Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2019

Départ

devoir de Lakevio du Goût1.jpg

Il fait froid et il pleut.
Ça fait des jours et des jours que je me demande si je vais avoir le courage de partir.

J'en ai assez de cette vie.
Toujours les mêmes copines.
Dans le même café à tenir les mêmes discours sans fin ni décision.
Et toujours le même avenir bouché.

Oh ça, pour me seriner "Ailleurs ce n'est pas mieux, tu sais !" ou "Tu crois qu'ailleurs l'avenir est plus rose ?" Il y a du monde !
Pour prendre une décision, oser y aller voir, là, plus personne...
Comme si je ne le savais pas que l'avenir est bouché aussi, que le travail manque et que les étrangers ne sont pas appréciés... Pfff...

J'ai envie d'aller en France, c'est beau, je l'ai vu à la télé au café.
Bon, elle a mauvaise réputation.
On dit que les Français sont racistes, comme si on appréciait mieux les étrangers ici !
Le même discours partout sur ceux qui viennent d'ailleurs.
"Ils nous prennent notre travail ! ", comme si je ne savais pas qu'ils prennent surtout le travail qu'on leur laisse ! Celui qu'on ne veut pas faire !

Mais c'est décidé, j'ai décidé, je pars à Paris.
Je ne sais pas encore comment mais j'y arriverai, c'est sûr.
Je suis sûre que j'arriverai à passer pour une vraie Parisienne, que je mangerai des croissants et irai chez le coiffeur toutes les semaines...
Je me ferai même faire les ongles !
Je serai enfin une vraie Parisienne.

Je m'en vais.
Je pars faire mes études à Paris.
Je suis sûre que j'y trouverai l'amour, que j'irai à la Closerie des Lilas, je ne croiserai pas Hemingway, évidemment mais à la terrasse, je boirai mon café le petit doigt en l'air avec mon premier salaire de baby-sitter.
Je ferai ça, c'est décidé, comme une jolie Parisienne.

En attendant il faut que je rentre.
Maman m'attend pour partir travailler, je dois aider mon petit frère à faire ses devoirs et préparer le repas.
Je sors de mon rêve éveillé pour dire avec lassitude "
A demain les filles..."

Un jour, j'irai à Paris, c'est sûr, j'y vivrai même...
Mais quand ?

 

 

14/10/2019

Le sens du devoir…

devoir de Lakkevio du Goût.jpg

Regardez les ! On penserait qu'ils sont en train se séparer.
De fait c'est un peu ça.
Pour une ânerie, une histoire de blog...

Déjà, ils n'ont plus l'âge de continuer ça.
Un blog, c'est la Préhistoire !
Même instagram est déjà démodé.
On ne trouve plus que des "vieux" là-dessus.
Les jeunes sont partis ailleurs, sur des réseaux vaguement secrets.
Ils en avaient assez de croiser leurs parents partout.

Elle, c'est une nostalgique.
Elle a ouvert un blog où elle raconte leur histoire.
Elle le trouve si beau, si intelligent...
Elle a commencé à recevoir des commentaires, des élogieux et des fâcheux.
Un blog, ce n'est pas comme la vraie vie, dans la vraie vie, on essaie d'être courtois, on prend des gants.

Lui en revanche refuse absolument de voir sa vie étalée sur un "truc" que tout le monde peut lire.
Il ne veut pas qu'on se moque de leur histoire.
Ils sont bien capables de se séparer pour ça.
Vont-ils se séparer, vous l'apprendrez si vous trouvez son blog...

 

23/09/2019

La femme de dos.

devoir de Lakevio du Gout No9.jpg

Racontez-nous lundi un conte qui commencera par cette phrase du grand Albert :
« Solennels parmi les couples sans amour, ils dansaient, d’eux seuls préoccupés, goûtaient l’un à l’autre, soigneux, profonds, perdus. »
Conte qui se conclura par ces mots du familier Verlaine :
« Son nom? Je me souviens qu’il est doux et sonore,
Comme ceux des aimés que la vie exila. »

Solennels parmi les couples sans amour, ils dansaient, d’eux seuls préoccupés, goûtaient l’un à l’autre, soigneux, profonds, perdus.
Ils dansaient pour la dernière fois.
Ils allaient se séparer et ils le savaient.
Je me projetais déjà dans ma nouvelle vie.
Une vie sans corvée, d'adolescente, une vie que je n'avais pas vécue car j'avais remplacé ma mère et élevé mes deux sœurs et mon petit frère.
Je ne voulais pas d'enfant.
J'en avais déjà élevé trois et trouvais cela suffisant.
Largement suffisant...

Je regarde le tableau qui représente exactement ce que je veux vivre.
C'est drôle comme les responsabilités exercées trop tôt peuvent rendre immature...
Lui, imbécile aveugle, pense qu'en perdant sa compagne il perd plus que l'amour.
Il voit à peine au delà de la perte d'une intendante.
De moi qui lui prépare ses bagages lors de ses fréquents déplacements.
De la cuisinière experte qui l'attend au milieu de la nuit.

Qui allait lui cirer ses chaussures maintenant ?
Nous dansons...
Nos corps s'accordent...
L'habitude ?
J'ai pensé à un ancien flirt.
J'allais essayer de le retrouver.

Son nom ? Je me souviens qu'il est doux et sonore,
Comme ceux des aimés que la vie exila.

16/09/2019

Enfin...

devoir de lakevio du gout No8.jpg

Enfin, il en aura fallu des déjeuners, des compromissions, des embrassades, des compliments qui donnent la nausée, des rencontres avec des hommes politiques qui donnent envie de déchirer sa carte d'électeur.
Mais bon, la fin justifie les moyens !

Je ne crois à rien de tout ça.
Je crois à-la-ré-u-ssi-te !
Je la vois déjà ma flotte de camions.
Je les vois déjà, mes ouvriers qui me saluent servilement.
Et pour cause... Je serai bientôt le seul employeur de la région.

À moi, les suppliques du Maire et du Préfet, les salaires bas, les heures supplémentaires gratuites !
À moi, les éleveurs qui vont faire la queue pour que j'achète leurs peaux !
À moi les tanneurs qui vont polluer les rivières, et empuantir une région..

Et tout ça pour vendre des sacs à "la ménagère de moins de cinquante ans" qui se rêvera bourgeoise le temps de l'achat, devant une vendeuse soumise mais qui n'en pense pas moins...

A moi, les bénéfices engrangés grâce aux touristes qui passent trois jours à Paris pour acheter des sacs qui sont parfois fabriqués chez eux.

Oui... La tannerie c'est pour le "Made in France"...
Ailleurs, c'est pour le profit.

 

09/09/2019

Il me reste mon portrait

devoir de Lakevio du Gout.jpg

Je regarde le tableau.
Je suis dubitative.
C'est comme ça qu'il me voit...

C'est vrai, je suis toujours hésitante.
Lorsqu'il a demandé à faire mon portrait, j'ai dit "oui !" tout de suite.
Il me plaisait.
L'homme, pas le peintre.

Nous nous étions rencontrés dans un petit restaurant.
Un lieu très branché, "mi-gay mi-chou".
Ça sentait l'école de commerce.
Le concept avait été étudié. Et bien.
Le service était rapide, efficace et amical.

J'étais seule, lui aussi.
On nous avait placés à la même table.
Je n'ai pas ouvert mon livre, j'ai écouté.
J'ai accepté de poser pour lui.
Il avait un atelier Villa des Arts que la lumière inondait.

Il ne parlait plus, il travaillait, il était courtois mais distant.

Le dernier jour, alors qu'il dévoilait la toile, un homme est entré.
"Mon" peintre m'a présentée à son compagnon.
C'est toute juste si on ne m'a pas demandé un don d'ovule...