Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/10/2019

Et une insomnie.

douleur,sommeil,modiano

Cette nuit j'ai peu dormi, réveillée par la douleur.
Celle de mon genou, celle de ma hanche.
Je me suis tournée, retournée.
J'ai réveillé le Goût qui ce matin baille.

Pour essayer de me rendormir, j'avais dans la tête un roman de Pierrette Fleutiaux "Des phrases courtes ma chérie".
Ce matin, j'ai appris sa mort cette année dans l'indifférence générale...

J'avais aussi le salon de Modiano devant les yeux.
Il était l'invité unique de "La grande librairie".
Je n'ai pas tout vu car j'ai passé du temps au téléphone mais ce salon, j'aurais dû en rêver.
Pas le revoir dans le noir faute de pouvoir dormir.

J'ai vu à la fin de l'émission, Sempé discuter avec Modiano.
C'est horrible de dire du père du "Petit Nicolas" qu'il a mal vieilli mais si vous avez vu l'émission, vous ne pourrez qu'être d'accord avec moi...

Je dois normalement aller chez mon généraliste.
Mais aujourd'hui ce sera en boitant.
C'est signe de pluie...
Je sais que je reviendrai avec "Encre sympathique" et que ce soir le Goût m'en lira des morceaux choisis...

02/10/2018

Toi aussi ma fille.

Un dimanche après midi, je suis allée au cinéma avec le Goût.
Je ne sais plus qui avait gardé l'Ours, il était certainement en vacances.

Nous avions déjeuné au restaurant, je me sentais un peu lourde.

Nous sommes allés voir Pirates, un film de Polanski.
L'image était magnifique.
Le bateau faisait de l'effet sur la mer bleue.
Hélas, il manquait un détail : le scénario.
En digne fille de mon père je me suis endormie.
Brusquement, une voix féminine s'est élevée dans la salle, criant "Minou, baisse la télé !"
L'époque avait changé.
On était passé de la radio à la télé mais le cinéma après déjeuner faisait toujours dormir le père et la fille...

cinéma, sommeil, pirates

03/03/2018

Nuit de Chine, nuit câline...

petites filles,sommeil,jardin

Innocente comme je peux l'être parfois, je m'étais imaginée une nuit paisible comme la nuit d'avant.
P'tite Sœur était partie se coucher seule.
Et comme Proust, la lumière à peine éteinte... La tête posée sur l'oreiller, elle dormait.

Pour renouveler l'exploit, nous les avons fatiguées.
En réalité elles nous ont crevés.
D'abord un petit arrêt au square à côté de chez nous.
Nous avions prévu Beaubourg.
Elles préféraient de loin un square avec balançoires.

Puis nous sommes partis, le cœur léger, avec P'tite sœur nous disant "je t'aime" tous les trois pas puis "c'est encore loin ?" toutes les trois secondes...

Le Jardin des Batignolles a proposé balançoires, manège, eau gelée, canards pris dans la glace, le bonheur.

Après ? Les boutiques pour la grande, une limonade pour les deux, un diabolo fraise pour le grand-père.
Le Goût n'a même pas pu pousser un soupir de nostalgie car la petite lui a confisqué son verre et le lui a rendu vide...

Hélas, le soir, épuisées toutes les deux, elles ont eu du mal à trouver le sommeil.
Vers cinq heures la petite réveillée comme au chant du coq voulait jouer et ne plus dormir.
Merveille voulait l'étrangler.
Je comptais les points.
Finalement, Merveille a amené P'tite Sœur à son grand père...
P'tite Sœur est revenue ensuite, elle ne veut pas faire pipi dans le noir et le canapé de papy est trop petit.

Si la petite avait été ma fille et pas ma petite-fille, le grand chambardement aurait rapidement cessé.
Hélas trois fois hélas, je ne suis que la grand'mère.

Maintenant, elles dorment comme des bienheureuses et moi, j'essaie de trouver un endroit où je n'ai pas mal...

15/09/2017

J'ai perdu le sommeil...

sommeil,manque,impair et passe

J'ai perdu le sommeil mais les sardines sont arrivées, on ne peut pas tout avoir...

On ne peut pas dire que j'ai un sommeil d'enfant.
Il est vrai que ça fait longtemps que je ne suis plus une enfant.
La nuit, je me réveille souvent.
Je marche.
Je me recouche .
Je me rendors.
Hélas, cette tactique ne fonctionne plus.
Je me réveille et je reste éveillée.
J'entends les premiers trains.
J'ai le nez bouché alors je suis comme les gosses.
Je suis gênée.
Je renifle.
Je tourne.
Je vire.
Je me retourne dans le lit.
Les pensées de la nuit ne sont jamais agréables et ressemblent souvent à des films catastrophe.
Le Goût meurt, je ne peux plus payer le loyer et je suis à la rue...
En général lorsque j'en suis arrivée au stade de mendiante errant dans les rues, de soulagement, je me rendors.

Bon, aujourd'hui, on va à Paris, on verra bien.

24/04/2015

Hier, nous sommes allés voir Petite soeur

 

petite soeur,sommeil,ennui,calins

Hier, nous sommes allés voir Petite sœur.
Elle dormait.
Son père nous a dit qu'il l'avait retrouvée dans la chambre de sa sœur, grimpée sur une chaise, tenant victorieusement un carnet appartenant à sa sœur.

Petite sœur s'ennuie de la grande.
Dès qu'elle entend un bruit, elle appelle Merveille qui, aux dernières nouvelles, ne souffre pas du manque car elle a le soleil et la mer.

Comment j'étais la seule grand mère disponible, je ne parle pas du grand-père qui remporte tous les suffrages avec ses petites filles, j'ai eu sourire et câlin.

Mais je n'ai toujours pas le droit à "Mamie", je fais avec.
En revanche elle sait très bien dire non, pas la peine de l'ennuyer.

L'homme de sa vie reste son père.
Il ne délègue pas, lui fait prendre son bain, la change, la sort.
Il nous laisse, comme une faveur, le droit de lui donner son goûter.

J'ai proposé mon aide en cas de besoin, de rendez vous important, d'achat demandant tranquillité d'esprit.
Je ne suis même pas sûre d'être appelée.