Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/01/2018

Hier, nous sommes allés voir la Seine.

inondation,seine,paris,musées

Hier, nous sommes allés voir la Seine en crue.
Elle est pleine d'eau mais les Parisiens vont garder les pieds au sec.

Nous étions à côté de trois musées, le Louvre, L'Orangerie, le Musée d'Orsay.
Il n'y avait la queue nulle part.
De toute façon le Goût avec sa carte magique ne fait pas la queue, voire ne paie pas.
Nous aurions donc pu prendre une photo de la Seine et choisir un musée au hasard.
J'ai mes nouvelles lunettes et rien ne s'oppose plus à un peu de culture.
Sauf le manque d'envie...

Nous avons préféré nous promener du côté de Saint Germain des Prés.
Nous avons trouvé que ce quartier, comme les autres, subit de profondes transformations.
Les mêmes chaînes de magasins, les mêmes enseignes que partout.
C'est devenu un quartier sans âme et sans même une boulangerie.

A part ce café où j'ai eu l'impression de me trouver dans un roman de Blaise Cendrars, rien ne m'a vraiment intéressée.
C'était un bistrot interlope où même les rares touristes égarés là avaient une tête à embrouilles.

Mais quand même, c'était bien.

 

25/01/2018

Indignez vous !

Nous écoutions France Inter, les infos.
Le sujet : Les femmes enceintes à la rue.

Être une femme, à la rue, enceinte, sans savoir où accoucher ni où se poser lorsque le bébé sera né est indigne de notre société aujourd'hui !

Je n'arrive même pas à imaginer qu'une femme que je vais croiser enceinte puisse ne pas même avoir une petite chambre.
J'ai honte.

Quand je pense qu'on arrive à mobiliser les femmes par centaines de milliers sur les réseaux sociaux et dans les médias pour un hommage maladroit, appuyé, lourdaud et que ces mêmes femmes ne sortent pas dans la rue pour manifester.

Pendant les années cinquante, les "filles-mères" étaient enfermées, stigmatisées mais logées, nourries, blanchies et abreuvées de leçons de morale.
Au moins elles n'étaient pas dehors.

C'est ça le progrès ?
C'est ça l'avenir ?
Heureusement que des sages femmes quittent les cliniques, fondent des petites unités pour venir en aide à ces femmes.

Je vous imagine vous les féministes horrifiées parce qu'un jour, un malotru vous a ennuyé avec une main baladeuse.
J'ai déjà eu droit à une main aux fesses mais j'ai accouché en clinique, je suis rentrée chez moi et il n'était pas envisageable un instant de me retrouver avec mon bébé dans la rue.

Alors, les filles, oui vous les filles scandalisées parce qu'on vous a sifflées, ne vous trompez pas de combat.
Je ne parle là pas de véritables agressions sexuelles, je parle seulement d'un comportement déplacé.
Sortez de votre zone de confort et allez soulager les femmes qui souffrent vraiment.

Je sais, ce n'est pas un combat féministe.
D'ailleurs Benoite Groult, née dans le 7ème arrondissement de Paris, n'a jamais combattu pour la misère de ces femmes.
Que leur espérance de vie ne dépasse pas 50 ans avec la cohorte de viols et d'agressions est tellement moins important que la féminisation des mots.


fmmes, rue, grossesse

24/01/2018

Je m'accroche.

Contrairement au Goût je n'ai pas la fièvre écrivaine.
Le temps morose, mes lectures qui sont des relectures de polars, des trucs qui se lisent en deux jours et oubliés dans la journée me tuent l'imagination.

La pluie qui tombe tous les jours me coupe le clavier.
Nous sortons chaque jour mais c'est utilitaire.
Sauf aujourd'hui où nous avons rendez-vous dans une crêperie de la rue des Martyrs.

Ce temps maussade réveille mes douleurs et le mot que je prononce le plus souvent est "aïe".
Mon côté gauche part en sucette.
Le droit résiste encore mais du côté de l'épaule ça commence à se gâter...

Ces petites choses sans importance ne font pas une note passionnante, j'en ai bien conscience mais je n'ai rien de mieux en magasin.

A la première percée du soleil, je vous le dis, je me plaindrai de la chaleur.
Mais nous n'en sommes pas encore là.

Rien, promenade, lecture

22/01/2018

Paris...

lakevio.jpg

- Mais Maman ! Je n'ai rien fait ! Je suis juste arrivé un peu en retard...
- Et pourquoi ça ?
- Pourtant j'ai couru...
- Et ces billes, tu les sors d'où ? Où les as-tu prises ?
- Mais Maman ! Je n'ai pas volé les billes, je les ai achetées chez Monsieur Roland.
- Avec quels sous ?
- ...
- Te voilà bien silencieux, alors ces sous, ils viennent d'où ?
- Je ne me souviens plus. Euh... Peut-être de mon anniversaire...
- Tu aurais gardé de l'argent pendant six mois sans même acheter un caramel ?
- Ben...
- Et tu avais besoin de billes pour jouer où ?
- ...
- Alors ? Pas à la maison pendant que je suis au travail, j'espère !
- Mais Maman ! A la sortie de l'école je vais à "la colline aux billes" jouer avec les copains.
- Tu vas au square, maintenant !
- Oui, mais juste à la colline aux billes, je suis bon, tu sais, je vais vite augmenter mon stock de billes.
- Je croyais t'avoir interdit de traîner dans les rues ! Je t'ai dit de rentrer directement à la maison !
- Mais maman !
- Tu vas devenir un petit voyou, après tu voleras des transistors, je tiens un futur blouson noir par la main !
- Mais maman !
- Si tu continues, dès que ton père rentre, on va devoir te mettre en pension.
- ...
- Pas la peine de pleurer ! Comme on fait son lit on se couche !
- ...
- Alors cet argent, il vient d'où ?
- Ben... Tu avais laissé ton porte monnaie sur la table, j'ai pris juste un petit peu de sous pour acheter les billes...
- Mon petit garçon, je ne sais vraiment pas quoi faire de toi, un futur gibier de potence !
- Non mamaaaaannnn !!!!
- Ne pleure pas, il fallait réfléchir avant ! Tu vas voir quand ton père va rentrer !

21/01/2018

Et pourtant il pleuvait.

amitié,famille,paris

Malgré la pluie présente tous les jours, Paris ne nous tient pas rigueur de notre infidélité.
Vendredi nous sommes allés au Marché Saint Pierre avec de vieux amis parisiens depuis toujours.
Nous les connaissons depuis que nos enfants sont entrés en primaire.
Nous avons failli renoncer à cause de la grêle et la neige tombées pendant que nous déjeunions.
Puis le temps s'est éclairci et même devenu ensoleillé, sec et venteux.
Nous sommes allés vers un Sacré Cœur sans touriste et un marché Saint Pierre calme.
Ce fut une bonne journée.

Puis hier les enfants sont venus.
Merveille a encore grandi.
Elle sera plus grande que ses grand'mères.
Elle dévore mais ne prend pas de poids.
C'est bien la seule qui a perdu deux kilogrammes pendant les fêtes.
P'tite Sœur continue à être vaguement malade et mange peu.

Elles ont joué tranquillement.
Et elles ont même rangé les jouets !!!
Il faut dire que JJF n'a pas besoin d'élever la voix pour être obéie de ses filles...
C'était bien.
C'était bien même très bien.