Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/11/2017

la dame qui vivait dans un carton à chaussures.

Je n'ai pas pu me résoudre à écrire le vrai titre, il commence par : "La vieille dame..."
Même si je ne suis pas jeune, il y a un sacré décalage entre mon état civil et ma cervelle.
Mais non, je ne suis pas encore gâteuse.
Quoique...

Revenir à Paris pour y passer "le reste de son âge"...
Ça peut être court, impose des sacrifices et on perd des mètres carrés.
On se sépare de livres, de vêtements, de bidouilles qui ne servent jamais.
J'en ai perdu des mètres carrés dans une vie mais finalement ça présente des avantages : Moins de ménage, moins de bidules qui prennent la poussière.

Le kif extrême ?
C'est aller boire un café au métro Anvers et pouvoir revenir chez soi à pied.
On vit dans ce quartier où les stations de bus s'appellent "Damrémont-Caulaincourt-Sacré-Cœur".
Là, je trouve la RATP très optimiste, parce que le Sacré-Cœur n'est pas vraiment à côté.
Il faut drôlement grimper pour le trouver, le Sacré Coeur...

J'adore lorsque je vais chercher ma "baguette bio", au même prix que la "baguette pas bio ailleurs", apercevoir cette pâtisserie monstrueuse et voir passer le petit train qui promène les touristes.

Il ne me reste plus qu'à voir passer le soir les corbeaux qui rentrent chez eux, dans les arbres du cimetière de Montmartre, pour avoir apprivoisé mon nouveau quartier

mètres carrés, Paris, espace

02/11/2017

Un peu en vrac

montmartre,hanche,les merveilles

Il était temps d'aller chez le généraliste alors nous y sommes allés mardi.
Oui, j'allais tomber en panne de médicaments et le Goût voulait rendre visite à notre assureur qui essaie de modifier notre vieux contrat.
Un contrat avantageux pour nous échangé contre un contrat avantageux pour lui...

L'assureur n'était "exceptionnellement" pas là.
Le médecin, comme d'habitude était là.
Il a pris ma tension qui faisait des bonds.
Habitué à mes réactions excessives en période de stress, il a demandé ce qui clochait.

Alors j'ai raconté.
L'Ours, les filles, le déménagement, tout ça.
Lui, philosophe m'a dit de rester zen.
Les temps avaient changé car
lui-même, heureux père de quatre enfants, a une fille en Espagne, une autre en Belgique et son seul garçon est peu motivé par les études en général et le travail en particulier...
Je lui ai répondu que ce n'était pas grave, celle qui se rongeait les ongles, c'était sa femme.

Donc, j'ai décidé d'être zen.
C'est plus facile à écrire qu'à vivre.
Nous avons parlé cinéma pour les jours de pluie, de musées aussi.
Mais pas d'expositions, elles sont trop fréquentées.
Nous en avons eu la preuve en passant devant le tout petit "Musée de la chasse et de la Nature", rue des Archives.
Nous y avions conduit Merveille, seule et se faisant tout expliquer par les gardiens ravis de renseigner une petite fille curieuse.
Le jour où nous sommes allés chez le médecin, en passant devant ce musée la queue était si longue qu'on aurait dit un Monop' pendant une livraison de beurre...

Donc, je suis les conseils de mon médecin et de ma sœur.
Nous nous sommes promenés dans le cimetière.
J'ai trouvé mon Télérama en sortant
Je surveille ma tension comme a recommandé le médecin.
J'ignore l'Ours comme a recommandé ma sœur.

31/10/2017

Paroles, paroles, paroles...

cimetière,promenade parisienne,dalida

Je ne sais pas être aussi lyrique que le Goût, je sais juste que le coin me plaît et que je commence juste à récupérer de ce déménagement.
J'espère qu'il fera partie des derniers.
Il nous a coûté un four, la machine à laver donne de gros signes de faiblesse et la bouilloire fuit...

Il nous reste un carton de livres à poser devant la porte.
Nous savons qu'il partira en un quart d'heure.
Comme, nous ne pouvons pas pousser les murs, il nous faut trouver des solutions pour trouver de la place pour les chaussures et les bidouilles du Goût.

On trouvera.

En entendant, on se promène.
Le Goût retrouve son enfance, non il n'est pas gâteux.
Quoique...
Je découvre ce quartier et comme j'ai toujours préféré marcher dans Paris, je trottine avec détermination et douleur.
Nous sommes allés faire un tour au cimetière Montmartre.
Il ne vaut pas le Père Lachaise, trop urbain et trop petit pour être un véritable poumon de verdure.
J'ai vu la tombe de Dalida.
Je crois qu'elle est impossible à ignorer.
Même dans la mort, son frère, auteur de ce monument kitsch a laissé secrète la date de naissance de sa sœur.
C'est beau l'amour fraternel.

En fait le cimetière de Montmartre m'a donné envie de retourner au Père Lachaise.
J'ai quand même déposé des petits cailloux sur des tombes d'inconnus.
Je retrouve ma ville et c'est bien.

30/10/2017

Tu devrais te faire aider.

lakevio.jpg

- Chloë, tu sais que nous sommes tes meilleures amies, au début, nous étions d'accord avec ton régime même si nous pensions que ces trois kilos te rendaient encore plus gironde.

- Je suis énorme ! Je n'ose plus me regarder dans une glace et pourtant je suis dans une forme exceptionnelle, je n'ai presque plus besoin de dormir et mes notes sont excellentes.

- Chloë, tu es trop maigre, tu as les yeux qui t'arrivent au milieu de la figure, on dirait un bébé panda, que disent tes parents de ta transformation ?

- Maman me trouve trop maigre, elle veut me conduire à l'hôpital pour des examens, notre médecin la pousse dans ce sens.

- Chloë, tu ne te nourris plus, une bouteille d'eau et une pomme, c'est un truc d'anorexique, ça.

- Vous plaisantez les filles ! Vous m'avez regardée ? Je suis énorme !

Le temps passe...
Chloë est de plus en plus maigre.
E
lle ne parle plus à ses amies.
Elle court après les cours.
Elle s'épuise sur ses cours.
Elle continue à ne pas se nourrir.
Elle a appris quelques tactiques comme éparpiller sa nourriture dans son assiette, être absente à l'heure des repas ou affirmer qu'elle a déjà dîné.

Aujourd'hui, ses amies se demandent quand Chloë sortira de l'hôpital.
Elle ne pèse plus que trente-deux kilos.
Elle a été mise à l'isolement.
Son contrat avec le médecin exige la prise de trois kilos avant de pouvoir voir sa mère.
Ses amies n'ont toujours pas le droit de la voir.
Elles savent que son combat ne fait que commencer...

27/10/2017

Tous ces blogueurs.

Tous ces blogueurs qui arrêtent d'écrire me causent un petit pincement au cœur.

Je ne les connais pas tous, je ne connaîtrai jamais certains d'entre eux mais il me reste un manque.

Je dois être une grande sentimentale.
Bon je sais, on ne le dirait pas...
Mais vous savez que Patriarch me manque toujours ?
Pourtant, lui a une excuse en béton.
Il est mort.
Il m'arrive souvent de penser à sa femme et aux coups de gueule salutaires de son mari.

J'avais l'habitude d'aller lire le matin, la phrase courte de Mab.
A chaque fois, elle me faisait penser au bouquin de Pierrette Fleutiaux "Des phrases courtes ma chérie".
On peut dire que Mab était une championne de la phrase courte.

On s'imagine, au travers des blogs, connaître les gens.
Erreur ! Chacun d'entre nous ne raconte qu'une toute petite partie de sa vie, une lumière, un livre, un film, une expo, une douleur suggérée pas vraiment racontée.

Depuis le mois dernier, je n'ai lu qu'un livre.
Livre que j'ai fini hier soir.
J'ai rêvé cartons.
J'ai mangé cartons.
J'ai le dos coincé cartons.

Et puis d'autres choses que je n'écris pas.

temps qui passe, blog, déception