Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2018

Je m'accroche.

Contrairement au Goût je n'ai pas la fièvre écrivaine.
Le temps morose, mes lectures qui sont des relectures de polars, des trucs qui se lisent en deux jours et oubliés dans la journée me tuent l'imagination.

La pluie qui tombe tous les jours me coupe le clavier.
Nous sortons chaque jour mais c'est utilitaire.
Sauf aujourd'hui où nous avons rendez-vous dans une crêperie de la rue des Martyrs.

Ce temps maussade réveille mes douleurs et le mot que je prononce le plus souvent est "aïe".
Mon côté gauche part en sucette.
Le droit résiste encore mais du côté de l'épaule ça commence à se gâter...

Ces petites choses sans importance ne font pas une note passionnante, j'en ai bien conscience mais je n'ai rien de mieux en magasin.

A la première percée du soleil, je vous le dis, je me plaindrai de la chaleur.
Mais nous n'en sommes pas encore là.

Rien, promenade, lecture

20/04/2017

Le Paris japonais.

Hier, il faisait beau, pas chaud, un temps comme rêvé pour moi.
Nous avons exploré la Rue Saint Anne devenue le "quartier japonais" de Paris.
J'ai vu deux touristes gays qui n'ont pas encore appris que le quartier touristique homosexuel de Paris se trouve aujourd'hui dans le Marais.
On ne peut pas tout savoir...

Que de petits restaurants japonais dans cette rue !
Il y en a un tout petit qui fait cuire une sorte de pot au feu avec des légumes dont je ne connais même pas le nom.
Ça sent si bon que nous avons salivé.
J'étais en manque de chou chinois.
Le Goût est entré dans une boutique où il n'avait que l'embarras du choix.
Il en est ressorti avec un chou chinois et du wasabi, un truc jamais utilisé par nous, sauf au restaurant mais on va tester.

Ensuite, on est revenu tranquillement jusqu'à Saint Lazare.
Le Goût a réfléchi un instant et a opté pour la passerelle.
Passerelle dont les ascenseurs sont là, inactifs.
Et le passage qui fait gagner du temps fermé au public, l'Architecte
a commis une erreur sur les marches du "pas d'âne".
Les usagers tombent.
Il faut casser et refaire.
C'est prévu pour un de ces jours.

Je me demande si on verra fonctionner ces ascenseurs.

Paris, Japon, Corée, promenade

08/02/2017

Le Palais Royal est un beau quartier.

Merveille est là et le blog devient difficile à tenir.
Cette petite a ses grands-parents bien en main.

Hier, nous avons fini par arriver au Palais Royal ou elle a joué à chat-perché avec une autre petite fille et le grand-père de la petite fille.
Les colonnes de Buren servent au moins à quelque chose...

Elle avait vu l'exposition Gaston la veille avec son grand-père.

Cette gamine, qui a toujours des problèmes à se lever les jours d'école, se réveille pleine d'énergie les jours de vacances.
Elle a apprécié la glace du café Vivienne mais n'a pas jeté un regard aux boutiques.

Elle est mignonne et hésite encore entre "je grandis" et "je suis encore une petite fille".

Elle fêtera ses dix ans le mois prochain.
Mon ablette a le temps de grandir...

Merveille, glace, promenade

13/01/2017

ll faisait beau.

Ce matin il fait soleil !
Le vent a bien soufflé cette nuit mais les arbres sont restés debout.

Lors de la dernière tempête, alors que nous vivions à Tel-Aviv mais que nous étions de passage à Paris, nous n'avons rien entendu.
C'est en sortant que nous avons vu les dégâts et plusieurs mois après que nous avons appris que nos meubles, nos livres et nos photos avaient disparu pendant cette tempête.

Aujourd'hui, nous avons rendez-vous à Paris avec des amis.

Les trains passent, ça devrait être possible.

promenade, Paris, amis

01/10/2016

Perte ou vol.

Le Goût et Merveille sont revenus heureux et fatigués.

Hier soir, le Goût n'avait plus son smartphone, ni son livre.

Bon le livre, on peut le racheter, d'ailleurs, il devrait bientôt sortir en poche.

Pour le téléphone, c'est plus gênant, il n'a plus que ses yeux pour pleurer et sa gorge irritée à force de tousser.

Montmartre ne nous porte pas chance.
Je venais à peine de digérer le vol de mon porte-cartes que le Goût subissait à son retour une perte ou un vol plus agaçant.

C'est un samedi ordinaire sur la Terre...