Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/09/2018

Rentrée des classes.

Les filles ont repris le chemin de l'école, P'tite sœur en dernière année de maternelle et Merveille en 6ème.

Merveille en 6ème !

rentrée,les filles,collège

Dire que je la vois encore, avec ses chapeaux, pour montrer à tout le monde que c'était une petite fille et pas un joli petit garçon.

Lundi après-midi, j'ai appelé et demandé à l'Ours ne me passer sa fille.
Elle déjeunait avec sa copine mais "ce soir, sans mentir" il allait me la passer.
J'attends encore.

J'aurais aimé entendre sa voix.
Qu'elle me donne ses impressions à elle.
J'aurais aimé deviner sa fierté et son angoisse.
Bon j'espère la voir avant les vacances, avant que sa nouvelle vie ne devienne une routine.

Je sais que Merveille ne se sentira pas concernée par l'interdiction des portables, elle n'en a pas.

Ce matin, elle a cours.
J'ai entendu l'Ours lui dire : "Ne râle pas, nous on avait cours aussi le samedi et on ne disait rien'.

Je me demande si l'Ours croit ce qu'il dit.
Il râlait tous les samedi matin...

Rentrée, les filles, collège

 

16/08/2018

La fin des vacances ?

On dirait que les Parisiens rentrent déjà.
Il y a plus de monde dans les rues.
C'est un peu dommage mais ça a ses bons côtés.

La Tornade arrive demain.
Elle a émis le souhait de visiter les jardins de Bagatelle.
La honte sur moi ! Je ne connais pas mais je suis quand même ravie.

La semaine prochaine, on récupère les filles.
Là aussi, ça sent la fin des vacances...

On va dire qu'à partir de lundi, c'est fini.
Les villes de vacances vont retomber dans la torpeur et Paris retrouver sa folie.

paris,les filles,la tornade

15/04/2018

On a vu l'exposition Mary Cassatt mais pas que.

exposition,les filles,toux

On est allé voir l'exposition Mary Cassatt à Jacquemart-André.
Pour une fois, les salles n'étaient pas bondées.
Les grèves ont parfois du bon, enfin pour nous, car ce musée attire toujours un public impressionnant.
On aurait pu croire à une fermeture exceptionnelle, il n'y avait que quelques Parisiens et deux cars de Japonais sur le boulevard Haussmann.
C'était bien.
Sauf qu'un gardien, qui se prenait pour le chef du monde a parlé au Goût sur un ton qui méritait une plainte.
Vous connaissez le Goût, il a argumenté et remercié ce zélé serviteur pour son amabilité.

Comme chaque fois, nous n'avons pas résisté au salon de thé.
Le Goût a choisi un gâteau vert et rose, on aurait dit un gros gâteau de dinette.
Il a dit que c'était bon.

Hier, l'Ours a amené les filles, genre "elles pleurent, tellement elles ont envie de vous voir !" Ben voyons...

Alors Le Goût a annulé son déjeuner avec un ami, on a gardé celui de lundi avec une amie et on aura les filles avec nous.

P'tite Sœur tousse beaucoup.
Hier soir, elle pleurait, voulait voir ses parents.
Elle voulait voir un médecin mais pas n'importe lequel.
Seulement la généraliste de ses parents.
J'ai donné du miel, fait des bisous, elle n'a pas beaucoup toussé cette nuit, mais depuis tout à l'heure, je l'entends.

23/02/2018

C'est à l'usage qu'on devient usagé.

Le Goût est frileux, depuis toujours.
Aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain...

Nous avions trouvé quelques défauts à cet appartement.
A l'usage, c'est comme l'amour, au début tout est beau, avec le temps tout s'en va disait Ferré, je dirai plutôt que les couleurs passent.

Donc, cet appartement est bien situé, agréable, très années 70.
Mais il a un défaut : quand il fait froid dehors, il ne fait pas chaud dedans.
Enfin, disons qu'il arrive à une température supportable pour le Goût en soirée.

Même moi je n'ai pas chaud, c'est vous dire !
Il faut dire que je n'arrive pas à dormir avec du chauffage donc le soir, on éteint et le matin il faut attendre comme pour les surgelés avant de cuisiner...

Se promener dans Paris, n'y songez pas.
Vous voulez que le Goût attrape une crise cardiaque ?
Déjà, j'arrive à le faire sortir chaque jour, il ne faut pas exagérer...

P'tite Sœur est encore malade.
"Petit virus" dit le docteur, ça donne quand même 40°C.
Elles seront avec nous la semaine prochaine et nous les ramènerons pour fêter l'anniversaire de Merveille.

Je lis, je m'occupe mais je n'ai guère envie d'écrire.

Froid, lecture, les filles

25/08/2017

Un jour prochain, pas si prochain, en fait...

Mon ordinateur va mourir.
Il refuse les dernières mises à jour.
Il n'est plus vraiment coopératif.

Il a vu naître Merveille.
Une Merveille qui grandit.
Une Merveille à la dent dure et la langue pointue.
Une Merveille aimante avec sa sœur.
Une sœur P'tite Sœur qui se laisse aimer.
Une sœur qui n'imagine même pas qu'on puisse ne pas l'aimer.

Les deux se sont intéressées à tout, à la nourriture des animaux, aux espèces menacées.
Toutes sont en fait menacées.
Et toutes menacées par une seule espèce, l'Homme.

Je crois qu'il ne sera plus possible d'emmener Merveille seule à Paris car P'tite Sœur a compris l'utilité des grands parents.
Elle a été longue à nous accepter mais aujourd'hui, elle rattrape le temps perdu.
Nous ?
Et nous, nous nous couchons sur les rotules et nous endormons comme des masses.
Comme le panda roux du Jardin des Plantes...

les filles,le temps qui passe,la vie