Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/06/2019

Vous avez remarqué ?

Hier, il a fait chaud.
On est passé brusquement de l'automne à l'été.
Un été chaud...

Le Parisien qui n'a pas suivi la foule, qui a l'impression d'être seul dans sa ville, se trompe.
Si tout est ouvert les jours fériés, c'est qu'il y a du monde dans Paris et qu'il faut donc du personnel pour attendre le chaland.

Hier, j'ai proposé au Goût l'exposition "Paris Romantique 1815-1848, Les salons littéraires".
Oui, celle que j'avais voulu voir avant son accrochage.
Hier, je pensais surtout à l'ombre du jardin...

Évidemment, le jardin était plein.
Nous n'étions pas les seuls à vouloir des roses et des arbres en plein Paris.
Nous n'étions pas les seuls à espérer une brise légère.

Nous avons trouvé une place à l'ombre, sans table.
Le cake "gingembre et cannelle", ne nous inspirait pas, nous n'avions que nos cafés et de l'eau à poser sur un énorme pot de fleur vide.

C'est une expo décevante, deux tableaux de Delacroix, un hommage à Victor Hugo, et un petit texte sur Nodier.

Je me demande si je vais aller voir l'autre partie au Petit Palais...

Chaleur, jardin, musée, déception

27/10/2017

Tous ces blogueurs.

Tous ces blogueurs qui arrêtent d'écrire me causent un petit pincement au cœur.

Je ne les connais pas tous, je ne connaîtrai jamais certains d'entre eux mais il me reste un manque.

Je dois être une grande sentimentale.
Bon je sais, on ne le dirait pas...
Mais vous savez que Patriarch me manque toujours ?
Pourtant, lui a une excuse en béton.
Il est mort.
Il m'arrive souvent de penser à sa femme et aux coups de gueule salutaires de son mari.

J'avais l'habitude d'aller lire le matin, la phrase courte de Mab.
A chaque fois, elle me faisait penser au bouquin de Pierrette Fleutiaux "Des phrases courtes ma chérie".
On peut dire que Mab était une championne de la phrase courte.

On s'imagine, au travers des blogs, connaître les gens.
Erreur ! Chacun d'entre nous ne raconte qu'une toute petite partie de sa vie, une lumière, un livre, un film, une expo, une douleur suggérée pas vraiment racontée.

Depuis le mois dernier, je n'ai lu qu'un livre.
Livre que j'ai fini hier soir.
J'ai rêvé cartons.
J'ai mangé cartons.
J'ai le dos coincé cartons.

Et puis d'autres choses que je n'écris pas.

temps qui passe, blog, déception

02/05/2016

Le couple.

Et je me retrouve avec le tableau.
Alors que je n'aime pas ma tante, je vais devoir accrocher son tableau en bonne place.
Cette parvenue que nous détestons, mes sœurs et moi.
Celle qui voyage et ne vient nous voir que pour raconter ses voyages.

Et son mari !
Je n'ai jamais pu l'appeler "mon oncle".
Il ne lui manque que la Mercédès diesel, à ce marchand de cochon.

Et je vais devoir accrocher cette croûte à la meilleure place.
En plus je vais devoir m'extasier...
Et je vais devoir remercier cette parvenue.
Elle peut rêver, elle ne sera jamais acceptée au Rotary.

Je déteste ce tableau.
Il sera mal accroché.
Il tombera.
La toile se déchirera.

A défaut de cette femme, c'est le tableau qui finira à la benne...

Lakevio, couple, déception