Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/08/2018

Chic, il a plu.

Ce matin, lorsque je me suis levée, il pleuvait.

Quel bonheur !
Depuis juillet, j'avais l'impression de vivre à Tel-Aviv mais sans la mer.
Le ciel était bleu, le soleil présent et les températures caniculaires.
Il faut allumer la lumière plus tôt le soir.
Mab commencerait à râler sur les jours qui raccourcissent.
J'entends l'ascenseur de mon immeuble mais on ne croise encore personne.
On va trouver du pain ailleurs que rue des Abbesses.
Bon, le boulanger du coin est encore en vacances.

La semaine prochaine, les petits anges du collège retournent en classe mais ils vont avoir la couette collée au dos.
J'espère qu'ils seront plus calmes qu'en fin d'année.

Bientôt le Goût se plaindra du froid.
Je râlerai après les voitures qui m'empêchent de respirer.

C'est la rentrée...

pluie,paris,embouteillages

16/08/2018

La fin des vacances ?

On dirait que les Parisiens rentrent déjà.
Il y a plus de monde dans les rues.
C'est un peu dommage mais ça a ses bons côtés.

La Tornade arrive demain.
Elle a émis le souhait de visiter les jardins de Bagatelle.
La honte sur moi ! Je ne connais pas mais je suis quand même ravie.

La semaine prochaine, on récupère les filles.
Là aussi, ça sent la fin des vacances...

On va dire qu'à partir de lundi, c'est fini.
Les villes de vacances vont retomber dans la torpeur et Paris retrouver sa folie.

paris,les filles,la tornade

03/08/2018

J'ai survécu.

Je sais, je ne suis pas malade.
Je ne suis que garde malade...

Lorsque le Goût est malade, un rhume, une bronchite, une gastro, il meurt.
Mais pas en silence.

Si c'est grave, deux vertèbres cassées, un corset pendant huit semaines en plein été et qu'il fait chaud, on ne l'entend pas.
S'il a un cancer, on ne sait même pas s'il est là, il vaque comme si de rien n'était.
Sinon, aïe aïe aïe !!!

Hier, le Goût a dormi presque tout la journée, il ne s'est même pas rendu compte de mon absence.
L'Ours a téléphoné, il n'a pas entendu.

Pendant les rares moments où il ne dormait pas, il cherchait sur le Net, il souffre donc :
- De la maladie du légionnaire (en fait une bronchite).
- D'une crise de goutte ( en fait d'un bleu à la cheville).
Il a à peine plus de 37° ce matin, et  sur la cheville, il ne sait pas comment il a fait ce bleu.

Bon, je vous l'accorde, il tousse beaucoup, et il n'a plus beaucoup de capacité respiratoire mais il devrait relativiser.
Il a un fils, une femme, une belle fille, tous avec de l'asthme.

Ce matin, il va mieux, il va quand même aller à son rendez vous chez le médecin.

Le Goût supporte tout sauf de souffrir d'une maladie banale.

Le Goût, maladie, chaleur, Paris

01/08/2018

Août à Paris.

Le Goût est malade depuis notre retour, la clim dans le train puis la pluie bienfaisante qui nous a trempés en sortant de la gare.
En tout cas, il tousse et a de la fièvre.

Comme la fièvre croît et ne redescend pas, il a commencé à chercher un médecin.
Notre généraliste est en vacances, les autres aussi.

Paris au mois d'Août est notre mois préféré à Paris.
Bon, à condition de n'avoir besoin ni de dentiste, ni de médecin et à peine besoin de manger.
Le Goût m'annonce qu'il vient de trouver un centre médical.
Il tente...
Il ira peut-être ce matin s'il n'a pas la flemme.
Je le piétinerais quand il fait des choses comme ça.
Comme le Goût supporte avec dignité les grandes douleurs mais surtout pas les rhumes aggravés, genre bronchite, nous allons continuer à chercher.

Ce matin, l'air martyr, il me dit,  je cite "Ma jambe ne me porte plus".
Je m'alarme, je suis prête à tenter les urgences où à appeler les urgences médicales, refus de l'intéressé qui part quand même sur ses deux jambes et attends que je le regarde pour boiter bas...

Le Goût réfléchit à ce qu'il va faire pour sa santé en faisant une partie de Freecell.
Pendant que les cartes montent se ranger toutes seules, ma tension monte.
S'il meurt, ce ne sera pas d'une bronchite, non.
C'est juste que je l'aurai tué...

Août, Paris, Goût, malade

16/07/2018

C'est encore loin la mer ?

lakevio.jpg

"A dix huit ans, j'ai quitté ma province bien décidée à conquérir Paris".

Je suis arrivée Gare de Lyon, éblouie.
J'ai regardé "Le train bleu" et j'ai décidé que la prochaine fois 
j'oserais m'installer dans l'un de ses fauteuils.

Je n'avais pas grand'chose : Ma valise et une lettre de recommandation pour une amie de ma grand'mère susceptible de me louer une chambre.
Même une pas très dégourdie comme moi pouvait faire son chemin dans le Paris des années soixante.
J'ai travaillé, j'ai étudié.
Je suis devenue plus parisienne qu'une Parisienne de souche !
Regardez autour de vous, Paris est surtout peuplée de gens venus d'ailleurs.

Bon, j'avais encore des émerveillements de petite provinciale.
Le Parisien de souche ne va pas à la tour Eiffel.
Il ne la regarde même pas.
La visite organisée avec sa classe lorsqu'il avait huit ans lui a suffi.
Je ne me suis pas mariée. J'ai pris un chat. C'est plus doux qu'un homme et tout aussi égoïste.
Aujourd'hui, j'en ai assez de Paris mais j'ai décidé que non, je ne retournerai pas dans ma ville de province, triste à mourir.
Je veux vivre au bord de la mer.
La femme mûre qui attend son train maintenant, celle qui a bazardé sa vie parisienne, ne ressemble plus à la jeune fille qui allait dans l'autre sens.
Elle a perdu quelques illusions et pris quelques kilos.
Elle sait qu'elle pourra faire son trou ailleurs...