Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/04/2018

Deux longues années de souffrance.

Hôpitaux, pied, JJF

Deux longues années que JJF souffre.
Deux longues années qu'elle se déplace avec des béquilles.
Deux longues années où les filles ont fait avec cette souffrance.

Que P'tite Sœur dit à son grand père : "Papy, tu veux bien me porter, j'ai le mal des jambes ? "
Que Merveille nous dit souvent qu'elle a mal aux pieds ou aux jambes.

Le 17 avril JJF avait rendez vous à Garches, vous savez l'hôpital où Grand Corps Malade a passé du temps.
Elle devait se faire examiner le pied sous anesthésie générale.
Elle en est revenue avec un plâtre et le tendon d'Achille allongé, enfin on a compris ça.

Pendant deux ans, elle a vu régulièrement un professeur dans un grand hôpital parisien réputé.
Le professeur a mis son état sur le compte de son "burn out".
Peut être "mais pas que"...
Il lui a conseillé d'aller travailler en fauteuil roulant.
Travailler en fauteuil roulant ! Chez un grand couturier !!!

Elle avait finalement un pied mal fichu.
Un pied qui avait l'air d'un pied comme les autres.
Mais un pied qui a dit stop aux cadences démentielles de sa boîte.

Et ce n'est pas fini. Les médecins ne parlent pas beaucoup.
Elle va sans doute partir en centre de rééducation.
Quand ? Pour
 combien de temps ?
On ne sait pas encore...

Elle ne doit pas poser le pied par terre.
Heureusement, elle a un fauteuil roulant pour aller faire ses prises de sang.

Aujourd'hui, le travail abîme.
Il pousse à la dépression et parfois au suicide.
Tout ça sous l'œil indifférent des patrons.
Vous savez ceux qui ne manquent de rien...

 

15/04/2018

On a vu l'exposition Mary Cassatt mais pas que.

exposition,les filles,toux

On est allé voir l'exposition Mary Cassatt à Jacquemart-André.
Pour une fois, les salles n'étaient pas bondées.
Les grèves ont parfois du bon, enfin pour nous, car ce musée attire toujours un public impressionnant.
On aurait pu croire à une fermeture exceptionnelle, il n'y avait que quelques Parisiens et deux cars de Japonais sur le boulevard Haussmann.
C'était bien.
Sauf qu'un gardien, qui se prenait pour le chef du monde a parlé au Goût sur un ton qui méritait une plainte.
Vous connaissez le Goût, il a argumenté et remercié ce zélé serviteur pour son amabilité.

Comme chaque fois, nous n'avons pas résisté au salon de thé.
Le Goût a choisi un gâteau vert et rose, on aurait dit un gros gâteau de dinette.
Il a dit que c'était bon.

Hier, l'Ours a amené les filles, genre "elles pleurent, tellement elles ont envie de vous voir !" Ben voyons...

Alors Le Goût a annulé son déjeuner avec un ami, on a gardé celui de lundi avec une amie et on aura les filles avec nous.

P'tite Sœur tousse beaucoup.
Hier soir, elle pleurait, voulait voir ses parents.
Elle voulait voir un médecin mais pas n'importe lequel.
Seulement la généraliste de ses parents.
J'ai donné du miel, fait des bisous, elle n'a pas beaucoup toussé cette nuit, mais depuis tout à l'heure, je l'entends.

13/04/2018

Méfiez vous de Facebook

Le jeudi, je regarde souvent "La grande librairie".
Hier soir, c'était le soir de Michel Onfray que je ne supporte plus.
Il a attrapé la grosse tête et c'est plus que fâcheux alors je suis passée à autre chose.

J'ai donc regardé en pointillé "Envoyé spécial".
Premier sujet : Facebook.
Un journaliste expliquait comment aller vérifier les informations que Facebook possède sur vous.

Facebook ne m'intéresse pas car je ne fais que jouer à un jeu d'arcade.
Les informations que j'ai fournies sont fausses ou absentes.
Seule la photo de chèvres retrouvée chez eux y a bien été mise par moi.

Le Goût "cause" avec ses amis sur Facebook.
Lui aussi a regardé ce que Facebook avait sur lui : Rien.
En revanche une lettre envoyée via Facebook par un de ses amis est là.
Pourquoi ? Il n'en sait rien.
Cet ami est en train de divorcer.
Le Goût a alors trouvé dans ses paramètres, la lettre avec l'adresse, le numéro de portable et une proposition de son ami pour le partage de la communauté.
Cette lettre ne lui avait pas été communiquée, le Goût n'est pas avocat...

Alors, si vous passez beaucoup de temps sur ce piège à vie privée, je vous conseille de bien réfléchir même dans vos conversations privées.
Je vous rappelle que si ce médium a des ennuis, c'est pour avoir voulu vendre les informations qui relèvent du secret médical de millions d'utilisateurs.

Facebook, Google, Amazon, ça à l'air sympa comme ça.
Même Monoprix fait livrer vos courses par Amazon.
Si vous n'y prenez garde, un jour vous sortirez dans des villes sinistres, sans boutiques, sans vie, des villes avec juste des entrepôts dans la banlieue.
Et Amazon vous livrera pour 6,99 € en sus le tube de pommade pour les lèvres à 2,10 € que vous aurez acheté sur Internet et que vous vous auriez payé 2,30 € dans une boutique animée, éclairée et vivante.

facebook, envoyé spécial, la grande librairie

 

11/04/2018

Hier, ça m'a plu, il n'a pas plu.

Hier, il n'a pas plu !
Ce n'était pas gagné.
Nous sommes partis vers le XVIIème arrondissement sous un prétexte futile.
Le Monoprix de la rue de Lévis a un rayon parapharmacie et j'avais besoin de bricoles.
Bon prétexte pour une promenade dans les rues de mon quartier d'enfance.

Nous avons remonté cette rue commerçante, enfin de ce qui en reste.
Dans cette rue, que je connais depuis toujours, il y a encore des "Cours des Halles" dont les vendeurs proposent des fruits et légumes d'une voix de stentor.

Il reste bien des commerces de bouche mais pas autant qu'avant.
Le "schmattès" a envahi la rue, à croire qu'on s'habille plus qu'on ne mange.
Ces boutiques proposent toutes la même chose, des robes fleuries qui ressemblent à ce qu'on trouvait sur les stands de fripes des marchés des années 50.
Je regarde, je cherche, je ne trouve rien.
Dans ces boutiques, si on a plus de 16 ans et qu'on dépasse le 36 on ressort les mains vides...

Après un café bu en terrasse, puis nos achats, j'ai présumé de mes articulations pour le retour.
Il fut bien plus laborieux que l'aller et on a dû prendre le bus pour les deux dernières stations.
Manque de chance, il n'a pas été jusqu'à destination.
Une seule station a été desservie à cause d'une intervention des pompiers à côté de chez nous...

Pour les filles, je ne sais pas si elles partent pour les vacances.
L'Ours a une nouvelle formule qui marche pour tout quand il réserve sa réponse : "C'est compliqué".

JJF va aller à Garches, on va l'anesthésier, lui regarder l'intérieur du pied, je n'en sais pas plus.
"C'est compliqué"...

Paris promenade JJF, le temps qui passe

09/04/2018

Mariage...

lakevio.jpg

Complémentaire
Époustouflant
Respirait
Baignade
Tortionnaire
Chanteur
Juger
Aberrant
Pénitencier
Profitera


Cinquante ans de mariage la semaine prochaine...
Quelle foutaise !
Il a toujours tout géré et aujourd'hui il perd la tête...
Lui le tyran, Lui son tortionnaire, il a oublié son nom !
Lui qui passait son temps à la juger, il est devenu presque un enfant.
C'est aberrant, elle avait toujours pensé qu'elle perdrait la tête la première.
Ah lui l'intellectuel ! Lui qui envoyait des piques pour le plaisir...
Il est devenu un chanteur de nursery rhymes.
Il se souvient de son enfance mais a oublié son passé de chef d'entreprise.

Elle a enfin quitté le pénitencier qu'était leur vie, plus de baignade qu'elle n'aimait pas et que tu adorais.
Elle savait que la tâche serait rude, qu'il lui faudrait de l'aide.
Enfin elle respirait comme jamais, son cœur n'était plus pris dans un étau, son mari ne pouvait plus lui nuire.
Grâce à sa retraite complémentaire elle pourrait, le moment venu, le placer en maison de santé.
Cinquante ans de mariage et elle profitera enfin de la vie.
Elle, la femme soumise, acheta pour la première de sa vie un bijou époustouflant chez un grand joaillier.
Elle se surprit à fredonner, imitant la voix du chanteur, "Pour moi, la vie va commencer".