Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/09/2017

la grève mode d'emploi.

grêve,rendez-vous,marche à pied

Hier, j'avais rendez vous chez l'ophtalmo.
J'ai commencé par son cerbère, qui s'est révélée être une femme charmante.
Elle a réussi à faire recevoir le Goût pour une visite.
Une visite immédiate chez un ophtalmo, c'est quand même rare !

Il est ressorti de la visite que je vieillis.
Ça fait mal mais c'est comme ça.
L'humeur vitrée de mon œil n'est plus aussi souple.
Ce n'est pas grave mais il me faudra désormais être plus régulière dans mes visites.

Nous sommes, bien entendu, tombés sur la manifestation.
C'était notre route.
Il y avait du monde, des flonflons, des slogans dont un "Macron aux petits oignons" que j'ai trouvé plaisant.

Je savais qu'à l'aller, comme aurait dit ma grand'mère, "je mangeais mon pain blanc" mais que le retour allait être difficile.

Nous avons trouvé un bus qui nous a lâché avenue Daumesnil au bout de trois arrêts .
La queue du cortège était encore à la Bastille quand nous y sommes arrivés
On entendait déjà claquer les pétards.
Les "casseurs" n'étaient pas encore à l'œuvre mais on savait qu'ils allaient venir.

Et ensuite, on a marché, marché, marché...
J'avais mal au dos, on a finalement trouvé un bus après la République qui a bien voulu nous conduire à Saint Lazare.

Je n'ai même pas voulu acheter du café ni voulu vérifier si le dernier Donna Leon était sorti.
On a marché sous des "giboulées de septembre" dont une particulièrement forte lorsque nous sommes sortis de la gare.
Je croyais même bien dormir.
Eh bien même pas.

31/03/2016

Il pleut sur la ville.

Ce matin il pleut.
Hier il a plu.
Il me semble qu'il pleuvra demain.

Je suis en froid avec l'Ours et incapable de lui exposer mes raisons.
Raisons valables pourtant.
Ne jamais avoir Petite Sœur.
Être toujours ceux qui vont voir les petites et d'autres choses encore...

Je suis malheureusement quelqu'un qui ne dit rien pendant très longtemps, qui encaisse et qui un jour explose pour un tout petit truc.
J'étais déjà comme ça lorsque l'Ours était petit et le Goût me disait déjà "engueule le raisonnablement au lieu d'encaisser et de l'engueuler de façon disproportionnée pour un rien ! ".
Alors j'attends d'être calmée.
C'est facile.

L'Ours ne téléphone plus et la dernière fois j'ai refusé de lui parler de peur de me laisser déborder.

Donc hier, avec le Goût, nous avions prévu d'aller au Musée d'Orsay aujourd'hui.
Nous avions oublié la grève.
Grève plutôt suivie puisque je n'ai pas entendu les trains ce matin.

C'est parfois gênant de refuser d'avoir une voiture.
Les jours de grande pollution, je respire trop mal pour ajouter mes propres particules fines.
Je vis à côté de Paris et sauf les jours comme aujourd'hui, la voiture ne me manque pas.
Mais des fois, j'aimerais bien en avoir une...

Ours, grève, Musée d'Orsay

18/11/2015

Bon ce n'est pas tout ça.

barbus,bus,grève

Je vais devoir aller chez le dentiste à pied.
Ça ne m'arrange pas, la pollution est élevée.

Les conducteurs de bus sont en grève.
Ils n'ont pas aimé être traité de "barbus".

C'est dommage parce que si samedi, je n'avais pas eu un "barbu" pour me ramener chez moi, je ne sais pas comment j'aurais regagné mon domicile...

Le chauffeur prévu avait vu deux arabes dans le bus.
Des malheureux qui revenaient du travail avec leur sac.
Le chauffeur est parti et on l'attend encore.

30/10/2014

Je crois que blogspirit a des problèmes.

Depuis ce matin, j'essaie de publier une note, sans succès, blogspirit m'efface, je disparais sans laisser de trace.

Mais comme je suis têtue, je vais essayer de vous parler de ma journée d'hier.

Je suis allée rejoindre nos amis Lakevio et Victor Le Maître au salon de thé de la grande Mosquée.
Nous y avons pris un thé à la menthe dans le patio.
Toujours pris d'assaut ce salon de thé que je n'aime pas particulièrement.
J'avais oublié "La Baleine", ce café sympa situé dans l'enceinte du Jardin des Plantes.

L'automne a commencé son travail, les arbres roussissent.
Je l'aime ce jardin.
En toutes les saisons même l'hiver, lorsqu'il est dénudé et que le Goût râle contre le froid.

amitié,grève,jardin des plantes.

 

Hier, nous étions en bonne compagnie, nous avons même oublié que notre ligne nous faisait une petite grève surprise et que le bus nous avait lâché dans la nature.
Nous sommes rentrés par la porte Champerret.

C'est la troisième fois que j'écris cette note et la dernière.

25/09/2014

Quand ça veut pas, ça veut pas.

Hier, nous sommes partis en avance, le Goût souffre de la même phobie que son fils.
J'ai l'impression qu'ils ont avalé un réveil à leur naissance.
Si, par hasard, ils ne sont pas en avance ils ont la certitude d'être en retard.

Arrivés sur le quai de la gare, nous avons appris que notre ligne était en grève.
Un train sur deux prétendait le SNCF, plutôt un train sur trois.
Nous avons attendu, j'ai rassuré le Goût.
Son éreinteur n'est jamais à l'heure mais on ne peut pas rassurer un malade de l'exactitude.

Le 20ème arrondissement de Paris est situé à l'Est.
Le Goût ne fréquente plus l'hôpital de l'est parisien.
Son praticien a quitté cet endroit et il se rend dans une fondation privée.
C'est beaucoup mieux, encore plus à l'Est alors qu'on vit à l'Ouest, encore plus à l'ouest que vous ne le croyez.

En sortant du bus, le téléphone du Goût a sonné, et il s'est dirigé directement dans la rue de la blogueuse qu'on aime, mais dans le mauvais sens.
J'ai tapé sur l'épaule du Goût.
Il a fait un geste, comme pour chasser une mouche.

Lorsqu'il a raccroché, nous allions directement au Monoprix de la Nation, j'ai expliqué son erreur au Goût.

Nous avons râlé en cœur, moi parce que j'avais raison et que j'aime ça, lui parce qu'il avait tort et qu'il déteste ça.

Il est arrivé en retard, il n'était pas le seul, son éreinteur aussi.
Le Goût est en pleine forme et moi je fatigue.grève, hôpital, 20ème arrondissement