Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2016

C'est déjà demain.

insectes,arbres,migration

C'est demain que mes petites filles seront adultes.

C'est demain qu'elles verront le monde dans l'état où notre irresponsabilité l'aura laissé.

Déjà, les arbres ont été coupés en face de chez moi.
Dans "la coulée verte", qui porte si mal son nom aujourd'hui, ils ne vont pas très bien.
Ceux de l'avenue qui conduit à notre magasin préféré sont si mal en point qu'on en coupe un sur deux.
Voir ces souches énormes sciées à ras, ça fait mal.

Cette avenue va jusqu'à Paris et est bordée d'arbres jusqu'à Paris.
Un jour prochain, il est bien possible que j'écrive "était bordée d'arbres".

J'ai toujours consommé plus au moins bio, du moins fait attention.
Sans doute pour me donner bonne conscience...
J'allais au marché bio des Batignolles, je ne sais pas si c'était plus bio qu'ailleurs.
On en revenait le porte-monnaie vide et le panier presque vide... Les prix étaient vraiment excessifs.

Depuis des années nous hésitons à l'idée de reprendre une voiture.
C'est non, non seulement c'est cher mais nous respirons déjà assez mal sur cette fameuse avenue sans ajouter notre pollution.
C'est facile pour nous, nous sommes à la retraite, nous vivons en ville, il y a des transports en commun. 
nous pouvons nous passer facilement de voiture.
En plus le Goût n'a pas de goût pour la conduite et se fout des voitures.

J'ai appris certains trucs à Tel-Aviv
Que l'eau est précieuse.
Qu'
il ne faut pas la gaspiller.
Alors je prends des douches, je ferme le robinet lorsque je me lave les dents, des tas de petites choses comme ça.
Je suis sûre que ce que nous économisons d'eau suffirait à deux autres familles.

Je n'achèterai plus que du "seconde main".

Peut être que ça ne sert à rien, que chaque génération s'adapte.
De toute façon, je ne serai plus là pour le voir.
Ça doit être pour ça que les hommes politiques font n'importe quoi.
Ils ont une vue qui ne porte pas plus loin que le prochain mandat...

19/01/2016

Auprès de mon arbre.

Depuis presque une semaine on coupe les arbres en bas de chez moi.
Ces arbres étaient un des rares avantages de cet immeuble.

L'abattage des arbres montre déjà que les doubles vitrages ne sont pas top.
Ils sont de la même qualité que le reste.
Aujourd'hui, fenêtres fermées j'entends vaguement les trains et j'ai l'impression que la terre entière peut regarder chez moi.

Le terrain appartient, enfin je suppose, aux propriétaire de la maison que je vois de chez moi.
Dans la partie jardin, les arbres ont été élagués, protégés même.
Même si certains ont été débités en  bûches
aujourd'hui.

arbres, coupe, train, immeuble

De l'autre côté, là où les enfants de la maison vont jouer, on dirait bien que les arbres ont été coupés de façon à bien dégager le terrain.
Pour l'instant, un seul avantage, nous avons un peu plus de lumière.

Notre immeuble a toujours bruissé de rumeurs, certaines vérifiées et d'autres non.
Le promoteur est tombé malade au début du chantier, l'immeuble a été construit sans surveillance.
Les sous-traitants ont été choisis au "moins disant", les malfaçons sont nombreuses et ne sont pas prises en compte.
Le propriétaire de la maison est un ami du promoteur et a été "l'apporteur d'affaire".

Aujourd'hui, se pose une question : Le nettoyage programmé de ce terrain n'est-t-il pas le prélude à la construction d'un futur immeuble ?

La perspective est peu enthousiasmante...

12/01/2016

Je pleure les arbres.

Lorsque nous avons cherché à quitter l'endroit calme et arboré à peine arrivés, nous avons compris que nous ne pourrions pas rester à Paris.
Nous avons donc cherché près d'une gare aussi proche que possible de Paris.

L'Ours nous a alors indiqué un immeuble en fin de construction, près de la gare, à quelques stations de bus de chez lui.
Nous sommes venus...

Nous avons été séduits par la verdure.
L'appartement qu'on nous a fait visiter donnait sur une jolie maison.
Il y avait des arbres en pagaille et nous n'apercevions ni la voie de chemin de fer, ni la rue.
Même en plein hiver, nous vivions dans un cocon.

Puis des arbres ont été coupés une première fois, malades, comme ceux du Jardin des Batignolles.
La SNCF aussi a coupé aussi pour les mêmes raisons mais nous avions encore cette vue qui fait passer bien des imperfections.

En prenant "la Coulée Verte", l'autre jour, nous sommes aperçus que là aussi, les coupes avaient été sévères et que le soleil allait nous frapper fort.

Hier, les jardiniers sont revenus avec des tronçonneuses et ils n'ont pas fait dans la dentelle.
Ils essaient de sauver, ils laissent les troncs, ils élaguent mais le bilan est lourd.

Si un jour, je m'ennuie, je pourrais regarder passer les trains...
En août 2014

arbres,coupe,champignons.

En janvier 2016

arbres,coupe,champignons.

02/06/2015

Aujourd'hui, c'est platitudes.

Je n'ai rien d'autre en magasin.
Je ne suis pas dans une "humeur exposition".
J'ai pourtant envie de voir celle consacrée à Velasquez mais le monde et la chaleur lorsque je suis allée voir Bonnard me font reculer.

Je ne peux pas aller aussi souvent que je le souhaite à Paris.
Je crois que nous allons reprendre un "pass navigo" car notre budget "loisirs" explose.
Enfin, je dis "loisirs", c'est notre banque qui classe les achats de billets de train et de métro sous l'étiquette "loisirs".

Donc, hier je suis allée me promener dans la "coulée verte".
On y rencontre des enfants, nos voisins, un vieux satyre qui ne ferait pas de mal à une mouche.
Il faut dire qu'il est connu de tous et que la maréchaussée veille.

Nous nous sommes pourtant retrouvés seuls et nous avons profité d'une denrée devenue rare : le silence.
Seulement troublé par le chant des oiseaux.

C'était bien... 

soleil,arbres,silence
cliquez pour mieux voir

 

09/05/2015

Y a de la joie, bonjour, bonjour les hirondelles.

Je ne suis pas comme le Goût.
je ne passe pas plus de temps à trouver un titre qu'à écrire une note, moi...

Je ne sais pas si je vois passer des hirondelles.
Je sais seulement que les oiseaux chantent.
Je sais que le chat du voisin passe, squatte et miaule si je refuse de lui ouvrir l'armoire pour lui permettre de faire une sieste tranquille à l'abri des petites mains de la petite fille des voisins.

Je sais aussi que le temps passe trop vite en bonne compagnie et que je me réveille en sentant l'odeur délicate des pivoines.

amitié,pivoines,arbres

Même si mon balcon est en pente, voir du ciel bleu et des arbres le matin au réveil me rappelle que les endroits calmes et arborés existent pour de vrai...

 

amitié,pivoines,arbres

La Tornade marche sur le chemin de Compostelle.
Ça devrait canaliser son énergie.

Je prends le temps de vivre.
L'Ours me dit parfois " Si tu marches plus lentement, môman, tu recules" mais je m'en moque...