Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2019

C'est de moins en moins facile.

Pendant de nombreuses années, j'ai écrit sans problème et rapidement.

C'est de plus en plus difficile depuis cet été.
Encore plus depuis que ma sœur est seule.
Le matin j'attends son appel.
C'est devenu un rituel auquel qui, à défaut d'être attaché, me ligote l'imagination.
Ce rituel a cassé mon autre rituel, celui auquel je me livrais chaque matin : l'écriture.

Le soir ? Au lieu de me mettre à penser à ce que je vais écrire le lendemain matin, j'appelle ma sœur.
Ça nous prend du temps, pour peu de choses car nous n'avons pas des vies si trépidantes.
Ma vue n'étant pas encore totalement rétablie, il n'est pas question de faire faire de nouvelles lunettes.
J'imagine bien qu'avec une vue qui évolue un peu chaque jour il n'est pas question de faire faire deux paires de lunettes par semaine...
Alors il n'est toujours pas question de retourner dans un musée où je devrai pousser les visiteurs pour toucher des yeux les encarts de chaque oeuvre puis les bousculer pour reculer afin de l'admirer. .
Quant à ma sœur, elle est extrêmement frileuse, elle ne sort donc de chez elle que pour faire les courses.
Elle m'inquiète un peu.
Elle a un caractère de mince mais c'est ma sœur...
Aujourd'hui, j'ai décidé de me forcer.
Alors 
Le Goût et moi avons décidé d'aller visiter le cimetière du Montparnasse.
Il me dit que nous y sommes déjà allés.
Je sais bien que non.
Il m'a dit des choses sur ce cimetière.
Je me demande avec qui il est allé traîner là...
Il y a des jours où je me demande si je connais l'homme avec qui je vis depuis si longtemps.
Enfin, on a un but pour aujourd'hui, c'est déjà ça.

Ecriture

 

18/05/2017

Il faut bien se dévouer.

C'est le moment de voir si mes petites cellules grises fonctionnent encore.
Je n'ai aucune envie d'écrire mais je le dois à Mab.
Après l'avoir suppliée de continuer à écrire ce serait mal de ne plus jouer le jeu...

Je sais le Net est volage.
Chaque jour sortent de nouveaux jeux.
Et que je t'épingle.
Et que je te cause en cent-quarante caractères.
Et que je rejoins un nouveau site de partage instantané, en gros un blog pour paresseux avec des photos et pas beaucoup de texte.
Mais je suis comme le temps, maussade...
Le Goût a un œil injecté de sang, je n'arrive pas à le regarder.
J'étais même prête à appeler le SAMU hier soir !
J'ai été rassurée par le père et par le fils.

Merveille a droit à la Ventoline, à la prise de sang et aux EFR -Explorations fonctionnelles respiratoires-.
C'est long, juste agaçant mais indique au pneumologue avec précision quelle est votre capacité respiratoire.
Je trouve qu'on devient asthmatique de plus en plus tôt dans cette famille...

Ah ! On a aussi un nouveau gouvernement !
Un de plus.
Ça doit être vieillir, on hésite à se réjouir d'un changement qui n'en est pas un...

21/07/2016

A la demande générale du Goût.

Non, ça ne m'a pas manqué d'écrire.
Non je n'ai pas connu l'angoisse de la page blanche.

Je me suis aperçue que je pouvais arrêter mon rendez-vous quotidien sans problème.

Et puis le Goût a dit : "discipline", "entretien des cellules grises" et patin et couffin...

J'ai même fait des promesses.
Comme j'ai trop chaud, que je n'ai pas envie d'aller chez la dermato aujourd'hui, j'ai promis d'écrire.
Je suis prête à toutes les bassesses pour attendre la rentrée, quand il fera moins chaud.

Alors je raconte :
On a gardé P'tite Sœur, un amour, câline mais qui n'a pas voulu dormir avant le retour de ses parents.

On a parcouru Paris sauf depuis quelques jours où la chaleur m'assomme.

Mon cholestérol est à la hausse pendant que ma motivation est à la baisse.

Je n'ai pas lu plus, je n'ai pas brodé non plus.

Tout à l'heure, on va profiter de la baisse relative des températures pour aller à Paris.

écriture, blog, Paris

19/03/2016

assieds toi et écris.

Ecrire lorsque tu n'as pas envie, c'est un défi.
Du moins pour moi qui d'habitude écris facilement des histoires sans importance.

Le Goût vous a déjà raconté notre expédition dans un endroit exotique et dépaysant.
Vous connaissez son sens de la formule.
De toute façon, pour lui après le périph', c'est l'exode...

Hier soir, une voisine est venue prendre un verre.
Nous sommes le dernier carré.
Les résistants.
Ceux qui veulent de la lumière dans les parties communes et des portes qui ferment.
Allez, je vais donner dans le croustillant : On veut même des chasses d'eau qu'on ne doit pas tirer plusieurs fois pour évacuer le papier d'un petit pipi.

Ma voisine, cette inconsciente, a apporté une plante.
Plante dont j'ai le nom sur le bout de la langue.
On en trouve en Bretagne.
Elle prend la couleur du coin.
Elle peut devenir rose ou bleue selon on ne sait quoi.
J'accepte votre aide car depuis ce matin, je sèche.

Il fait gris et pollué.
Pas d'expédition aujourd'hui.
Nous allons à Paris demain et même si la pluie tombe, le Goût sera heureux.

inspiration, respiration, écriture

27/01/2016

J'écris, je n'écris pas ?

La sagesse devrait me laisser silencieuse.
Lorsque je n'écris pas, les visiteurs affluent.
Je n'ose penser que mes petites histoires sans importance ne les intéressent pas plus que ça et que mon silence leur fait espérer une catastrophe...

Oui, j'ai mauvais esprit.
Non, je ne vais pas changer aujourd'hui.

En ce moment, mon environnement est contre moi.
Je pars faire mes courses au Monoprix du centre ?
Pas question de prendre le bus car une canalisation a explosé.
On répare en urgence, des voitures partout, pas de bus à l'horizon.

Je vais à Paris hier ?
Le chemin pour atteindre le train à encore été modifié.
Heureusement mais le conducteur du train voit arriver les retardataires et hier le conducteur a eu la bonté de nous attendre.

Je m'attendais à trouver Paris en pleine révolution ?
Rien, pas d'embouteillage, des bus, pas même l'ombre d'un manifestant.

Nous avons regagné Saint Lazare à pied en discutant.
Nous avons eu un train au dernier moment et nous avons testé une passerelle provisoire.
Si cette chose avait été stable j'aurais peut être pu voir Neuilly, mais comme elle oscille sous le poids des voyageurs pressés, j'ai surtout cherché à ne pas tomber...

La journée était bien.

Aujourd'hui, il pleut.

Ecriture, visite, Paris, etc