Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/04/2019

Vendredi.

Hier, il faisait beau et j'avais rendez vous chez le dentiste.
Son cabinet se trouve juste en face de notre ancienne adresse.

J'étais en avance.
Avec le Goût, on est toujours en avance...
On a repris nos habitudes : La terrasse du salon de thé près de la passerelle, les derniers potins du coin, qui a vendu, qui a fermé faute de repreneur, etc.

Même le Goût a trouvé cette promenade agréable.
Ça sentait le lilas, les passants étaient souriants, c'était bien.

Le détartrage fut long et pas toujours agréable mais impossible d'y échapper, j'étais là pour ça.
En revanche, celui qui "a pris cher", c'est notre ancien immeuble.
Il se vide et se dégrade.
Nous avons rencontré une ancienne voisine, elle nous a dit que l'immeuble a passé les fêtes sous le signe du Moyen-Âge...

Une canalisation a cédé, une de plus mais la plus odorante...
Tout s'écoulait sur la piste du parking et ça a duré trois semaines.
Les habitants devaient se soulager sur des journaux et porter leur offrande directement dans le local poubelle.

Imaginez dans quelles odeurs l'immeuble vivait !!!

Sachant que si vous prenez votre voiture au parking, elle peut recevoir un peu de tout ça au passage.

Je sais, c'est un peu scatologique mais sachant que cette voisine-amie paie un loyer de 1.700€ pour son appartement et que nous attendons toujours le remboursement de notre caution, je trouve le bailleur plutôt gonflé.
D'ailleurs, sur simple demande de votre part, je vous donnerai le nom de l'énorme groupe immobilier responsable de nombreux immeubles de France pour que vous évitiez de leur confier votre habitat.

banlieue, dentiste, salon de thé

07/11/2016

La cuisinière anglaise

lakevio,jeu,banlieue,londres

Madame lit ma lettre de recommandation.
Je sais qu'elle va vérifier auprès de Monsieur le Pasteur.
Elle apprendra sa mort, elle sera juste surprise de le voir célibataire et sans enfant. Nous avons mis la petite Emma en pension.
J'espère qu'elle survivra...

Je suis arrivée avec mes nippes et mon air de jeune fille sage.
Madame me regarde, elle a l'air crédule, tant mieux...
Je le sens, je vais avoir la place.
D'ailleurs il le faut, et puis je suis bonne cuisinière.

On me montre la cuisine.
Ça semble une bonne maison, l'arrière cuisine est pleine de denrées, le seau de crème déborde et le gibier attend.
J'ai la main d'œuvre nécessaire car Madame ne lésine pas.
Il faut dire qu'avec ses six enfants et Monsieur toujours absent, toujours à Londres pour ses affaires, elle se laisse vite déborder...

Je sais qu'elle n'apprendra pas que Monsieur le Pasteur est mort de la typhoïde ainsi que son entourage et que je suis la seule survivante.

Je suis engagée !
J'ai noué mon tablier.
Je prépare le porridge des enfants.
Ils vont se régaler...