Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2020

C'est un peu la province en écarlate.

dentiste,salon de thés,banlieue

Hier, nous sommes allés chez le dentiste dans notre ancienne banlieue.
J'ai presque eu un coup de nostalgie.
Rien n'a changé...

Toujours le même marchand de légumes que nous appelions "Paula Abdul" car si ses légumes sont parfaits, lui est si mignon.
Il aurait sans aucun doute plu à Henri III.
Le boucher est toujours là, fidèle au poste.
Le caviste, si malgracieux tient toujours le coup.
Je me demande comment...

Le salon de thé offre toujours ses gâteaux maison délicieux, on y a bu un café.
Dommage qu'on ne puisse pas manger de gâteaux en allant se faire charcuter la mâchoire...

Ensuite, nous avons franchi la porte du cabinet du dentiste.
Seulement deux chaises dans la salle d'attente.
Un dentiste vêtu comme un cosmonaute.
Du gel, encore du gel, toujours du gel.

Habituellement je ne trouve pas le détartrage agréable mais là c'est presque un supplice.
Un tuyau énorme dans la bouche pour éviter les projections vous agresse les gencives et vous pince les lèvres.
Cela dit, un travail soigné, comme toujours chez lui.
Quarante minutes pour moi qui avais l'impression que ma tête allait se décrocher et qui tremblais pour mes couronnes.
Cinquante minutes pour le Goût qui s'en sort avec le droit de revenir dans six mois et d'acheter une brosse électrique.

En sortant, nous sommes retournés boire un café.
J'ai encore lorgné les quelques gâteaux qui restaient.
Mais comme j'ai voulu profiter de mon détartrage, je suis restée stoïque.

J'ai oublié de vous dire un truc : les prix s'envolent dans ce coin de banlieue qui n'est pas calme partout.
Le deux pièces va bientôt atteindre les prix du VIème arrondissement...

17/09/2020

La vie mode d'emploi.

dentiste,grève,chaleur

Nous avions rendez-vous chez le dentiste aujourd'hui.
J'ai gardé mes habitudes chez mon ancien dentiste, celui qui officie à dix minutes de train de Saint-Lazare.

Évidemment aujourd'hui, c'est grève, enfin une « grévette », juste deux lignes impactées à Saint Lazare.
Il se trouve que ce sont justement celles que nous aurions dû prendre pour nous rendre dans notre ancien coin...

J'attendais un rendez-vous depuis le début du déconfinement.
Il est finalement repoussé au 8 octobre.

Vous me direz, ce n'est pas grave.
Je vais essayer de conserver les deux couronnes qui ne demandent qu'à fuir...

Sinon rien...
La chaleur de ce mois de septembre ne me donne même pas l'envie de traîner dans un
« Paris sur masque ».
Je regarde la série "The Crown".
Après tout le monde évidemment.
Je la savoure et ne regarde qu'un épisode par jour.
On ne sait jamais, je sens revenir un « confinement "spécial vieux" » ainsi qu'une ponction sur nos retraites...

 

20/04/2019

Vendredi.

Hier, il faisait beau et j'avais rendez vous chez le dentiste.
Son cabinet se trouve juste en face de notre ancienne adresse.

J'étais en avance.
Avec le Goût, on est toujours en avance...
On a repris nos habitudes : La terrasse du salon de thé près de la passerelle, les derniers potins du coin, qui a vendu, qui a fermé faute de repreneur, etc.

Même le Goût a trouvé cette promenade agréable.
Ça sentait le lilas, les passants étaient souriants, c'était bien.

Le détartrage fut long et pas toujours agréable mais impossible d'y échapper, j'étais là pour ça.
En revanche, celui qui "a pris cher", c'est notre ancien immeuble.
Il se vide et se dégrade.
Nous avons rencontré une ancienne voisine, elle nous a dit que l'immeuble a passé les fêtes sous le signe du Moyen-Âge...

Une canalisation a cédé, une de plus mais la plus odorante...
Tout s'écoulait sur la piste du parking et ça a duré trois semaines.
Les habitants devaient se soulager sur des journaux et porter leur offrande directement dans le local poubelle.

Imaginez dans quelles odeurs l'immeuble vivait !!!

Sachant que si vous prenez votre voiture au parking, elle peut recevoir un peu de tout ça au passage.

Je sais, c'est un peu scatologique mais sachant que cette voisine-amie paie un loyer de 1.700€ pour son appartement et que nous attendons toujours le remboursement de notre caution, je trouve le bailleur plutôt gonflé.
D'ailleurs, sur simple demande de votre part, je vous donnerai le nom de l'énorme groupe immobilier responsable de nombreux immeubles de France pour que vous évitiez de leur confier votre habitat.

banlieue, dentiste, salon de thé

13/03/2019

J'ai gardé ma couronne.

dentiste, couronne, promenade

L'an dernier j'avais testé un dentiste dans mon quartier parisien pour un détartrage.

J'en étais sortie dubitative et vaguement déçue.
Depuis que je fréquente des cabinets dentaires, c'est à dire une éternité, c'était le premier qui me disait que je me lavais bien les dents !
C'était mauvais signe...
En plus j'avais trouvé son détartrage bien léger...

Alors lorsque l'autre matin, j'ai senti en me lavant les dents que j'avais une couronne qui bougeait, j'ai choisi de retourner dans l'ancien cabinet.
Celui en face duquel j'habitais avant de revenir à Paris.
Sauf que je n'habitais plus en face et que mon praticien, qui a la bougeotte, était parti exercer à Liège.

Le cabinet était toujours là.
Je connaissais son équipement.
Alors j'ai choisi le petit nouveau, le remplaçant, un jeune homme, doux comme un agneau, et mignon comme un cœur.
D'autant plus mignon qu'il a annoncé que j'allais garder ma couronne.

Bon, je connais les dentistes, je sens comme un parfum, une envie chez lui de toucher à d'autres couronnes...
Il ne faut jamais oublier que, jeunes ou moins jeunes, ce sont des commerçants et qu'ils gagnent leur vie avec la perte de nos dents et qu'ils sont plus onéreux que la petite souris.

Le Goût m'accompagnait.
Nous devions passer voir les filles.
Evidemment l'Ours a téléphoné pour nous annoncer que Merveille avait la grippe.
Pire ! Que nous étions VIEUX et qu'il fallait mieux pas ! Merci l'Ours !
Il nous a dit que si nous venions c'était à nos risques et périls.
Alors nous avons choisi la promenade dans notre ancienne ville...

C'était sympa, j'aurais bien dansé à l'idée de garder ma dent mais si une petite fille se cache à l'intérieur de moi, elle a de plus en plus de mal à faire bouger la grande fille de dehors...

 

25/05/2018

Tranche de vie

Je lis "New-York Odyssée", une histoire de deuil et d'amitié où l'auteur rend hommage à sa jeune sœur.

Philippe Roth est mort lui aussi mais il nous reste ses livres.
Je vais peut être essayer de m'attaquer à "La tache" que je n'ai jamais réussi à lire.
Nous avons essayé un dentiste à côté de chez nous.
Même un détartrage n'est pas donné !
"Nozélites" n'ont jamais pensé que les dents, les  yeux et entendement (ça ce n'est pas donné à tout le monde) ne sont pas du luxe mais indispensables pour éviter des maux beaucoup plus coûteux à la collectivité quand ils sont traités tardivement.
Ne pas rembourser correctement des soins dentaires pour faire des économies et traiter un cancer de la gorge vingt ans plus tard est une idiotie.
La kiné versaillaise à dit à JJF qu'elle ne peut plus la traiter car sa rééducation ne fonctionne pas.
JJF souffre de plus en plus à chaque séance.
Son pied se bloque encore plus.
Je me demande comment son pied peut être plus bloqué aujourd'hui qu'hier.
Elle attend maintenant un rendez vous avec la neurologue.
Je me demande si cette histoire aura un jour une fin heureuse.
P'tite Sœur nous réclame.
Merveille, elle, est trop occupée à grandir et à fêter des anniversaires...

Tranche de vie avec des hauts et des bas, une vie ordinaire en somme.

Lecture, dentiste, Philippe Roth