Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/05/2022

Elles sont parties.

les filles,levallois,parc,parfum

Au début, j'ai dit "ouf !"
Quel silence !
Quel calme !
Bon, il n'y a plus de déodorant.
Entièrement dans un tube de carton recyclable, il a fini dissous dans la baignoire.
Il me reste même un peu de parfum, le tiers de la bouteille est parti dans leurs vêtements, dans leur cou gracile...

Plus de " Mais Mamie !!! ", plus de "Mortelle Adèle" que P'tite Soeur lit à côté de moi, m'empêchant de lire mon livre.

Plus de repas déséquilibrés faute de temps pour aller sur le marché.
Le résultat net de McDo a fait un bond...

Mais plus non plus de " Je t'aime Mamie...", plus de Merveille au parc de Levallois regardant les ados présents et les trouvant "laids comme des chenilles".

Plus de P'tite Soeur chougnant qu'elle avait perdu sa meilleure amie.
Meilleure amie rencontrée la veille seulement.

Hier, nous sommes quand même allés sur le marché.
Nous avons fait du ravitaillement sans entendre : "Je n'aime pas ça".
Nous avons fait tourner la machine à laver.
Mon épaule a protesté.

Hier soir, elles nous manquaient déjà...

 

 

06/03/2022

J'avais plein de choses à vous dire.

les filles,la vie,le quartier

Merveille est venue quelques jours.
On a parcouru des kilomètres dans les allées de "So Ouest".
On les a parcourues en long, en large, en changeant d'étage pour qu'elle puisse se trouver des tenues adaptées à ses quinze ans.
Aussi pour briller pendant son futur voyage scolaire à Séville.

On a eu P'tite Sœur une seule journée.
P'tite Sœur encore bien fatiguée par son séjour à l'hôpital.
Pour s'occuper et tromper son angoisse, elle avait donné des noms aux perfusions et autres appareils barbares qui lui fournissaient le nécessaire à sa survie.
Pour l'occuper nous l'avons emmenée faire un tour de poney au Parc Monceau.

Quant à nous, nous avons retrouvé, en changeant d'arrondissement, les manifestations du samedi.
Mais en pire, avec encore moins de bus et encore plus de rues barrées.
Alors hier, on est allé rue Poncelet faire les courses.
Nous avons acheté du poisson chez "Daguerre", boutique que je ne vous recommande pas, où le personnel, à l'image de la gérante est grincheux.
Au moins, contrairement au personnel, le poisson est délicieux.
Hélas, comme le personnel, il est mal préparé...

Sinon pas grand'chose, on fait "une pause de cartons".
Au moins, on est sûr qu'ils ne vont pas s'envoler.
Nous non plus...

03/11/2021

Les filles sont parties.

les filles,paris,virus

Les filles sont parties !
La grande nous a laissé son virus.
On tousse, surtout le Goût.
On marche à deux à l'heure, surtout le Goût.
On râle, tous les deux.

On a beaucoup marché...
J'ai retrouvé dans P'tite Sœur, Merveille au même âge.
Merveille voulait habiter le Louvre.
P'tite Sœur veut habiter la Samaritaine.
Elle a commencé à l'aménager à son goût.
Elle nous a prévenus, « Il faudra garder la vente des bijoux et je serai la directrice car il faut bien vivre... »

Et nous voilà tous les deux, toujours en train de se chipoter, de faire des projets fous comme si nous avions toujours vingt cinq ans.

On croise nos petits doigts douloureux pour que ça marche.
La vieillerie est un naufrage mais on rêve...

Notre voisin, plus habitué à jouer de la basse que de la truelle, a voulu bricoler.
Résultat ? Il a « refait » sa salle de bains et depuis nous avons un mur dont la peinture se gondole.
Il faut attendre une décision et je ne suis pas patiente.

Les gens heureux n'ont pas d'histoire dit-on.
La preuve en est avec cette note...

les filles,paris,virus

29/10/2021

Je n'ai pas le temps.

Les filles sont là.
Alors, ça donne ça et j'ai juste un aperçu.
Je n'ai pas le temps d'en dire plus.

les filles,misée,café.

les filles,misée,café.

les filles,misée,café.

les filles,misée,café.

les filles,misée,café.

15/04/2020

Toujours confinée, toujours sans masque, toujours sans gants.

covid-19,les filles,les grands

J'ai l'impression que personne parmi les journalistes n'a fait attention aux "si", et "si" de notre Président.

Genre "Si le vent est à l'ouest et si la température est clémente, on pourrait envisager de lever une partie du confinement mais  laisser les seniors mariner jusqu'à la fin de l'année."
Donc, si j'ai bien compris, ceux qui seront sortis intacts de la pandémie auront gardé toutes leurs chances de mourir d'une éventuelle nouvelle canicule.

J'ai entendu bafouiller le Ministre de l'Education à propos d'une "éventuelle rentrée des classes" avec des suppositions comme "une fois par semaine les élèves de sixième, une matinée les primaires".
Improvisation partout.

On laisserait les cafés et les restaurants fermés, mais on ouvrirait les écoles...

On ne teste pas les malades.
Mes enfants et petits-enfants ne sont que des "suspicions" qui toussent à fendre l'âme d'un usurier.
Ils ne deviendront malades que testés.
Mais comme ils ne doivent pas se rendre à l'hôpital...

Comme on connaît tous des cas comme ceux de nos enfants, c'est dire si le nombre exact de malades communiqué est fiable.

En attendant, je confine et je somatise.
Si notre Président pense que les "vieux" accepteront de ne pas voir leurs enfants, c'est qu'il ne connait rien aux mères.

J'ai le coeur qui cogne lorsque je les entends tousser et j'attendrai le nouvel an pour aller les voir ?
Ça manque de femmes ce gouvernement...