Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2018

Marcher le nez au vent.

Il n'est pas toujours nécessaire de prendre l'avion, le train ou le bateau pour changer de ville, il suffit de se promener le nez au vent.

Changer de trottoir nous fait changer de ville.
Se retrouver dans un souk moyen-oriental à quelques stations de bus de chez soi nous fait changer de monde.

Le "marché de l'Olive" est une parenthèse.
A l'opposé des touristes de Montmartre.
Sans que ses habitants soient vraiment du quartier...
C'est un quartier étrange, un coin de Paris cosmopolite.
On n'y rencontre pas d'écrivains, d'acteurs mais on y trouve les derniers Parisiens.
Les vrais, ceux d'avant, ceux qui feraient peur au touriste américain...

Bon, les fumeurs de cracks sont visibles et abîmés et je n'irai pas traîner la nuit dans ce coin où pourtant j'ai vécu quelque temps avant d'aller m'embourgeoiser -mais pauvrement- dans le Marais.

C'est un de ces endroits de Paris où on peut discuter sur le trottoir avec quelqu'un qu'on n'a jamais vu et qu'on ne reverra sans doute jamais.

Cela dit, les légumes y sont beaux et comme nous ne nous nourrissons pas exclusivement de gâteau aux pommes caramélisées, c'est bien aussi.

Le Goût n'a pas résisté au "pata negra", vous avez le saucisson ibérique fourni par des cochons qui ne mangent que des glands.

Paris, marché de l'Olive, promenade

Paris, marché de l'Olive, promenade

Commentaires

Comme l'Homme de ta vie, tu es poétique toi aussi ce matin !
Dans une ville aussi cosmopolite que Paris, on se retrouve un peu partout dans le monde. Tu as raison, va le nez au vent... mais regarde quand même où tu mets les pieds, à notre âge faut pas chuter :-) Bises de soleil.

Écrit par : Praline | 20/06/2018

Répondre à ce commentaire

Il m'a l'air bien beau ce marché.
J'aime découvrir Paris, le nez au vent. Les yeux en l'air, tu en vois de belles choses !

Écrit par : lakevio | 20/06/2018

Répondre à ce commentaire

Ils sont sympas vos articles de ce matin. Je raffole des marchés. Les marchés bio à la mode ne sont pas mal non plus.
On en a un rue des Tanneurs, dans les Marolles (pauvre et bobo). Mais c'est vrai que les marchés parisiens m'ont laissé un beau souvenir.

Écrit par : Pivoine | 20/06/2018

Répondre à ce commentaire

Cela fait bien longtemps que je ne suis allée dans ce coin là.
Du reste, depuis les grèves, je ne vais plus à Paris.
Je vois que vous reprenez vos promenades et c'est bien !

Écrit par : Armelle | 20/06/2018

Répondre à ce commentaire

Pourtant le clafoutis du Goût on pourrait en manger tous les jours....
Quand nous reviendrons de Séville, vous viendrez déguster toutes les merveilles que Romain prévoit de rapporter, en plus du Pata Negra;-)
Je vous embrasse très fort tous les deux.

Écrit par : Imaginer | 20/06/2018

Répondre à ce commentaire

J'adore les marchés, où qu'ils se trouvent : j'aime surtout ceux consacrés à la nourriture terrestre : avec toutes ces odeurs tentatrices qui vous tirent par la main et vous donnent des envies de cuisiner... (tu sais que, même en vacances, je ne manquais pas les marchés, et pourtant on cuisine moins)

Tes deux photos sont bien attrayantes.

Écrit par : Sophie | 20/06/2018

Répondre à ce commentaire

C'est trés agréable de se balader dans Paris. Mon coin préféré de Montmartre m'a permis de découvrir plein de chose. J'ai envie d'y revenir, tiens !

Écrit par : Délia | 20/06/2018

Répondre à ce commentaire

j'aime bien votre façon de voyager tout en restant "dans" Paris! Alors le Goüt récupéré !
Faites quand-même attention avec cette châleur ...après tant de flotte!!! Je sais, nous ne sommes jamais contents ! Mais le soleil aussi peut-être traitre !

Écrit par : emiliacelina | 20/06/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire