Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2018

Nuit de Chine, nuit câline...

petites filles,sommeil,jardin

Innocente comme je peux l'être parfois, je m'étais imaginée une nuit paisible comme la nuit d'avant.
P'tite Sœur était partie se coucher seule.
Et comme Proust, la lumière à peine éteinte... La tête posée sur l'oreiller, elle dormait.

Pour renouveler l'exploit, nous les avons fatiguées.
En réalité elles nous ont crevés.
D'abord un petit arrêt au square à côté de chez nous.
Nous avions prévu Beaubourg.
Elles préféraient de loin un square avec balançoires.

Puis nous sommes partis, le cœur léger, avec P'tite sœur nous disant "je t'aime" tous les trois pas puis "c'est encore loin ?" toutes les trois secondes...

Le Jardin des Batignolles a proposé balançoires, manège, eau gelée, canards pris dans la glace, le bonheur.

Après ? Les boutiques pour la grande, une limonade pour les deux, un diabolo fraise pour le grand-père.
Le Goût n'a même pas pu pousser un soupir de nostalgie car la petite lui a confisqué son verre et le lui a rendu vide...

Hélas, le soir, épuisées toutes les deux, elles ont eu du mal à trouver le sommeil.
Vers cinq heures la petite réveillée comme au chant du coq voulait jouer et ne plus dormir.
Merveille voulait l'étrangler.
Je comptais les points.
Finalement, Merveille a amené P'tite Sœur à son grand père...
P'tite Sœur est revenue ensuite, elle ne veut pas faire pipi dans le noir et le canapé de papy est trop petit.

Si la petite avait été ma fille et pas ma petite-fille, le grand chambardement aurait rapidement cessé.
Hélas trois fois hélas, je ne suis que la grand'mère.

Maintenant, elles dorment comme des bienheureuses et moi, j'essaie de trouver un endroit où je n'ai pas mal...

19/11/2015

Manuel de survie à l'usage des grand'mères

Vous commencez par aller chez le dentiste à pied en chantonnant "Gare aux barbus".
Une adaptation libre de "Le Gorille" de Brassens.
Vous ne croisez pas un bus.
Vous en concluez que les barbus n'aiment pas être traités de barbus.

Penser à demander à l'Ours de raser sa barbe de trois jours.

dentiste,petites filles,bonheur

Arriver chez le dentiste.
S'apercevoir qu'il ne sait pas pourquoi ses clients annulent.
Il est traumatisé le pauvre.
Il faut le consoler.
Pour vous remercier, il appuie là où ça fait mal.

Monter chercher les filles.
Avec le grand-père, emmener les filles au square.
Voir la petite faire du toboggan.
Expliquer à la grande qu'elle est trop protectrice avec sa sœur.
Lui demander de vivre sa vie et laisser sa petite sœur vivre la sienne.

Passer au Monoprix.
Le monstre est dans sa poussette, pile à la hauteur des calendriers de l'avent K.
Ressortir avec un calendrier K. alors que vous êtes contre ces cochonneries à l'huile de palme.

Entendre Merveille nous donner des conseils pour s'occuper de sa sœur.
C'est bien la fille de son père.
Lui rétorquer qu'on n'a abîmé ni son père, ni elle.
Les barbus sont encore des barbus mécontents.
Alors rentrer à pied...

Bien dormir.
Se moquer de l'état d'urgence.
Se dire que tous les gouvernements ont toujours eu envie de restreindre nos libertés.
Se dire qu'avec une augmentation de retraite de 52 cents, on n'aura pas besoin d'eux pour se restreindre.

05/06/2015

Alors raconte.

Mes dents ?
C'est la retraite de Russie !
Mon dentiste est lent, c'est plutôt bon signe mais depuis le temps que j'essaie de faire durer, ça finit par être vraiment usé...

J'irais volontiers demander un autre avis mais vous connaissez le dicton "Menteur comme un arracheur de dent" alors je "fais confiance" mais depuis certaines mésaventures, je ne fais plus si facilement confiance.

La machine à laver des enfants fonctionne.
Zorro est arrivé et a recalé la chose, a fait tourner.
Elle tiendra encore...

J'ai refusé d'aller chercher la grande à l'école.
Je venais de passer un moment pas franchement agréable mais l'Ours a quand même essayé de me culpabiliser.
Ça-ne-mar-che-plus !!!

En revanche, le Goût et moi avons un vrai souci avec la petite.

dents,machine à laver,petites filles



Elle se moque de nous avec une joie de vivre incomparable.
Pendant que j'essayais de lui donner son goûter, il me fallait "faire l'avion", elle n'arrêtait pas de dire "non".
La compote a fini sur ma jupe...

Lorsque nous sommes partis, elle nous a dit des "au revoir" à n'en plus finir.
Elle voulait même ouvrir la porte pour que nous partions plus vite.

"Ca va être un souci" comme dit son père...