Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2019

Sur les traces du passé.

devoir de Lakevio du Goût_17.jpg

Quelque chose m’est suggéré en regardant cette toile.
Mais vous ? Que vous dit cette toile ?
Si voulez bien faire ce « devoir de Lakevio du Goût », vous le commencerez par cette phrase « J’ai arpenté pendant plusieurs jours le XVIème arrondissement, car la rue silencieuse bordée d’arbres que je revoyais dans mon souvenir correspondait aux rues de ce quartier. »
Et le clorez par « Ce fut un chagrin désordonné. »

J'ai arpenté pendant plusieurs jours le XVIème arrondissement, car la rue silencieuse bordée d'arbres que je revoyais dans mon souvenir correspondait aux rues de ce quartier.

Je sais ce que je cherche dans ce quartier que je connais mal encore aujourd'hui.
Je cherche la petite fille que j'étais.
C
elle qu'on habillait en gris souris pour qu'on ne la remarque pas.
Je ne me souviens que du froid et de mon manteau fin comme du papier à cigarettes.

Mais j'avais de la chance.
Je ne portais pas d'étoile, "l'étoile".
Je ne savais pas que j'aurais dû...

Mes parents avaient disparu je ne sais où, emmenés un matin.
Depuis je vivais chez une vieille employée de ma grand'mère.
Cette employée était "une méritante" qui disposait d'un petit appartement appartenant à la famille.

Je ne me souviens pas vraiment de ce quartier.
Les traces en ont été effacées et mes pas dans la neige se mêlent à d'autres pas...
Je ne cherche pas un souvenir heureux, ce serait vain.
Je ne me souviens que de la grisaille.
Je me rappelle avoir pleuré lors de la disparition du chat de Jeanne.

Ce fut un chagrin désordonné.

 

03/10/2019

Et une insomnie.

douleur,sommeil,modiano

Cette nuit j'ai peu dormi, réveillée par la douleur.
Celle de mon genou, celle de ma hanche.
Je me suis tournée, retournée.
J'ai réveillé le Goût qui ce matin baille.

Pour essayer de me rendormir, j'avais dans la tête un roman de Pierrette Fleutiaux "Des phrases courtes ma chérie".
Ce matin, j'ai appris sa mort cette année dans l'indifférence générale...

J'avais aussi le salon de Modiano devant les yeux.
Il était l'invité unique de "La grande librairie".
Je n'ai pas tout vu car j'ai passé du temps au téléphone mais ce salon, j'aurais dû en rêver.
Pas le revoir dans le noir faute de pouvoir dormir.

J'ai vu à la fin de l'émission, Sempé discuter avec Modiano.
C'est horrible de dire du père du "Petit Nicolas" qu'il a mal vieilli mais si vous avez vu l'émission, vous ne pourrez qu'être d'accord avec moi...

Je dois normalement aller chez mon généraliste.
Mais aujourd'hui ce sera en boitant.
C'est signe de pluie...
Je sais que je reviendrai avec "Encre sympathique" et que ce soir le Goût m'en lira des morceaux choisis...