Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2016

Deux femmes...

Deux femmes pieds nus sous la pluie.
"Ca, c'est bon Coco ! Mais ne n'est pas suffisant !"

Deux femmes sous la pluie.
La mère est venue chercher la fille chez son amant.
Un vieux d'au moins quarante ans...

"Classique, ça, coco ! Trop classique..."

La mère venue chercher la fille chez une copine, elle a fait une fugue, elle ne veut pas se présenter à un examen.

"Trop simple, ça, coco ! Trouve autre chose ! "

Deux femmes sous la pluie, sans chaussures.
Elles ont faim.
Elles n'osent pas tendre la main.
Dans deux heures, sous un porche, elles se lanceront.
Au début leur discours sera maladroit, au fils des jours et de la faim, il s'affinera.

Et toi, tu passeras et tu ne les regarderas pas, elles sont si nombreuses.
" Ça c'est vraiment top, ça coco ! Je prends !"

femmes, pluie, triturage de cervelle

29/12/2015

Libérée, c'est pas sûr mais réveillée oui.

La première fois que le téléphone a chanté, nous dormions, nous nous sommes rendormis, le téléphone a rechanté, elle était à Orly.

Nous avons pris notre petit déjeuner sans nous presser.

Le téléphone fixe a sonné, elle est au salon de thé, elle voulait que le Goût arrive mais le Goût a pris des petites habitudes de retraité, le matin, il traîne.

Elle arrive, elle tousse, elle est malade.
On dirait le Goût quand il a un rhume...

25/11/2015

Ca ne tourne pas rond dans ma petite tête...

Hier, je vous ai écrit pour me plaindre de votre absence d'écriture et aujourd'hui, je suis en panne sèche.


 

L'Ours a téléphoné pour nous dire que Merveille avait une gastro.
Il a dit aussi que la petite faisait des dents, des grosses, des molaires.
J'ai l'impression que cette petite a plus de dents que tout l'immeuble réuni.
Oui je suis jalouse !
Je sens qu'elle va avoir le sourire de Julia Roberts...

J'ai longuement bavardé avec ma sœur au téléphone et ce matin, je pense que j'ai encore devant moi une journée passionnante.
Il pleut déjà, le ciel est devenu gris d'un coup alors qu'il était comme ça ce matin :

pluie,repassage,bavardage etc

Et je n'ai pas la mer au bout du jardin donc je ne laisse pas la fenêtre ouverte.

Le froid ne me gêne pas mais je déteste la pluie.
J'ai dû être chat dans une vie antérieure...

 

17/10/2015

Circulez y a rien à voir, ni à dire.

 

automne,pluie,repassage

Premiers jours d'automne.
Pluie, vent, il faut s'habituer.

Dommage, je n'ai plus de cheminée et je m'habitue avec quelques radiateurs allumés.

Le jour se lève tard.
Je lis au lit un peu plus longtemps.

Pas de promenade dans Paris avant lundi.
Nous irons voir Madame Vigée-Lebrun au Grand Palais.

Je sais, je suis déjà allée à Paris mercredi avec Merveille mais je ne vais pas dans le Marais.
Ça finit par me manquer mais comme ni le Goût, ni moi n'avons encore fait nos analyses, nous n'allons pas voir notre médecin...

Il va pourtant falloir les faire, ces analyses !
Le Goût doit quand même passer un scanner même si le temps qui s'écoule entre deux est plus long.
Il est maintenant d'un an et demi.
"L'éreinteur" avait même proposé deux ans.
Le Goût n'est pas encore prêt à se ronger les ongles pendant six mois.

06/10/2015

Hier, ce fut une "journée de mince".

Hier, il a plu, beaucoup et tout le temps.

Les journées comme celle d'hier me font regretter de ne pas avoir de voiture.

Notre réfrigérateur était vide.
Déjà la veille, on s'était contenté d'une petite omelette avec quatre petites pommes de terre.
Les pommes de terre n'étaient pas bonnes.

Alors hier, nous avons guetté une accalmie qui n'est jamais venue.

Tandis que j'avais des envies de saucisses au couteau et que je ne trouve les bonnes que Rue Rambuteau.
Que j'avais envie d'éclair au caramel salé alors que dans mon coin tous les boulangeries sont fermées le lundi et leur pâtisserie n'est pas bonne.
Voilà, il aurait fallu aller à "La maison du chocolat" à côté du Bon Marché.
J'hésitais déjà à sortir, vous pensez bien que je n'allais pas aller rue de Sèvres...

Pour finir, nous sommes descendus au Franprix.
C'est le pire magasin du coin.
Il achète au moins cher donc du presque périmé qu'il vend au prix de la Grande Epicerie.

J'avais des envies de cochonneries.
Je n'ai pas été déçue, c'était mauvais, d'ailleurs on a eu mal à l'estomac.

A deux heures du matin, j'ai été réveillée en sursaut par des cris de filles.
Après, j'ai entendu les garçons et la musique.
Je suis allée sur le balcon et j'ai hurlé "La ferme ! "
Ça a réveillé le Goût en sursaut...

Du coup, on est monté, de confiance au quatrième, chez le fêtard de l'immeuble.
Il n'était pas là.
On a vu un couple, le garçon n'était vêtu que d'une serviette de bain.
Je me suis fait la réflexion "bien fichus les invités du petit du quatrième".
On a continué jusqu'au cinquième, quelques jeunes au regard innocent jouaient aux cartes.

Ca nous a permis de constater que les fauteurs de trouble étaient réactifs.
Nous avons vu qu'il pleuvait légèrement sur le palier du cinquième.

Ca a vraiment été une journée de mince.