Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/02/2017

L'assassin ne revient jamais sur les lieux de son crime.

Je ne retournerai jamais vivre à Caen.
Le Goût n'a tenu que huit mois loin de Paris.

Caen est une ville sympa mais avec un tram particulier.
Le tram est arrêté l'hiver par le froid et arrêté l'été par la chaleur et les travaux.

Caen n'est pas loin de la mer mais le Goût n'aime pas l'eau froide.
Il ne s'y baigne que par hasard.
Lorsqu'il tombe à l'eau par distraction, glissade sur un brise-lame où pour aller récupérer un gamin qui s'éloigne...

J'ai envie d'aller vivre à Trouville, c'est ma madeleine de Marcel.
Le Goût ne veut pas.
J'essaie chaque jour de lui vendre le bord de mer.
Pas moyen.
D
ire que lorsque nous vivions dans le Marais, je lui avais vendu le Canada ainsi qu'à des copains.
Au dernier moment, c'est moi qui ai fait machine arrière.
Vous me voyez écrire "maudit tabernacle" avec l'accent de Québec ?

Déménagement, caen, Bruxelles, Paris, Tel-Aviv

17/02/2017

Hier c'était la journée de P'tite Soeur.

paris,tel-aviv,caen,petite soeur

Cette délicieuse enfant a encore des goûts simples.
Pas d'expo Gaston, pas de glace au Bistrot Vivienne, elle voulait le Mc Do et un jardin que j'aime bien car
 les enfants y sont calmes.

Nous sommes passés devant le cinéma, l'affiche de "Tous en scène" était bien visible, la petite s'est assise sous l'affiche en nous regardant d'un air suppliant.
Il faut croire qu'elle a bien aimé.

Comme tous les jeunes enfants, elle est passée à autre chose.
Comme grimper comme un cabri mais en tenant la main de Mamie.

Contrairement à sa sœur, qui ne jure que par son grand-père, la petite "est très mamie".
Sauf pour se faire porter sur les épaules de son grand-père.

Aller au jardin avec un enfant de trois ans, c'est du sport !
Du bac à sable, elle passe au toboggan puis court vers un "mini Atomium" où je dois l'aider à grimper.
Elle comprend vite, il faut seulement lui montrer où poser ses pieds pour descendre et ça recommence.

Lorsqu'il a été l'heure de rentrer, on a téléphoné à l'Ours.

- "On est en bas de chez toi mais on n'a pas le courage de monter, viens récupérer ta fille ! "

C'est là qu'on s'aperçoit qu'on était plus vaillant avec l'aînée.
Oui, le temps passe, on résiste mais on fatigue...

Hier soir, j'ai essayé de lire les articles de Télérama.
Je lisais mais mon cerveau n'imprimait pas.

Je voulais vous parler de mon installation à Caen mais ce sera pour une autre fois.

 

 

28/01/2017

Paris, Ville Lumière...

On a vu ça hier...
Même qu'on a dû sortir un euro chacun pour pouvoir satisfaire un besoin naturel.
Ce n'est pas la peine de transformer les appartements parisiens en appartements pour touristes si c'est pour traiter les touristes comme le Parisien de base.
"Les futurs attentats feraient fuir les touristes" disent ils.
J'ai plutôt l'impression que c'est la façon de les traiter qui les fait fuir.
Hier, il faisait doux, nous sommes partis en promenade dans ce Paris qu'on aime malgré tout.
Le Goût commence à avoir une assez jolie collection de photos de boutiques qui refusent de vendre.

20170127_150753.jpg

Regardez donc le truc qu'on nous a servi lors d'une pause.
Ce café ignoble et ce machin qui ressemble à une éponge.

20170127_160502.jpg

Le Goût, toujours étrange, a mangé le sien et une partie du mien, il avait l'air d'aimer ça.
J'ai vraiment épousé un type bizarre...

Paris devient une ville où le Parisien devient rare.
Il faut être plus qu'à l'aise pour y vivre.
Ne restent que les grosses bagnoles, quelques titis parisiens et quelques vieux qu'on n'a pas encore réussi à chasser.
Si le touriste préfère les villes chaleureuses, ce n'est pas à Paris qu'il continuera à venir.

"Paris est une fête. " disait Hemingway.
"Une fête pour qui ?" demande Heure-Bleue.

13/01/2017

ll faisait beau.

Ce matin il fait soleil !
Le vent a bien soufflé cette nuit mais les arbres sont restés debout.

Lors de la dernière tempête, alors que nous vivions à Tel-Aviv mais que nous étions de passage à Paris, nous n'avons rien entendu.
C'est en sortant que nous avons vu les dégâts et plusieurs mois après que nous avons appris que nos meubles, nos livres et nos photos avaient disparu pendant cette tempête.

Aujourd'hui, nous avons rendez-vous à Paris avec des amis.

Les trains passent, ça devrait être possible.

promenade, Paris, amis

05/01/2017

Hier, j'avais besoin de Paris.

Hier, j'avais besoin de Paris.
Besoin de la rue des Petites Ecuries, de mon döner.
D'arpenter ma ville même sous la pluie.

De toute façon, il pouvait pleuvoir, j'avais déjà rattrapé un rhume avec la Tornade samedi en allant de la Galerie Vivienne à la place des Vosges.

En plus mon dos était loin d'être coopérant hier.
Comme chaque fois que le temps change.
J'ai marché mais j'ai râlé car la douleur rend peu aimable.
Je dois avouer que ça me rend encore plus peste que d'habitude.
Malheur à la "bobia" qui croise mon chemin.
Je fais des réflexions et ça fait rire le Goût.

Donc clopinant, j'ai voulu passer devant le Grand Rex, c'est là que je me suis rendu compte que le temps passe trop vite.
Je n'ai pas vu la féerie des  eaux depuis que l'Ours était petit.
La princesse Leïa n'était pas morte...

Nous sommes arrivés tranquillement à Saint Lazare.
J'ai voulu boire un mauvais café chez Costa.
J'aime bien, ça me rappelle Londres et j'aime bien le mauvais café.
C'est le Goût qui est plutôt Clooney.

Nous sommes rentrés  en bus, pas envie de passerelle.

Paris, grands boulevards, Saint Lazare