
Ce serait chouette aussi que vous le terminassiez sur « Le centre du combat, point obscur où tressaille la mêlée, effroyable et vivante broussaille, » comme disait Victor Hugo dans « L’expiation »
J’eusse aimé que vous y casassiez aussi le célèbre « L’espoir changea de camp, le combat changea d’âme. »

Ce fut un chagrin désordonné, et pour cause...
Je n'avais absolument aucune envie de traverser le bois de Vincennes pour aller chercher du côté du château de Vincennes, une toute petite pièce.
Chinoise, la pièce, pour les bidouilles du Goût.
Il faisait froid, j'étais trop peu couverte et mes chaussures n'étaient pas étanches, Je craignais le refroidissement.
Tout ça pour que celui que j'avais épousé pour le meilleur et pour le pire, puisse se reposer le dos.

Je n'arrêtais pas de pester.
Je me cognais les pieds dans des cailloux cachés par la neige.
Et j'imaginais mon seigneur et maître sur le canapé, profitant de mon absence pour mettre de la musique à fond !
Arrivée dans la minuscule échoppe, le Chinois centenaire m'annonça que la pièce était manquante.
Il me le dit avec le sourire de celui qui espérait me vendre la pièce un peu plus tard mais beaucoup plus cher.
Il avait l'air sûr de la victoire.
Je le prévins que je renonçais à la pièce, le Goût aurait bien une idée...
Le Chinois grimaça, sentant le bénéfice lui échapper.
L'espoir changea de camp, le combat changea d'âme.
Á peine sortie du Bois, je m'installai dans un salon de thé, heureuse de lire tranquillement en savourant mon café.
L'homme devait commencer à s'inquiéter, il me penserait perdue.
S'il voulait en découdre avec sa pièce, il viendrait se frotter au Chinois.
Je le connaissais, sa boutique serait l
e centre du combat, point obscur où tressaille la mêlée effroyable et vivante broussaille.

13/09/2021

Cris et chuchotements.

Devoir de Lakevio du Goût_96.jpeg

Ce matin, j’ai été distrait par les piaillements des enfants qui rentraient au collège en face de chez nous.
Je les ai regardés.
Des souvenirs sont revenus.
Et vous ?
Une rentrée des classes vous a-t-elle particulièrement marqué.
J’espère qu’on en saura plus lundi.

Aujourd'hui j'ai l'âge de ma petite fille.
J'ai une blouse rouge,avec mon nom et ma classe brodés au "point de chaînette".

Je viens de changer d'endroit pour une histoire de discipline qui me poursuivra partout.
Cette histoire qui fera que je n'aurai jamais la "cote d'amour".
Je sais maintenant que c'est ce jour là que je connaîtrai l'injustice.
C'est aussi à ce moment là que je rencontrerai mon amie d'enfance.
Elle est morte trop jeune mais elle fut mon amie d'enfance...

Il vous faut savoir pour comprendre, qu'enfant j'ai souffert d'otites à répétition.
J'en avais gardé une oreille un peu faible et le bruit ambiant me gênait.
Ce matin là, nous sommes réunies dans la grande salle qui fait office de cantine et de salle de sport.

Ce jour de rentrée, on y fait "l'appel"
Je crois reconnaître mon nom.
Je lève la main.
Manque de chance j'ai mal entendu... Je bafouille une excuse.
Deux minutes s'écoulent, je crois de nouveau entendre mon nom.
Je lève la main.
Et non, ce n'est toujours pas moi.
Bien entendu lorsqu'on appellera mon nom, je ne l'entendrai pas.
Bingo ! Collée le premier jour !
Tout ça parce que j'ai une mauvaise oreille.
Je serai ce jour là injustement traitée.
On me créera aussitôt un "dossier".
Je serai "l'insolente" et ce truc me collera à la peau parce que je n'aime pas l'injustice.

Résultat ?
Je persiste dans mon idée que beaucoup trop de profs jugent d'après les dossiers et que les bons profs ne sont pas nombreux..
C'est tellement plus facile
que chercher à connaître ses élèves.