Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/12/2017

Quid du dentiste ?

Je n'ai pas vu mon dentiste et je ne le reverrai plus.
A peine sa plaque posée dans le cabinet situé en face de mon ancien chez moi, voilà qu'il part en Belgique.

J'ai rendez vous après les fêtes avec son remplaçant.
Je passe de l'Espagne aux pays de l'Est, un Ivan.
J'espère qu'il sera terrible.
Comme dentiste, s'entend...

Il faut dire que dès que j'ai été prête, j'ai demandé à l'Homme de regarder le trafic à Saint-Lazare.
Il était nul, le trafic, pas l'Homme.
Il était nul en tout cas sur ma ligne, une grève surprise.
Vous comprenez maintenant pourquoi je préfère vivre dans ma ville.

Sinon, j'ai rencontré une vraie fan de Johnny.
Une qui a dormi à la Madeleine dans une couverture de survie.
Une qui savait tout de lui.
Où il achetait ses voitures, ses restaurants préférés, elle connaissait même son service de sécurité.
Ça fait peur ce genre de truc, quelqu'un qui vous suit comme une ombre, qui vit votre vie par procuration.

Elle n'est pourtant pas de sa génération mais ses parents étaient déjà des fans de Johnny.
Elle travaille beaucoup pour élever ses trois enfants.
Une de ses filles, qui l'accompagne toujours lorsqu'elle vient travailler dans notre immeuble, travaille dans un bloc opératoire.
Son autre fille veut être médecin.
Elle, elle puisait son courage en admirant
un homme parti de rien et traqué toute sa vie.
Ses enfants lui offriront le voyage à Saint Barth'.
Même là, il ne dormira pas tranquille l'idole.

C'est terrible cet amour pour un inconnu...

dentiste, transport

13/12/2017

Noël, Noël tu vas venir bientôt.

J'aime bien Noël.
J'aime surtout voir les filles déballer leurs cadeaux et passer la soirée en famille.
Je pense à l'Ours déballant ses cadeaux.
Le temps passe...

Je dois dire que cette année, je ne pense guère à Noël, d'abord parce que demain j'ai dentiste.
Au départ c'est un simple détartrage mais à l'arrivée ?.

Il ne fait pas un temps de Noël, il pleut.
Comme je suis en phase de découverte de mon nouveau quartier, je ne vais même pas dans les grands magasins.
J'achète dans le quartier et je suis toujours ravie d'apercevoir un coin du Sacré Cœur presque à chaque croisement.

Nous voyons des amis de passage à Paris.
Ma sœur venue est venue de sa province déjeuner à la maison et c'était bien.

Revivre dans ma ville valait bien quelques mètres carrés et quelques désagréments.
Oui, un escroc, un four cassé, une facture d'eau que les chutes du Niagara à côté c'est du pipi de chat, des factures de gaz en pagaille.
GDF a même prévu de nous prélever le gaz de notre ancien chez nous jusqu'en juin 2018 !

Le Goût écrit, téléphone, râle, prend sa voix d'hôtesse de l'air et ne lâche rien.

Les enfants du collège sortent sous la pluie, bien énervés.
Les vacances approchent.
Les corbeaux ne rentrent pas tous à la même heure au cimetière Montmartre.

Je n'habiterai pas tous les arrondissements de Paris car le temps me manque, mais j'ai encore une fois le plaisir d'arpenter un coin de ma ville.

Noël, pluie dentiste

11/12/2017

Guerre des mères...

lakevio.jpg

-----------------
Julien regarde sa mère.
La tâche ne va pas être facile
Il doit lui annoncer qu'il va se marier avec Léa, qu'elle est juive, qu'elle attend un enfant et que leur enfant sera élevé selon la religion juive.
Pire, qu'il songe à se convertir...

Il se demande comment lui dire qu'il trouve qu'elle boit trop et qu'elle parle trop fort.
Il a peur de ses réactions, il a envie de s'enfuir.
-----------------

Léa fait semblant de dormir, elle trouve Julien bien hésitant.
Elle n'aime pas sa future belle-mère.
Elle se dit que trouver sa place ne va pas être facile.
Elle voudrait être ailleurs.
Elle a mal au cœur et craint de devoir se lever pour courir aux toilettes.
Il fait chaud, elle a sommeil et elle veut rentrer chez elle.
-----------------
Il en fait une tête mon Julien !
Sa tête des mauvais jours...
J'espère qu'il n'envisage rien de sérieux avec cette fille collée à lui.
C'est son problème à ce garçon, il est trop gentil.
...
Je reprendrais bien un verre, mais il va me regarder d'un œil suppliant.
Vivement que cette soirée se termine.
Finalement, ce n'est pas un verre que je vais prendre mais deux...

08/12/2017

Où est passé "mon" Père Noël ?

Avez-vous remarqué que les décorations de Noël ne sont plus les mêmes dans les rues de Paris ?

On ne nous souhaite plus un joyeux Noël mais de joyeuses fêtes.
C'est quoi ce truc ?
Tous ces braves gens devraient vérifier !
Noël n'est pas qu'une fête religieuse !
Au départ, c'est censé fêter le solstice d'hiver, le moment où les jours allongent de nouveau.
C'est après qu'on a ajouté la naissance de Jésus.

Je déplore la fin des crèches, je ne suis pas catholique.
Il n'y a jamais eu de crèche chez moi.
Ma belle mère en faisait une et j'aimais qu'elle explique sa religion à l'Ours.
Bon ma belle mère croyait plus au diable qu'au bon dieu mais l'Ours en a gardé quelques connaissances.

Je connais la religion catholique grâce à la peinture.
Si vous ne savez pas ce qu'est une Pietà, une Annonciation, un évangéliste, un martyr ou une martyre, des nativités, vous ne comprenez rien.

Si vous rentrez dans une synagogue sans savoir ce qu'est une Torah, c'est pareil.

Alors, j'aimerais voir des Père Noël dans les rues et des crèches dans les vitrines.
Je me souviens qu'enfant, on voyait des crèches dans certains magasins et ça ne choquait personne.

Nombreux sont les petits juifs et les petits musulmans qui ont leur sapin de Noël à la maison.
Alors pourquoi nous casser les pieds avec une conception de la laïcité que seuls quelques illuminés réclament.

Père Noël, crèche, traditions

06/12/2017

Ma jeunesse fiche le camp.

Hier, j'apprends la mort de Jean d'Ormesson.
Valeur sûre en librairie, passage chez Pivot et la certitude  de n'avoir pas assez de bouquins pour finir la journée...

Ce matin, levée tard, j'allume la radio.
J'entends la voix de Johnny, le Goût et moi nous nous regardons et disons en chœur : "Johnny est mort ! ".

J'avais fini par le croire immortel.
Jean d'Ormesson était Immortel, devenir immortel, c'est déjà être un peu mort disait je ne sais plus qui.

Mais Johnny c'est toute ma jeunesse.
La course en sortant des cours pour arriver à temps pour écouter "Salut les Copains".

Les mensonges à ma mère pour aller l'écouter à l'Olympia.

J'ai grandi, j'ai oublié Johnny et ce matin, il est mort...

Le temps ne m'a pas fait de cadeau.
Encore moins à Johnny...

La mort de "l'idole des jeunes" prouve que ma jeunesse continue à ficher le camp.

Jean d'Ormesson, Johnny hallyday

Jean d'Ormesson, Johnny hallyday