Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/08/2018

Lumière d'Août.

Habituellement, j'adore le mois d'Août à Paris.
Les Parisiens sont partis, les rues sont vides, le seul problème est de trouver une boulangerie ouverte surtout la semaine du quinze août.

Cette année, on ne profite de rien, on vit cloîtré, rideaux tirés, on rase les murs pour faire les courses et vite on regagne notre troisième étage.

La nuit, je n'entend que le bruit de notre ventilateur et la toux de mon camarade de lit.

Dire que j'ai vécu à Tel-Aviv !
Bon d'accord, j'avais la mer à côté de chez moi, du coup il faisait chaud et humide et la température ne baissait pas la nuit.
On cuisait dans la rue, on réfrigérait partout ailleurs et pourtant je sortais chaque jour.
Je m'installais à la terrasse des cafés pour lire à l'ombre des ficus géants.

La pilule est dure à avaler : Je-vie-illis !
Je n'ai jamais aimé la chaleur.
Aujourd'hui je la déteste.

Je lis, j'arrive à la fin de "Les primates de Park Avenue".
C'est le bouquin d'une anthropologue, qui au lieu d'étudier les grands singes s'est mise  à étudier, suivant les principes scientifiques de l'anthropologie, le mode de vie de son voisinage.
C'est celui de femmes riches, très riches, maigres, très maigres et surtout très  névrosées.
De femmes qui touchent de leur mari un bonus en fin d'année.
De femmes qui pratiquent le sport à outrance et se nourrissent de cocktails très alcoolisés et d'olives...
C'est fou ce que ça donne envie.

Je regarde de vieilles séries sans même repasser.
Je végète tranquille...

chaleur, lecture, Août, pollution

10/12/2016

Soudain un inconnu...

Soudain un inconnu vous offre votre döner.

Dans cette rue du 9ème arrondissement, vous reconnaissez de loin l'endroit.
Qu'il pleuve, qu'il vente, que la pollution dépasse les seuils, il y a la queue.

Vous n'y êtes jamais seul à votre table.
Hier, un jeune couple s'est installé à nos côtés.
Il est aussi brun et mat que le Goût lorsque je l'ai connu.
Elle est tout son contraire, blonde et pâle.
Ils sont sympathiques.
On parle de tout, de voyages, de racisme ordinaire puis ils repartent travailler.

Le jeune patron arrive à notre table nous dit quelque chose et finit "Bienvenue en Turquie ! ".
J'avoue que je ne comprends pas, ça commence à faire un moment que nous fréquentons le coin.
Il nous apprend que le jeune homme a payé notre repas.
C'est la première fois que ça nous arrive.
On nous répond "hospitalité turque", nous voilà adoubés.

Nous continuons la rue des Petites Ecuries pour aller prendre un bus qui nous conduira chez le médecin car c'est quand même le but de notre sortie.

La moitié du chemin, je rêve d'habiter dans le coin et brusquement, comme à NY, on change d'endroit, je ne rêve plus du tout, j'espère juste attraper mon bus.

Mon médecin ne me prend même pas la tension.
Il juge qu'avec la pollution, mon cœur pompe plus pour récupérer un peu d'oxygène et que le résultat risque de m'effrayer.
Je dois dire que je respire "par cœur".

Je remarque dans la rue que le Français n'est guère civique.
Que les plaques non autorisées sont nombreuses.
Je leur souhaite d'affreuses pathologies.

Pourtant, c'était bien.

Paris, médecin, Döner, pollution

09/12/2016

Aujourd'hui, je dois aller à Paris.

J'ai retardé le moment en espérant que l'épisode de pollution serait terminé mais non, je dois quand même aller à Paris aujourd'hui.
Ce qui ne manque pas de sel c'est que je dois absolument aller chez le médecin pour renouveler mon ordonnance.
Pour des médicaments censés m'aider à mieux respirer, disons plutôt pour moins mal respirer.

J'ai entendu tout et son contraire.
Ouvrir les fenêtres.
Fermer les fenêtres.
Rester chez soi.
Sortir et marcher.
Sortir mais les enfants ne doivent pas courir.
P'tite Sœur ne va pas à l'école, elle tousse, pleure, a le nez qui coule.
L'allergie est une affaire familiale...

Je suis contre la voiture en ville.
Je suis partisane de faire comme à Londres et interdire le centre de Paris à tous les véhicules.

Mais la France a toujours le cul entre deux chaises.
D'un côté 
la pollution, ça coûte.
Ça coûte en arrêts de travail, en heures perdues dans les embouteillages, en encombrement aux urgences des hôpitaux.
D'un autre côté, la voiture ça rapporte tellement.
Rien qu'en taxes diverses, sur la voiture, sur le carburant, avec les contraventions qui sont budgétées et dépensées avant d'être encaissées.

La circulation alternée m'a permis aussi de constater que le civisme n'étouffe pas le francilien...

Paris, pollution, médecin

07/05/2016

Y a toujours un côté du mur à l'ombre.

soleil,pollution,intolérance

Le soleil n'est pas mon ami.
Il a déjà prouvé par deux fois qu'il ne m'aimait pas.
Je ne l'aime pas non plus.
J'aime le temps nuageux...

La première fois, la dermatologue, après avoir brûlé la chose, avait ordonné une crème protectrice d'un indice très élevé.
Je devais m'en tartiner hiver comme été.

Au début j'ai obéi, j'ai tartiné.
Au bout de quelques mois, je ressemblais à un clown blanc.
Ma peau ne voulait plus rien absorber.
J'ai laissé la crème de côté et choisi de marcher à l'ombre.

Il y a eu la deuxième fois, depuis j'évite encore plus le soleil.
"Marche à l'ombre" est ma devise.

Le Goût aime le soleil et le soleil l'aime.
Il est en déficit de soleil, le Goût.
Alors, comme les bébés, il doit prendre des ampoules de vitamines D...

A Paris, nous restons sur le même trottoir.
A l'ombre.
Dans mon coin, il choisit le soleil, je marche à l'ombre.

Le secret des couples qui durent ?

01/08/2015

Premier Août.

 

pollution,vacances,embouteillages

Je ne fais plus attention à la date.
Lorsqu'on ne travaille plus, la date n'a plus d'importance.
On note les rendez vous médicaux, les rendez vous avec les amis et on s'intéresse aux anniversaires.

Heureusement que mon amie la banque est là pour me rappeler qu'en ce mois de juillet, je ne suis guère allée à Paris.
La canicule m'a fait rester dans mon coin, à peine moins chaud mais plus arboré.
Arboré ? Mais pour combien de temps encore ?
Les arbres sont malades, on vient d'en couper encore quelques uns.
Puis, dès qu'une grande propriété est vendue, elle est achetée par un promoteur qui va construire 40 appartements et couper les arbres...

C'est ça habiter à trois kilomètres de Paris et surtout à huit cents mètres de la Défense.
On démolit, on coupe les arbres, on construit, on augmente les prix.et on éloigne les nécessiteux.

Premier août, les uns partent, les autres reviennent.
La pollution grimpe.
Mes yeux pleurent.
Les "informations" de la télé nous parlent de glaces, de merguez et de barbecues.
Oublier si facilement que la moitié des Français ne part pas en vacances, c'est tendance...