Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/10/2021

Perdue en forêt.

devoir de Lakevio du Goût_101.jpg

Je pense que vous en avez assez des œuvres de John Salminen mais que voulez-vous, elles me posent toutes des questions auxquelles j’essaie de répondre.
Si vous m’aidiez, vous aussi à y répondre, ce serait gentil.
Mais ce serait trop simple.
Il faut d’abord trouver quelles questions posent l’œuvre, et je sais qu’elle ne pose pas les mêmes à chaque observateur.
Puis, quand vous avez enfin une question qui vient, il reste à y répondre…
J’aimerais que vous commenciez votre devoir par « Ce fut un chagrin désordonné », comme écrit Maupassant dans « Un cœur simple ».
Ce serait chouette aussi que vous le terminassiez sur « Le centre du combat, point obscur où tressaille la mêlée, effroyable et vivante broussaille, » comme disait Victor Hugo dans « L’expiation »
J’eusse aimé que vous y casassiez aussi le célèbre « L’espoir changea de camp, le combat changea d’âme. »

Ce fut un chagrin désordonné, et pour cause...
Je n'avais absolument aucune envie de traverser le bois de Vincennes pour aller chercher du côté du château de Vincennes, une toute petite pièce.
Chinoise, la pièce, pour les bidouilles du Goût.
Il faisait froid, j'étais trop peu couverte et mes chaussures n'étaient pas étanches, Je craignais le refroidissement.
Tout ça pour que celui que j'avais épousé pour le meilleur et pour le pire, puisse se reposer le dos.

Je n'arrêtais pas de pester.
Je me cognais les pieds dans des cailloux cachés par la neige.
Et j'imaginais mon seigneur et maître sur le canapé, profitant de mon absence pour mettre de la musique à fond !
Arrivée dans la minuscule échoppe, le Chinois centenaire m'annonça que la pièce était manquante.
Il me le dit avec le sourire de celui qui espérait me vendre la pièce un peu plus tard mais beaucoup plus cher.
Il avait l'air sûr de la victoire.
Je le prévins que je renonçais à la pièce, le Goût aurait bien une idée...
Le Chinois grimaça, sentant le bénéfice lui échapper.
L'espoir changea de camp, le combat changea d'âme.
Á peine sortie du Bois, je m'installai dans un salon de thé, heureuse de lire tranquillement en savourant mon café.
L'homme devait commencer à s'inquiéter, il me penserait perdue.
S'il voulait en découdre avec sa pièce, il viendrait se frotter au Chinois.
Je le connaissais, sa boutique serait l
e centre du combat, point obscur où tressaille la mêlée effroyable et vivante broussaille.

13/09/2021

Cris et chuchotements.

Devoir de Lakevio du Goût_96.jpeg

Ce matin, j’ai été distrait par les piaillements des enfants qui rentraient au collège en face de chez nous.
Je les ai regardés.
Des souvenirs sont revenus.
Et vous ?
Une rentrée des classes vous a-t-elle particulièrement marqué.
J’espère qu’on en saura plus lundi.

Aujourd'hui j'ai l'âge de ma petite fille.
J'ai une blouse rouge,avec mon nom et ma classe brodés au "point de chaînette".

Je viens de changer d'endroit pour une histoire de discipline qui me poursuivra partout.
Cette histoire qui fera que je n'aurai jamais la "cote d'amour".
Je sais maintenant que c'est ce jour là que je connaîtrai l'injustice.
C'est aussi à ce moment là que je rencontrerai mon amie d'enfance.
Elle est morte trop jeune mais elle fut mon amie d'enfance...

Il vous faut savoir pour comprendre, qu'enfant j'ai souffert d'otites à répétition.
J'en avais gardé une oreille un peu faible et le bruit ambiant me gênait.
Ce matin là, nous sommes réunies dans la grande salle qui fait office de cantine et de salle de sport.

Ce jour de rentrée, on y fait "l'appel"
Je crois reconnaître mon nom.
Je lève la main.
Manque de chance j'ai mal entendu... Je bafouille une excuse.
Deux minutes s'écoulent, je crois de nouveau entendre mon nom.
Je lève la main.
Et non, ce n'est toujours pas moi.
Bien entendu lorsqu'on appellera mon nom, je ne l'entendrai pas.
Bingo ! Collée le premier jour !
Tout ça parce que j'ai une mauvaise oreille.
Je serai ce jour là injustement traitée.
On me créera aussitôt un "dossier".
Je serai "l'insolente" et ce truc me collera à la peau parce que je n'aime pas l'injustice.

Résultat ?
Je persiste dans mon idée que beaucoup trop de profs jugent d'après les dossiers et que les bons profs ne sont pas nombreux..
C'est tellement plus facile
que chercher à connaître ses élèves.

 

16/08/2021

Elle est dans la salle ?

Devoir de Lakevio du Gout_94.jpg


Elle fait une drôle de tête, cette dame peinte par Mary Cassatt.
Quelle idée semble la préoccuper.
La scène ?
Les spectateurs ?
À vous de le dire.

Mary regarde attentivement la salle pour voir si sa grande rivale Diane est à sa place.
Elles ont le même amant et Mary n'a pas encore envie de se débarasser du Duc.
Elle a besoin de son argent pour assurer ses vieux jours.

Diane est belle, plus belle que Mary.
Mais Mary peut compter sur sa réputation au lit pour satisfaire ses mécènes.
"Ardente au déduit" dit-on d'elle dans les soupers entre messieurs...

Les courtisanes sont comme les étoiles filantes.
Elles ne brillent pas longtemps.
Bienheureuses si elles peuvent conserver leurs bijoux sans avoir à les mettre dans les mains d'un prêteur sur gages.

Mary ne regarde pas la scène, elle rumine.
Le Duc s'est absenté depuis trop longtemps et Diane n'est pas à sa place...

Enfin ! Le Duc arrive, il a l'air d'un chat repu.
Le rôle d'une maîtresse n'est pas celui de faire des reproches mais justement de le repaître.
Il faut donc savoir faire bonne figure.
D'ailleurs Mary est fatiguée ce soir et le Duc peu vaillant.
Elle va pouvoir dormir tranquille.

Elle va le ramener chez elle.
Il faut, elle doit rester vigilante...

 

 

05/07/2021

J'ai la mémoire qui flanche.

devoir de Lakevio du Goût_88.jpg

Bonne ou mauvaise nouvelle ?
Qu’en pensez-vous ?
À lundi…

Madame ! Madame ! Réveillez vous !

- Où suis-je ?
Ça commence bien... On dirait un mauvais roman de gare...

Le policier commence :
- On vous a trouvée dans une ruelle, assommée de belle façon et vous teniez cette photo à la main.
Son collègue reprend :
- Pouvez vous décliner votre identité ? Qui est le couple de la photo ?

Mon identité ?
- Je crois que je m'appelle Sarah.
Sarah Bernhardt.
Enfin c'est comme ça que m'appelait mon père.
Il me disait : "arrête de jouer ta Sarah Bernhardt !".

- Vous êtes sûre de votre identité ? Vous ne reconnaissez vraiment pas ce couple.

Un médecin entre : "Messieurs ! Sortez, il faut la laisser se reposer, le choc a été violent."

Les deux policiers sortent et notent "Sarah Bernhardt".
- On va commencer par là, on va lancer une recherche...

Rideau.
Si vous voulez connaître la suite, il va vous falloir acheter le prochain numéro de notre magazine "Les détectives manquent de flair".

21/06/2021

Le cher est triste et j'ai lu tous les livres.

devoir de Lakevio du Gout No86.jpg

Que me direz-vous lundi matin de cet endroit plutôt bucolique ?
Virgile lui-même en aurait dit joliment du bien j’en suis sûr.
Peut-être même eût-il tartiné le XI ème livre de son célèbre recueil.
Enfin, célèbre chez ceux qui ont eu à transpirer sur des versions et qui, lycéens citadins dans l’âme durent se taper de la poésie pastorale…
J’ai bien quelque chose à vous en dire lundi.
Quelque chose de triste.
Mais c’est quand même quelque chose à dire…

Me voilà devant un devoir à faire.
Je n'ai réfléchi à rien, blogspirit ne répond pas, il m'arrive par hasard et pour peu de temps, de réussir à me connecter et puis plus rien...

Alors oui, comme beaucoup, je connais le bord du Cher.
Je me promène parfois du côté de l'hippodrome, le coin est désert, et comme je ne suis pas une fille de la campagne lorsqu'une herbe me frôle, je pense tout de suite à une vipère traîtresse.

Je suis toujours heureuse de retrouver Paris.

Pourtant, nous envisageons de quitter Paris pour la province.
Pas de gaîté de coeur, pas sur un coup de tête, juste par raison...

La décision n'est pas facile à prendre.

Cher ou pas cher, le temps nous le dira, mais nous n'avons pas l'éternité devant nous.
Hélas...