Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/07/2018

A nous la grande pas Anglaise.

Tout à l'heure la Tornade débarque !
Elle prendra le bus pour arriver chez nous.

Elle peut, mais ce serait un miracle, arriver sans se perdre.
Je me rappelle qu'elle a vécu à Paris mais il est probable qu'elle prendra le bus dans le mauvais sens...

Nous avons prévu le musée de la Vie Romantique.
Il est tout beau, tout remis à neuf.
Nous n'irons pas vraiment pour son contenu, que nous connaissons par cœur, mais pour son jardin parisien qui donne l'impression de campagne en ville.

Dimanche, lorsqu'elle repartira, j'aurai l'impression d'avoir dix ans de plus.
A dix jours de mon anniversaire, c'est mal...

La Tornade est comme les Merveilles, faut l'occuper et ça nous fiche sur les rotules.

enfants, vacances, Musée de la vie romantique

11/07/2018

Peut être l'ignorez vous.

Finalement on a toujours les Jeux du Cirque mais sans mise à mort.
On est civilisé.
Enfin presque...

Que celui qui n'a jamais espéré secrètement que l'acrobate tombe me jette la première pierre.

Le sport ne m'intéresse pas mais hier soir alors que je trouvais que Paris était vide, en raccompagnant un tout petit peu une amie qui aime le foot, on a commencé à sentir le vent du ballon.

Les terrasses de café faisaient le plein.
Il ne faisait pas trop chaud et les drapeaux étaient de sortie.

On n'a pas regardé le match.
La télé n'était même pas allumée.
On a entendu des cris.
On a eu l'impression que la France avait marqué vingt cinq buts !
On a entendu une Marseillaise qui sortait d'une fenêtre.
Une Marseillaise maison, jouée à la trompette avec des couacs, c'était sympa.

Ensuite, on a entendu quelques klaxons et puis c'est tout.

L'humanité détruit tout et se dévore mais, l'espace d'un match, elle oublie sa voracité.

Foot, finale, bruit, Paris

09/07/2018

Make room ! Make room !

lakevio.jpg

On se presse, on oublie les jambes lourdes, la mémoire défaillante et on suit le chef.
Pas de question.
Regardez attentivement autour de vous.
Il fait beau.
Ne vous plaignez pas de la chaleur.
Ne vous plaignez pas de vos douleurs.
Contentez vous de profiter de cette promenade.
Vos enfants sont prévenus.

On manque de nourriture, la terre s'est épuisée, on manque d'ombre, les arbres ont été abattus.
Moi j'ai fait mon travail.
Un homme les a pris.
Je sais qu'ils ne reviendront pas.
Ils ne servaient à rien...

07/07/2018

Ecrire dit-elle.

chaleur,paris,vacances

La chaleur à Paris n'est pas propice à l'écriture ni au sommeil.

En ce moment, j'ai un QI à un chiffre...

Il faut dire que dans mon coin, si le foot n'intéresse pas les foules, on sent malgré tout plus qu'un frémissement lorsque la France joue.
C'est plutôt sympathique mais lorsque la France marque un but, ce qui est déjà surprenant, les cris de la rue me sortent de ma léthargie.

Le collège est enfin fermé et ces derniers jours, les chers petits anges étaient plutôt déchaînés. La chaleur, les hormones et les idées baroques qui germent dans l'esprit pervers de l'administration ont chassé le calme du quartier.

Prendre soixante gamins d'un collège à peu près calme, trente en sixième et trente en troisième puis les échanger avec soixante élèves d'un collège ghetto.
Espérer un miracle.

Que croyez vous qu'il arriva ?
C'est beau sur le papier. C'est invivable pour les gamins !
Certains ont été retirés du collège pour passer dans le privé.
Le collège paisible n'est plus aussi paisible.
Le collège ghetto est resté agité.

C'est à la maternelle qu'il faut casser les ghettos !
En sixième, c'est déjà trop tard.
Je suis affolée à l'idée que l'administration continue car il est question de faire la même expérience au Petit Condorcet...

Heureusement, France Inter, nous offre chaque matin cinq minutes de Desproges.

Desproges aurait il le droit de s'exprimer dans les mêmes termes aujourd'hui ?

05/07/2018

France inter et le féminisme.

langue,féminisme,écriture inclusive

France Inter nous sert ses programmes d'été.
Ça cause, ça cause...
Bon, ça ne coûte pas cher mais ça ne fait avancer en rien la cause des femmes.

Certaines proposent l'obligation d'utiliser "l'écriture inclusive", ça me semble une belle ânerie.
En hébreu par exemple, on parle, on écrit au féminin et au masculin.
Même les chiffres sont "genrés"...

Si j'entends "Ani choté" je sais que c'est un homme qui boit.
Si j'entends "Ani chota" je sais que c'est une femme qui boit.

Lorsque vous déchiffrez l'hébreu, vous savez immédiatement si vous avez affaire à une homme où une femme.
Mais c'est un exercice littéraire courant qu'écrire en laissant planer l'ambigüité jusqu'à la fin d'une lettre.

Cela dit, les Israéliens ne sont pas moins machistes que les autres.

Faire croire qu'il faut féminiser la langue pour régler le problème ne coûte pas cher.
Eduquer pour changer les mentalités, ça coûte beaucoup plus, ça commence très tôt et ça dure plus longtemps.

11 % des enfants de quatre à douze ans ont déjà vu un film porno, sur Canal Plus ou sur un téléphone portable !
Quelle image de la sexualité peuvent avoir ces enfants en grandissant ?
Alors, c'est la langue ou l'éducation, le plus important ?

En France, on continue à exciser les petites filles et ce sont les femmes qui pratiquent cette abomination !
Alors, c'est la langue ou l'éducation, le plus important ?

Enseigner, recruter des professeurs, et des assistances sociales, éduquer, c'est ça qu'il faut faire !
Evidemment, c'est plus onéreux que faire parler quatre femmes éduquées, insérées et souvent issues de la grande bourgeoisie...

Le monde aura changé lorsque les hommes et les femmes toucheront le même salaire et qu'ils se respecteront mutuellement !

Je pense être morte avant.