Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/01/2017

ll faisait beau.

Ce matin il fait soleil !
Le vent a bien soufflé cette nuit mais les arbres sont restés debout.

Lors de la dernière tempête, alors que nous vivions à Tel-Aviv mais que nous étions de passage à Paris, nous n'avons rien entendu.
C'est en sortant que nous avons vu les dégâts et plusieurs mois après que nous avons appris que nos meubles, nos livres et nos photos avaient disparu pendant cette tempête.

Aujourd'hui, nous avons rendez-vous à Paris avec des amis.

Les trains passent, ça devrait être possible.

promenade, Paris, amis

01/10/2016

Perte ou vol.

Le Goût et Merveille sont revenus heureux et fatigués.

Hier soir, le Goût n'avait plus son smartphone, ni son livre.

Bon le livre, on peut le racheter, d'ailleurs, il devrait bientôt sortir en poche.

Pour le téléphone, c'est plus gênant, il n'a plus que ses yeux pour pleurer et sa gorge irritée à force de tousser.

Montmartre ne nous porte pas chance.
Je venais à peine de digérer le vol de mon porte-cartes que le Goût subissait à son retour une perte ou un vol plus agaçant.

C'est un samedi ordinaire sur la Terre...

10/09/2016

Après une journée délicieuse

sacré coeur,promenade,petit vent

Hier nous avons passé une journée délicieuse.
Il y avait quelques touristes, le Sacré Cœur, la verdure, un peu de vent.

Un endroit à l'ombre pour se restaurer, les pizza étaient bonnes.
C'était bien...

Un café gourmand pris en terrasse sur une "place calme et arborée".
La félicité tient à peu de choses.

Nous avons boudé le train qui nous laisse souvent à quai en ce moment.
Nous n'avons même pas oublié mon breuvage.
J'avais de la Ricoré.
Tout était bien...

C'est lorsque nous sommes passés à table que tout a basculé.
Le poisson surgelé était cuit, le riz aussi.
Ne manquait qu'une petite sauce.
Le Goût a versé la crème fraîche.
Et généreusement en plus !
Tout a tourné.
La crème était périmée depuis un mois et demi environ.

Nous n'avons pas d'excuse.
Nous n'en cherchons pas.
Distraits nous sommes, distraits nous resterons.

Il nous restait un œuf chacun et du riz.
Dire que nous avons fait un repas somptueux serait exagéré.

Mais c'était bien.
Vraiment bien...

16/08/2016

Lumière d'Août.

août,silence,lecture,promenade

Profiter des derniers jours de silence ne donne pas envie d'écrire.

Nous allons à Paris et chaque fois nous sommes étonnés de l'absence des touristes, finalement nous y restons peu...

Nous profitons de "la ville d'à côté", calme elle aussi mais verte.

Nous voyons Manou.

Nous recevons des photos des petites.

Nous lisons tranquillement et surtout lentement.
Je crois n'avoir jamais mis si longtemps à finir un livre : "Le secret de la manufacture de chaussettes inusables".

Nous sommes en mode été.

Hier soir, Le Goût a fait une tourte au saumon.
Pas mauvaise.
Il avait juste oublié la sauce hollandaise alors on a mis de la crème fraîche à la place.

Nous sommes encore seuls au monde mais il y a quelque chose dans l'air qui nous prévient que l'agitation revient.

06/05/2016

Hier, il a fait très beau.

paris,promenade,douceur.

Hier, nous sommes allés à Paris manger un döner.
J'avais prévenu le Goût, c'était le dernier !

C'est fini, je n'aime plus le döner.
J'en ai même donné plusieurs morceaux au Goût.

Je crois que le döner était surtout le prétexte à une longue promenade dans Paris, à des crises de fou-rire, à des découvertes dans des quartiers connus depuis toujours.

Nous avons marché, marché, marché, des Batignolles au restaurant Ladess, pour commencer.
De chez Ladess à la Madeleine ensuite.

Nous avons trouvé sur le chemin un porche ouvert.
A l'intérieur, de la verdure, un banc et l'illusion d'avoir quitté la ville, c'était bien.

Ensuite, nous avons continué notre route jusqu'à Saint-Augustin.
Là nous avons bu un café et avons eu un fou-rire.
Je cherchais mes mots à propos de l'ustensile à aspirer mon médicament.
Je ne trouvais pas.
C'est quand j'ai voulu faire le geste que je me suis rendu compte à temps de ce qu'on pouvait penser...
C'était peu délicat et faisait plus penser au Bois de Boulogne qu'à Saint Augustin.
Arrivés au parc Monceau, nous ne nous sommes même pas arrêtés, plein de gamins, même des mamies sur les pelouses, du monde partout, nous avons préféré continuer notre route.

Rue de Courcelles, un "shalala" au volant d'une Ferrari bleu layette, nous a assourdis.

Arrivés à la porte Champerret j'avais les pieds usés.

Lorsque nous sommes rentrés, le Goût a cuisiné un lapin à la moutarde, c'était délicieux.