Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/05/2019

Le monde du silence.

Toutes mes excuses à Lakevio mais ce devoir je ne le sentais pas.
La poésie et les triangles, même amoureux, ce n'est pas mon truc.

Hier soir, j'ai regardé les informations sur la deux, son rabâchage et son politiquement correct habituels.
Puis j'ai écouté l'invitée, Mathilde Seigner.
J'aime bien cette femme qui n'a pas sa langue dans sa poche et ça change du discours habituel.
Elle n'accepte plus les invitations sauf lorsqu'elle défend un film.
Elle trouve notre époque ennuyeuse, trop policée et il lui est difficile d'accepter ce consensus mou.
C'est quasiment une interdiction tacite que dire "je n'aime pas" ceci ou cela.
Il est interdit d'avoir sa propre vision des choses du moins de la dire.
Il est interdit d'avoir son propre féminisme.
Pourtant le féminisme, c'est particulier !
On n'est pas obligé de penser comme les autres.
Ça dépend de notre âge, de notre vécu, de nos rapports avec l'autre sexe.

Aujourd'hui, en théorie on peut penser ce qu'on veut.
Mais à condition de penser comme ceux de la case dans laquelle on nous a mise.
Il faudrait mettre des "e" partout.
Il faudrait défendre la cause féminine mais oublier l'excision pratiquée essentiellement par des femmes et des grand'mères mais défense de le dire, de l'écrire, c'est mal.

Alors oui, je suis féministe mais pas que.
Je suis aussi grand'mère, mère, épouse.
Certaines pensent "soumise", faut croire qu'elles ne me connaissent pas.

C'est facile d'admirer aujourd'hui Signoret, Girardot et Romy Schneider.
Pourtant leur parcours n'a pas été une vallée de roses.
Elles étaient libres et aujourd'hui il n'est pas sûr qu'elles le seraient autant.
Ce n'est pas si facile d'être libre, se laisser ligoter avec des mots n'a jamais ouvert la porte ni l'esprit.

Politiquement correct, silence, admiration béate, parole censurée

Politiquement correct, silence, admiration béate, parole censurée

25/08/2018

L'Ours est venu chercher ses filles.

merveille,p'tite soeur,silence

L'Ours est arrivé à l'heure dite !
Il a dû avaler un réveil lorsqu'il était petit...

Enfant, il démontait les réveils avec joie.
Adulte, il ne supporte pas d'être en retard.

Les filles étaient prêtes.
Nous étions allés juste à côté dans un square du quartier.

Comme d'habitude, j'ai oublié de mettre dans leur sac, un T-shirt et surtout les brosses à dents.
Depuis des années je fais une collection de brosses à dents.

Hier soir l'appartement m'a semblé bien trop calme.
Plus d'yeux levés au ciel.
Plus de "J'ai bien mangé Mamie" de la petite qui trouve que manger trois spaghetti est un festin de roi.
Plus de "humour de Papy" de la grande qui prend un air désabusé...
Plus de chocolat et de galettes volés par la petite qui préfère se servir.
Plus de mousse abondante dans la baignoire.

C'est vraiment la rentrée...

16/08/2016

Lumière d'Août.

août,silence,lecture,promenade

Profiter des derniers jours de silence ne donne pas envie d'écrire.

Nous allons à Paris et chaque fois nous sommes étonnés de l'absence des touristes, finalement nous y restons peu...

Nous profitons de "la ville d'à côté", calme elle aussi mais verte.

Nous voyons Manou.

Nous recevons des photos des petites.

Nous lisons tranquillement et surtout lentement.
Je crois n'avoir jamais mis si longtemps à finir un livre : "Le secret de la manufacture de chaussettes inusables".

Nous sommes en mode été.

Hier soir, Le Goût a fait une tourte au saumon.
Pas mauvaise.
Il avait juste oublié la sauce hollandaise alors on a mis de la crème fraîche à la place.

Nous sommes encore seuls au monde mais il y a quelque chose dans l'air qui nous prévient que l'agitation revient.

13/08/2016

Silence...

ville,absence,silence

Hier soir, je me suis assise seule dans le noir.
Depuis 
le balcon j'ai regardé.
Rien.
Pas une lumière.
Ah si, au loin, chez "le Châtelain", de petites lumières.
Celles qui sont le signe du barbecue.
Mais pas un bruit, pas une voix.
Je me suis demandée si ce n'était pas un barbecue à deux...

En face, "la ville d'à côté" était tout aussi silencieuse et noire.

Pour une fois, je voyais le ciel.
C'était le premier quartier de lune.

J'étais bien, cette impression d'être seule au monde à côté de Paris.

Bon, je vous l'accorde, cette félicité à un coût.
Faut pas être malade.
Faut pas perdre une couronne.
Faut pas espérer trouver des légumes du jour, ils ont tous un air "négligé".
Le genre à finir à la poubelle.
Et Picard qui est en travaux...

Ce matin, on n'entend que le bruit de la VMC.
Oui elle est trop forte mais ici tout est trop où pas assez.

Je retourne au silence, j'en fais provision...

02/06/2015

Aujourd'hui, c'est platitudes.

Je n'ai rien d'autre en magasin.
Je ne suis pas dans une "humeur exposition".
J'ai pourtant envie de voir celle consacrée à Velasquez mais le monde et la chaleur lorsque je suis allée voir Bonnard me font reculer.

Je ne peux pas aller aussi souvent que je le souhaite à Paris.
Je crois que nous allons reprendre un "pass navigo" car notre budget "loisirs" explose.
Enfin, je dis "loisirs", c'est notre banque qui classe les achats de billets de train et de métro sous l'étiquette "loisirs".

Donc, hier je suis allée me promener dans la "coulée verte".
On y rencontre des enfants, nos voisins, un vieux satyre qui ne ferait pas de mal à une mouche.
Il faut dire qu'il est connu de tous et que la maréchaussée veille.

Nous nous sommes pourtant retrouvés seuls et nous avons profité d'une denrée devenue rare : le silence.
Seulement troublé par le chant des oiseaux.

C'était bien... 

soleil,arbres,silence
cliquez pour mieux voir