Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2018

RATP.

lakevio.jpg

éclat
farcis
musaraigne
saison
s'époumonait
retentit
machiniste
poubelle
document
distingué


Voilà...


Le métro arrive enfin. Il a l'air bondé.
Une grève, une de plus, par solidarité, un machiniste a été agressé.

Si les transports se mettent en grève à chaque agression, on peut reconvertir toutes les stations de métro en refuge pour migrants.
On peut même le faire sans un dramesans un cri.

Ceux qui ne prennent jamais le métro seront contents de ne plus voir de tentes sur le bord du Canal Saint Martin, plus de poubelle débordante.
Et puis la marche, c'est bon pour la santé !
On pourra s'empiffrer de petits farcis sans prendre un gramme !

J'ai enfin réussi à pénétrer dans la rame. J'ai même trouvé une place.
Bon, j'ai fait semblant de ne pas voir cette femme enceinte...
Je vais pouvoir relire ce document, j'espère être distingué et dire adieu à ce poste sans éclat.

Le métro freine, fait quelques mètres et s'arrête.
Punaise ! Qu'il fait chaud ! Un cri retentit, un rat, non une musaraigne, on se demande ce qu'elle fiche là cette bestiole, on a plus l'habitude de voir des rats bien nourris traverser les voies.

Ma dernière copine s'époumonait lorsqu'elle voyait une souris traverser l'appartement.
Elle a fini par me quitter, pas uniquement à cause des souris, je n'étais pas fiable, pas propre.

Je commence à avoir trop chaud, me sentir à peu mal.
L'odeur des gens, le malaise monte, je me fredonne du M'sieur Eddy, c'était "ma dernière séance".

Je ne reprendrai plus le métro en cette saison...

22/03/2018

Jours sans fin, sans faim, sans envie

Cette cochonnerie de grippe me laisse fatiguée, sans envie, même celle d'écrire.

Je commence à écrire.
J'arrête aussitôt...

Cette grève tombe à point.
Je n'aurai pas à m'obliger de prendre les transports en commun pour aller voir une expo.

Mais, si la fatigue veut bien me lâcher demain, nous irons voir la petite expo Van Dongen au Musée de Montmartre.

L'Ours, qui qualifie cette grippe de "tueuse", a traîné sa fatigue une bonne dizaine de jours.
Alors, encore quelques jours et j'aurai retrouvé la forme.
Et mon ordinateur...
Ordinateur qui, lui aussi, fait grève.
Il n'a pas supporté le ménage du Goût.
Le Goût fait rarement le ménage et a tendance à jeter beaucoup.
Il a jeté des trucs qu'il n'aurait pas dû jeter.
Alors mon ordinateur s'est mis en grève...

Grippe, fatigue, grève

31/01/2018

Si tu t'imagines, fillette, fillette...

Le seul établissement d'importance que je connaissais dans le coin où j'habite est un grand hôpital.
Lorsque j'étais enfant, c'était une maternité et un hôpital pour enfants.
Ma plus jeune sœur, toujours malade sérieusement, a fait là-bas de nombreux séjours.

Aujourd'hui, c'est un mouroir pour vieux à 3 500 € par mois...
Lorsque je passe devant avec le Goût, je vois qu'on pose des plateaux vers 18 heures et à 19 heures, rideau ! On ferme les lumières.

Comme partout on manque de personnel.
Si vous êtes une vieille un peu lente, on vous retirera votre plateau trop tôt.
Si vous êtes "dépendante", un mot qui fait peur, vous serez lavée une fois par mois et vous marinerez dans vos couches souillées.

Cachez ce vieux que je ne veux pas voir !
C'est oublier bien vite que ce vieux a été jeune, a travaillé, a fabriqué de la richesse et que la moindre des choses serait de le traiter convenablement.

L'Etat, comme les autres, trouve que le vieux coûte trop cher.
Qu'il est trop encombrant.
On n'ose pas encore le piquer mais on lui pique l'argent qu'il a gagné.
Un vieux ça ne peut pas se défendre.
Parfois, lorsque le mois est long, le vieux fait les fins de marché pour ramasser quelques légumes.

Pourtant sans les vieux qui se donnent à fond pour aider les autres.
Sans les vieux qui aident les moins chanceux à apprendre à lire et à écrire.
Sans les vieux qui trouvent encore le moyen d'aider leurs petits-enfants, la misère serait encore plus grande dans notre beau pays.

Hier, j'ai regardé un mini reportage sur les maisons de retraites danoises.
J'ai regretté d'être une Française.
On n'a pas le regard tendre pour nos anciens, ici.

Maison de retraite, grève, argent

13/09/2017

la grève mode d'emploi.

grêve,rendez-vous,marche à pied

Hier, j'avais rendez vous chez l'ophtalmo.
J'ai commencé par son cerbère, qui s'est révélée être une femme charmante.
Elle a réussi à faire recevoir le Goût pour une visite.
Une visite immédiate chez un ophtalmo, c'est quand même rare !

Il est ressorti de la visite que je vieillis.
Ça fait mal mais c'est comme ça.
L'humeur vitrée de mon œil n'est plus aussi souple.
Ce n'est pas grave mais il me faudra désormais être plus régulière dans mes visites.

Nous sommes, bien entendu, tombés sur la manifestation.
C'était notre route.
Il y avait du monde, des flonflons, des slogans dont un "Macron aux petits oignons" que j'ai trouvé plaisant.

Je savais qu'à l'aller, comme aurait dit ma grand'mère, "je mangeais mon pain blanc" mais que le retour allait être difficile.

Nous avons trouvé un bus qui nous a lâché avenue Daumesnil au bout de trois arrêts .
La queue du cortège était encore à la Bastille quand nous y sommes arrivés
On entendait déjà claquer les pétards.
Les "casseurs" n'étaient pas encore à l'œuvre mais on savait qu'ils allaient venir.

Et ensuite, on a marché, marché, marché...
J'avais mal au dos, on a finalement trouvé un bus après la République qui a bien voulu nous conduire à Saint Lazare.

Je n'ai même pas voulu acheter du café ni voulu vérifier si le dernier Donna Leon était sorti.
On a marché sous des "giboulées de septembre" dont une particulièrement forte lorsque nous sommes sortis de la gare.
Je croyais même bien dormir.
Eh bien même pas.

31/03/2016

Il pleut sur la ville.

Ce matin il pleut.
Hier il a plu.
Il me semble qu'il pleuvra demain.

Je suis en froid avec l'Ours et incapable de lui exposer mes raisons.
Raisons valables pourtant.
Ne jamais avoir Petite Sœur.
Être toujours ceux qui vont voir les petites et d'autres choses encore...

Je suis malheureusement quelqu'un qui ne dit rien pendant très longtemps, qui encaisse et qui un jour explose pour un tout petit truc.
J'étais déjà comme ça lorsque l'Ours était petit et le Goût me disait déjà "engueule le raisonnablement au lieu d'encaisser et de l'engueuler de façon disproportionnée pour un rien ! ".
Alors j'attends d'être calmée.
C'est facile.

L'Ours ne téléphone plus et la dernière fois j'ai refusé de lui parler de peur de me laisser déborder.

Donc hier, avec le Goût, nous avions prévu d'aller au Musée d'Orsay aujourd'hui.
Nous avions oublié la grève.
Grève plutôt suivie puisque je n'ai pas entendu les trains ce matin.

C'est parfois gênant de refuser d'avoir une voiture.
Les jours de grande pollution, je respire trop mal pour ajouter mes propres particules fines.
Je vis à côté de Paris et sauf les jours comme aujourd'hui, la voiture ne me manque pas.
Mais des fois, j'aimerais bien en avoir une...

Ours, grève, Musée d'Orsay