Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2021

Un dimanche au bord de l'eau.

Devoir de Lakevio du Gout_65.jpg

En voyant « Le pêcheur à la ligne » de Renoir, m’est venue une question. 
Mais que peuvent-ils bien penser, l’un et l’autre.
Ou l’un ou l’autre.
L’une ?
L’autre ?
Tentez donc de pénétrer leurs pensées d’ici lundi.
Je vais m’y efforcer aussi.
À lundi…

Il fait beau.
Il lui a proposé ce matin un dimanche au bord de l'eau.
Elle a dit oui.
C'est lui le chef de famille après tout.
S'il a envie de pêcher, elle le regardera pêcher...

Elle avait envie d'aller danser.
Une guinguette au bord de l'eau, de la friture, du vin frais, des rires, voilà de quoi elle avait envie.
Elle a du silence, il ne faut pas faire peur aux éventuelles prises.

Il se sent bien, loin de la banque, des clients tâtillons, du temps passé à écrire des chiffres dans des colonnes.
Elle s'ennuie un peu, rêve d'un nouveau chapeau et peut être d'une nouvelle robe.
Elle fait les comptes soigneusement.
Chaque mois, elle regarde grossir ses économies.

C'est ce que l'on appelle "un couple heureux".
Leur vie est monotone mais ils aiment la sécurité, l'ordre et les choses bien faites.
Elle aura des enfants.
Lui montera les échelons dans la banque et finira sans doute directeur.

Quel beau dimanche !
Je crois même qu'il n'est pas rentré bredouille...

05/08/2019

Dans la maison vide.

 

devoir de lakevio.png

Dans la maison vide, je compte les heures et j'attends.

Un soir, attirée par toute cette verdure, tout ce calme, je me suis attardée.
Il était tard, la maison était abandonnée depuis peu, on s'attendait à sentir le café, les portes n'étaient pas fermées, je suis entrée et comme Boucle d'Or, j'ai choisi ma chambre et je me suis endormie.

Au matin, pas d'ours, pas de prince charmant et pas d'odeur de café.

Mais j'ai trouvé du café, j'ai choisi ma table et je me suis installée là.
J'ai bu "mon" café et je suis rentrée chez moi.

Petit à petit, j'ai amené des provisions, si vous passez par là, vous sentirez l'odeur du café et le pain grillé et chaque soir, j'attends.

J'attends le retour du propriétaire, j'ai un peu exploré la maison, c'est un homme qui vit là, et il vit seul, j'en ai fait un aventurier.

Il n'est pas défendu de rêver.
Il n'est pas défendu d'attendre, et mon prince charmant ne fera peut être pas attention à mon bec de lièvre.
Qui sait... Un baiser peut le faire disparaître.
Ou me transformer en grenouille...

Je suis prête à tout pour changer ma vie misérable de gratte-papiers.

20/12/2015

C'est incroyable !

C'est incroyable, dans quatre jours nous fêterons Noël et c'est le printemps !

Même les arbres s'y trompent !
Ils se croient en avril.
Assise devant mon clavier, je regarde le ciel, il est entaché de nuages gris mais je vois toujours de la verdure.
L'arbre minuscule de notre mini-jardin va bientôt se couvrir de feuilles.

Je me souviens d'une année à Bandol, au mois de février.
L'Ours et son cousin s'étaient baignés dans la mer et il faisait un temps de rêve.

J'ai annulé la "carte cadeau" qui n'arrivait pas.
Dès que j'ai commandé la nouvelle, la carte qu'ils avaient désactivée, je l'ai évidemment reçue le lendemain...
Alors j'attends la nouvelle carte.
Je suis presque sûre que c'est "une carte Godot".
Elle n'arrivera jamais...

Il me faut emballer les cadeaux maintenant car le 24, nous serons chez les enfants.
Le 25 ils viendront déjeuner à la maison.
Nous n'avons aucun souci pour le menu, Merveille a déjà tout choisi.
Le Goût n'a plus qu'à exécuter.
Ensuite, la Tornade arrive.
Si le temps veut bien rester clément, nous irons lundi en promenade avec les filles.
Ce sera bien...

Noël, printemps, verdure