Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/08/2017

Paris au mois d'Août.

Hier, nous sommes allés à Paris sous la pluie.
Le Goût, sûr de lui et de Météo France, avait dit :
- C'est juste une averse !

Ce mois d'Août est particulièrement pluvieux et si on ne sort pas les jours de pluie, nous allons rester cloués chez nous.
Je ressortirai peut être ma broderie mais le Goût ne bidouillera pas car la place manque.
Alors, nous avons tenté "Prêt à Manger".
A Londres, c'est "bio" et pas mauvais.
A Paris, ce n'est pas "bio" et c'est mangeable.

Dès Saint Lazare, nous avons vu notre première "manga girl", une double "manga girl".
Même pas un gros bonbon rose, juste une fille un peu ridicule...

Nous en avons vu d'autres, des touristes, des pas touristes, des bonbons roses, de la réglisse.
Les hommes vont ils craquer pour ces dessins vivants ?

Nous avons acheté du café et fait nos courses pour notre dîner du soir.
Nous sommes rentrés trempés.
Notre coin affichait triomphalement des fermetures annuelles jusqu'à la fin du mois.
La dernière boulangerie venait à son tour de fermer.

C'est calme, de moins en moins arboré, de plus en plus construit, de la loi Pinel en pagaille mais rien d'accessible au retraité moyen.

Le gratin de courgettes était bon, c'est déjà ça.

Paris, pluie, café

28/06/2017

Je t'apporterai des orages.

"Quand le ciel bas et lourd, pèse comme un couvercle", nous on va faire les courses...
Il faisait chaud comme depuis un moment, pas assez  pour que les habitants de mon coin riant sortent dans la rue pour se livrer à une bagarre géante comme dans une petite ville de l'Eure.

Nous devions sortir.
Pour une fois j'étais prête tôt.
Comme d'habitude, le Goût m'attendait debout devant la porte.
Comme si ça changeait quelque chose, surtout pour aller faire du ravitaillement...

Quelques grosses gouttes se sont écrasées sur mon balcon.
Téméraires jusqu'au bout, nous sommes partis quand même.
A pied en plus !
C'est beau de prendre des risques à notre âge.

Et voila, c'était tout.
Pas d'orage, les pelouses ressemblent toujours à du foin, le ciel est bleu et j'ai toujours chaud.

Je sais, c'est l'été et l'été il fait chaud.
Il ferait sans doute un peu moins chaud si on arrêtait de démolir des maisons et de couper des arbres pour construire des immeubles à malfaçons pour faire gagner de l'argent à ceux qui n'en ont pas besoin.
Merci Mesdames Duflot et Pinel pour avoir fait des lois si facilement détournées de leur but...

Orage, pluie, baisse des températures

04/06/2017

Je ne peux accuser que moi.

Hier, j'ai proposé à la Grande et au Goût d'aller faire les courses dans "la ville d'à côté".

Cette rue commerçante de "la ville d'à côté" donne des envies de tout.
Les boulangers ont leurs baguettes primées.
Les fromages donnent du cholestérol rien qu'à les regarder.
J'ai même trouvé des chaussures !
Bon on va dire qu'elles sont originales mais du moins mes pieds ne souffrent pas.

Nous avions acheté de quoi faire une "salade César" et des petits pots de glace chez Picard.
Une glace à l'amande douce avec des griottes et une lichée de pistache.
Ne cédez pas à la tentation ! C'est une tuerie !

En retournant chez nous, nous avons senti douze grosses gouttes.
Les gouttes se sont transformées en grosse averse alors nous nous sommes engouffrés dans un café espérant une ondée brève.

L'ondée s'est transformée en une pluie régulière et puissante.
Nous avons dû nous résigner à partir sous une pluie battante.
Tornade poussant le caddy à une vitesse folle, le Goût m'aidant, mes chaussures trempées menaçaient d'abandonner mes pieds.
Après une soirée très agréable, nous avons appris l'attentat de Londres.
Nous fûmes unanimes, nous continuerons à vivre normalement.
Ces imbéciles n'auront pas notre peur.

Ville d'à côté, pluie, chaussures

 

07/05/2017

J'ai rendu les filles.

C'est confirmé.
Il faut que je change de canapé.
Il me faut un convertible deux places.
Pour la première fois P'tite sœur a dormi à la maison.
Elle a fait le tour du cadran.
Merveille aussi mais en décalé.

Nous ne pouvons pas avoir plus de place alors il va falloir devenir plus ingénieux et ce n'est pas mon truc.

Heureusement qu'il faisait beau vendredi.
La "Coulée Verte" était pleine de gamins.
Ça se résume à ça les activités de l'après-midi lorsqu'il fait beau et qu'il n'y a pas de crédits : Une malheureuse maîtresse se déplace avec dix-sept gamins déchainés.
L'institutrice est partie avant nous avec sa troupe et je l'ai entendue dire à Merveille : "Toi, je te laisse à tes grands parents".

Le Goût peut jouer les jolis cœurs, nous sommes passés du côté obscur, bon, je le savais déjà mais quand même.

C'était bien mais crevant, je n'ai pas besoin qu'on me rappelle mon âge.
Mon dos fait ça très bien.

Les filles, JJF, pluie

21/11/2016

Chantons sous la pluie

lakevio.jpg

Il pleut, c'est joli tous ces parapluies mais j'en ai assez de protéger mes yeux, mes bras.
On veut m'éborgner à coups de baleine de parapluie !

Pourquoi avoir voulu visiter cette expo ?

J'en ai marre, j'arrête, ça m'agace.
J'ai les pieds trempés.
Les cheveux me tombent dans les yeux mais je m'en fiche.
Je vais retrouver mon amant !
Un "après-midi-câlin", les fenêtres ouvertes, c'est mieux que pas mal.
"L'amour l'après-midi" c'est mieux que "Les parapluies de Cherbourg"...