Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/06/2017

Aujourd'hui, c'est mercredi.

les filles,chaleur,dispute.

Aujourd'hui, on va chercher les filles à l'école.
Le Goût ira à l'école maternelle car il marche plus vite que moi.
Pendant ce temps là, j'attendrai Merveille devant "la grande école".

Par mesure de précaution j'aurai mis un paquet de galettes bretonnes dans mon sac.
Merveille est toujours fringalée en sortant et pas toujours de bonne humeur.

Elle va essayer d'aller au restaurant chinois.
Je déteste ce restaurant.
Sa sœur n'y mange que du riz et elle trie tout, les petits pois, le jambon, l'omelette.
Elle ne mange que le riz et deux boules de glace.
Une jaune flashy et une marron qui n'a qu'un rapport lointain avec le chocolat.

On va rentrer par la "Coulée verte".
La petite va vouloir jouer.
La grande va vouloir rentrer pour jouer à la maîtresse.
Je vais m'y coller, j'aurais droit à du calcul rapide et à des punitions.
La petite sera sur les genoux de son grand-père et elle regardera les photos.

La grande voudra les genoux de son grand-père.
La petite ira voler du chocolat.
La petite enquiquinera sa grande sœur.
La grande soeur hurlera sur la petite, qui n'en aura de toute façon rien à faire.

Elles danseront sur notre lit.
Elles prendront l'air innocent devant le truc ravagé.
J'arriverai peut être à les faire colorier.
L'Ours viendra les récupérer alors nous serons sur les rotules.
Et le soir en essayant de lire malgré les paupières lourdes, on se dira en chœur "elles sont vraiment mignonnes, non ?"

12/06/2017

Quelle journée...

lakevio.jpg

Finalement, j'ai dû sortir pour me calmer les nerfs et essayer de trouver un hôtel.

Marcher à pied en Californie et trouver un hôtel, c'est gravir le Mont Everest avec des sandales.
Ma mère vient de se trouver un mari.
Elle m'a enfin tout dit, vidé son sac.
Non, mon père n'est pas mort, il est marié et il vit à "LA", elle dit "Ellai".
Alors j'ai claqué la porte, fait ma valise et je suis allée à "Ellai" persuadée que mon père et sa famille allaient m'ouvrir tout grand les bras.

La femme qui a ouvert la porte m'a toisée, puis m'a traitée de menteuse.
Elle a tout de même consenti à faire venir son mari.
J'ai été regardée comme un insecte.
Mon père a paru surpris, a dit qu'il ne savait pas que ma mère avait eu un enfant de lui.
Il n'est pas sûr du tout de cette filiation...

Il m'a dit "j'ai deux enfants dont je suis sûr d'être le père et je ne vous connais pas."
Il est heureux en ménage alors la petite Frenchie qui débarque, il ne sait pas trop quoi en faire ni en penser.

Il m'a souhaité un bon séjour, ne m'a pas conviée à un barbecue.
C'est sûr, je n'existe pas pour lui...

Bon, je vais rester un peu dans le coin.
Il fait beau et c'est un endroit rêvé pour trouver un mari.
Bon je ne vais pas dire non plus que j'ai laissé ma fille en France...

11/06/2017

Hier, on a fait comme les grands restaurants...

Hier, il a bien fallu descendre faire des courses.
Le Goût a parlé de surgelé, j'ai senti là qu'il n'avait pas l'âme d'un grand chef.
Moi non plus...
Alors on a trottiné jusqu'à chez Picard.

Je sais, c'est mal !
Mais que le cuisinier qui facture un bras son plat avec un nom ronflant me jette la première paire de ciseaux pierre !

Alors, j'ai choisi du veau et le Goût des crevettes.

C'était... comment dire... mangeable.
Le risotto qui accompagnait mon veau, ressemblait plus à du riz trop cuit qu'à un risotto.

Pourquoi aller dans un restaurant parisien manger mal pour très cher alors qu'on peut manger exactement la même chose à la maison pour moins cher ?

La seule chose vraiment bonne, c'était la glace au lait d'amandes et ses trois petites griottes.

Nous avons résisté, le pot est tout petit.
Mais nous n'en avons dégusté qu'un ! Un seul !

Surgelés, paire de ciseaux, veau

10/06/2017

Pour une fois...

20170607_152452.jpg

Pour une fois, je n'ai pas eu envie de rentrer.
J'ai à peine aperçu la mer, pourtant, elle était au bout de la rue mais toujours à marée basse.

Hier matin, elle a fait l'effort de venir presque à moi.
J'ai retiré mes chaussures qui ne risquent plus rien et j'ai trempé mes pieds dedans.
Pas dans mes chaussures, dans l'eau.
Elle n'était même pas froide.
Bon le Goût n'a retiré ni son pull ni même son blouson alors que certains intrépides étaient dans l'eau jusqu'au cou.

Les touristes étaient ailleurs.
La ville était calme.
Les commerçants étaient aimables sauf un ou deux.
On a donc bu nos cafés chez le moins aimable.
Je suis sûre que ce matin, il va nous regretter...

On a passé ces trois jours avec une blogueuse et son mari.
Surtout la blogueuse, car son mari était au boulot.
On peut avoir le coup de foudre en amitié !
Si si on l'a eu !

On a partagé des repas.
On a regardé passer les gens.
On a dit du mal de Deauville.
Hier on a pris le train à regret.

La SNCF a compris qu'on ne voulait pas rentrer.
A peine parti, le train s'est arrêté à Pont-L'évêque.
On a mis trois heures pour arriver à Paris, avec un train "sans arrêt".

On a décidé d'aller voir la mer plus souvent, sauf en juillet et en août.

C'était bien.
Non, Tanette, nous n'avons pas décidé de louer un appartement à Trouville.
Nous sommes d'indécrottables Parisiens.

07/06/2017

Maman les p'tits bateaux.

La mer qu'on voit danser.
Et patin et couffin...

J'étais en mal de mer, on a regardé, on a trouvé, on a pris des pulls.

On est à Trouville.

Au retour, je vous parlerai de Proust, de Duras et des planches.
Les planches c'est pour se la jouer.
Duras et Proust, c'est pour faire intello.

On revient vendredi soir.
Après vous nous manquez...
Pfff... en vrai c'est Paris qui nous manque.

Mer, Trouville, Duras