Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2021

Vous le reconnaissez ?

devoir de Lakevio du Goût_80.jpg

Mr Caillebotte n’a pas peint que le pont de l’Europe, la gare Saint Lazare, des « racleurs de parquet » ou les trottoirs parisiens.
Non, il a peint aussi de la verdure.
Et pas que celle de sa propriété d’Yerres.
Je vous soumets cette toile qui me prouve que là où je me suis promené il y a peu était beaucoup plus touffu il y a 150 ans qu’aujourd’hui.
Les bancs n’ont cependant pas changé.
Que vous dit cette toile ?
Un souvenir de parc bien loin de celui-ci apparaît dans ma cervelle noyée dans son habituel « cafouillon » matinal...

La plaine Monceau...
Un endroit créé de toutes pièces par les frères Pereire pour loger la grande bourgeoisie.
Du moins celle qui n'avait pas les moyens de s'installer Boulevard Saint-Germain.

Les hôtels particuliers du coin n'étaient pas encore des sièges sociaux, Rolex n'y avait pas le sien.
Ces hôtels appartenaient aux familles Camondo, Rothschild, Cernuschi et je crois même que les frères Péreire en possédaient un.

Lorsque j'étais enfant, je n'en savais rien, je m'ennuyais beaucoup dans ce parc sauf lorsque j'étais conviée à jouer au croquet.
Plus tard, j'y lisais "La famille Boussardel", que je devrais relire...
Je rêvais aussi de posséder un de ces hôtels.
Hélas trois fois hélas, j'ai rencontré le Goût et mes rêves de posséder les clefs du Parc Monceau se sont envolés...

Je voulais posséder un de ces hôtels particuliers juste pour les clefs du parc.
Pouvoir m'y m'installer le soir, le parc étant fermé et lire tranquille sur un banc.
En fait, je voulais le parc silencieux et pour moi seule.

Hier j'y suis allée.
Nous avions chacun un livre mais nous n'avons pas lu.
Nous avons regardé les passants qui passent.
Ils étaient nombreux ces passants.
Des quadragénaires qui promènent l'héritage en la personne de "Mère" qui ne quitte plus son fauteuil roulant.
De jeunes étudiants pas dépressifs du tout, en grappes de douze et buvant de la bière.
Des enfants qui courent après les ballons et, sacrilège, les pelouses occupées par la foule.

Finalement, à voir la densité de sacs Chanel, le vrai, le quartier ne se démocratise pas vraiment.
Il a juste le cul un peu moins serré et je suis certaine que certains se tiennent mal à table...

parc monceau,hier et aujourd'hui

28/04/2021

Promenade dominicale

dimanche,parc monceau,foule

Dimanche, pour changer un peu de coin, nous sommes allés au Parc Monceau.
Parc que je n'ai jamais aimé lorsque j'étais jeune.

Rien n'y est prévu pour les enfants.
Pas de bac à sable, pas de toboggan, juste des poneys, une buvette et un manège.
C'est tout.

Autant dire que mon arrière-grand'mère ne considérait pas les poneys comme une chose indispensable, pas plus que la buvette.
Le manège non plus...

Je savais donc que dimanche, le parc serait plein de jeunes couples avec des bébés, de vieilles dames.
J'espérais quand même un moment de calme.

Erreur !
J'avais oublié tous ces "malheureux étudiants" qui sont retournés chez papa et maman et qui avaient besoin de soleil.

Les pelouses étaient envahies par des jeunes gens "en recherche" de vitamine D.

Nous nous sommes assis à l'ombre d'un arbre et j'ai regardé.

Pour la première fois, j'ai vu la maréchaussée.
Enfin... Deux policiers charmants assaillis par la population du cru.
De vieilles bourgeoises qui voulaient qu'on fasse évacuer les pelouses.
Un autre, genre "vieux scout", qui réclamait une protection pour les chats du jardin.
Chats tout à fait capables de ne ressortir qu'à la nuit tombée.

Nous avons appris que les deux policiers étaient là "pour rassurer la population".
La population de la Plaine Monceau serait-elle plus craintive que celle d'autres coins de Paris ?

dimanche,parc monceau,foule