Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2017

Mon fauteuil...

lakevio.jpg

C'est mon fauteuil, regardez, j'ai jeté dessus mes vêtements en cafouillon.

Je n'ai qu'une envie, rejoindre mon lit.
Pfff... Mais non ! N'y voyez rien d'érotique !
C'est juste que mon fauteuil, qui aurait bien besoin d'être retapissé, va quitter le coin qu'il occupe depuis quatre ans.
Il trouvera certainement sa place ailleurs et gardera en mémoire son envie de changer de peau.

Pour l'instant, il est nu.
Ses coussins servent à caler.
Quoi ? Je ne sais plus...
Alors le soir, je lui jette mes vêtements pour qu'il se sente moins esseulé.
De mon lit, je regarde les cartons.
Et lui.
Il est si démuni, plein des vestiges d'une vie si agitée.

Bien calée sur mes oreillers, je regarde le peu qui me reste d'avant.
Presque rien...
Si ! La lampe de chevet du Goût.
Elle a résisté à tous les déménagements depuis qu'il a eu dix huit ans.

Mon fauteuil va encore prendre des coups.
Mais il finira retapissé, je le sais.
J'en suis sûre...

05/06/2017

Un roman d'amour...

jeu,lakivio,lecture

 

Voilà...Comme d'habitude, le train est arrêté.
Un "colis suspect"...
Il nous faut patienter.
On s'habitue à tout, mon roman est palpitant mais j'arrive à la fin.

Il l'aime, elle l'aime mais...
Comme d'habitude dans ces romans là...

Une secousse, un grand "boom", le trou noir, des cris, des sirènes.

On me soulève avec précaution.
Je ne sens plus rien.
Je ne sais pas que je suis à l'hôpital, dans le coma.

Je rêve à l'amour.
Je pense à mon livre.
J'espère bien connaître un jour le grand amour mais les machines qui me surveillent n'en savent rien.

Je ne sais même pas si j'ai envie de me réveiller...

 

22/01/2017

Un monde sans faille.

L'Ours ne lit plus mon blog.
Je pourrais écrire n'importe quoi sur lui ! Youpee !
Je me contenterais de dire qu'il se satisfait de croire que nous sommes vivants et en bonne santé.
Il ne le vérifie pas.
Pour lui, c'est sûr.
Nous sommes vivants et en bonne santé...

Je dois dire que c'est surtout le manque de mes petites filles qui se fait sentir.
Je les vois peu depuis que leur mère est en arrêt de travail.

Je "voisine".
Je mange de la galette avec un verre de Bordeaux.
La voisine et le Goût mangent la leur en buvant du Gewurztraminer.
Nous disons tout le mal que nous pensons de cet immeuble puis nous remontons chez nous.
Avouez que c'est bien.

Je lis "Un monde sans faille".
Je déguste cette merveille de mauvaiseté "
Vous n'avez pu oublier que votre sœur, dès sa jeunesse (à l'époque, elle me semblait déjà vieille), était une lourde et superbe ruine."

Ensuite, ça parle de cuisine juive.
Cette Léa, Levantine gourmande, je la vois, le tour de la bouche plein du sucre des loukoums...

Je boude toujours mon enseigne favorite.
J'en fréquente une autre, pas plus attrayante, mais il me faut bien acheter mon breuvage favori...

lecture, galette, voisinage

 

 

 

16/08/2016

Lumière d'Août.

août,silence,lecture,promenade

Profiter des derniers jours de silence ne donne pas envie d'écrire.

Nous allons à Paris et chaque fois nous sommes étonnés de l'absence des touristes, finalement nous y restons peu...

Nous profitons de "la ville d'à côté", calme elle aussi mais verte.

Nous voyons Manou.

Nous recevons des photos des petites.

Nous lisons tranquillement et surtout lentement.
Je crois n'avoir jamais mis si longtemps à finir un livre : "Le secret de la manufacture de chaussettes inusables".

Nous sommes en mode été.

Hier soir, Le Goût a fait une tourte au saumon.
Pas mauvaise.
Il avait juste oublié la sauce hollandaise alors on a mis de la crème fraîche à la place.

Nous sommes encore seuls au monde mais il y a quelque chose dans l'air qui nous prévient que l'agitation revient.

02/06/2016

J'irais bien à Paris.

jjf,pluie,inondation,lecture

J'irais volontiers à Paris.
J'ai envie d'un "bô-bun" délicieux comme la dernière fois.
J'ai envie de voir les quais de la Seine.
J'ai besoin de quitter ma ville avec son  magasin du centre ville pour seule distraction.

Je ne suis pas obligée d'aller à Paris.
Nous n'avons pas d'obligation enfin pas encore et le temps et les grèves ne donnent guère envie de promenades qui commencent bien et finissent sur le quai d'une gare à attendre un train qui ne vient pas.

Et puis dans mon coin pas si loin de la Seine, nous ne risquons guère d'inondation.
Pas comme Mab, qui j'espère tient le coup dans son premier étage.
Nous avons juste notre mur qui voit grandir sa tache de champignons qu'on doit conserver jusqu'au six juin.

Alors, comme hier, nous resterons ici.
Il nous faut attendre la semaine prochaine pour voir "Julietta" d'Almodovar à la MJC.
Oui nous avons une MJC et c'est bien.

JJF ne sait toujours pas ce qu'elle a.
Elle marche avec une canne.
Elle prend des décontractants musculaires.
Elle passe des examens douloureux sans se plaindre pendant que des neurologues de haut vol ne sont pas d'accord.
Vraiment, elle aussi, elle est bien.
Elle est vraiment bien...