Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2018

Je me force.

Déjà il pleut.
J'ai une pile de repassage qui m'attend et rien que cette pile peut gâcher un dimanche pluvieux.
Aucun film ne me tente.
Le Goût a bien supporté de prendre une année de plus.
Il faut dire que depuis qu'on lui a retiré un rein, il prend la vie comme elle vient et dans l'ensemble, il est heureux.

Comme tous mes blogs amis ferment les uns derrière les autres, je me dois de faire de la résistance.
Je dois continuer cet exercice, de moins en moins matinal, pour faire fonctionner mes quelques neurones.

Je n'ai même pas envie de râler contre notre Président même si mon pouvoir d'achat a encore pris une claque...

Je veux juste vous lire.
Je veux juste voir Eugénie grandir.
Je veux juste continuer à regarder les découvertes de Lakevio.
Je veux juste voir les jardins de Tanette et de Colette.

J'ai déjà perdu des blogueurs définitivement.
Non, ils ne reviendront plus car la mort a un côté définitif...
Alors vous ! Oui vous, les vivants ! Je vous demande de faire un effort, de faire comme moi, écrire des petites choses sans importance.

pluie,dimanche,repassage

 

30/11/2015

J'ai le nez bouché et mal à la gorge.

En voila un scoop !
Mais j'ai horreur d'avoir mal à la gorge.

Il faut dire que chaque fois que je sors, il pleut.
Samedi nous sommes rentrés en traînant, enfin Le Goût à traîné, notre caddy sous un petit crachin qui n'a rien de breton.

La nuit commençait à tomber, pourtant il était tôt.
On ne voyait que des voitures à perte de vue car la peur entretenue par les média a fait que le banlieusard prend sa voiture.
Samedi, le niveau de pollution de notre coin était record.
Rouge vif, c'était !

Hier donc, je me suis occupée.
Oh, c'est simple, un rien m'occupe...

J'ai trouvé des cadeaux pour les petites.

Il reste le plus difficile, les cadeaux des "grands".

J'ai des envies de traîner à Versailles ou à Saint Germain en Laye.
Deux villes que Le Goût déteste.

Versailles, c'est le plus facile d'accès.
Il y a trop de travaux, trop d'escaliers pour aller à Saint Germain en Laye.
La dernière fois, le Goût a râlé tout le long du chemin.
Au retour aussi...

rhume, Paris, dimanche

07/09/2015

Jamais le dimanche.

L'Ours ne téléphone jamais le dimanche.
Si un jour d'hiver notre chaudière fuit et que nous nous endormons pour notre dernier sommeil, je me
 demande combien de temps mettra l'Ours à réagir.

Il téléphonera le lundi, pensera que nous sommes partis traîner sur Paris.
Idem le mardi.
Le mercredi, il se demandera où il a mis nos clefs ou pensera alors que nous faisons la tête pour une obscure raison.
Je pense que nous serons déjà en sale état lorsqu'il se décidera à venir vérifier.

Si j'écris ça, c'est que je connais l'Ours, il lui arrive de passer juste à côté de chez nous, et de ne pas monter pour boire un café.
Lorsqu'il se trahit au détour d'une phrase, il a toujours une bonne excuse, comme hier par exemple...

 

14/12/2014

Ouverture du dimanche

Je suis contre l'ouverture des magasins le dimanche !!!
J'ai travaillé presque toute ma vie dans ma librairie.
J'ai dû parfois ouvrir le dimanche, ceux du mois de décembre.
Je peux affirmer que le travail du dimanche ne rapporte pas.
Les gens se promènent, regardent les vitrines, c'est beau une ville les dimanches de Noël, les lumières s'allument, les décorations brillent.
Et le commerçant attend le chaland...

Lorsque je vivais en banlieue Ouest, encore plus à l'ouest qu'aujourd'hui, avant Saint Germain en Laye, les oisives du coin avaient émis le souhait d'un centre commercial.
Dans une ville qui n'a pas de centre ville...
Et pas pour acheter, non, mais pour regarder !
Je dois rappeler aux promeneurs que le commerçant ne vit pas de regards.

Comme toujours, ceux qui demandent l'ouverture des magasins le dimanche sont ceux qui n'auront jamais à travailler le dimanche.
Nos chers, nos très chers, députés toutes tendances confondues, hésitent déjà à travailler la semaine, alors vous pensez bien qu'eux, le dimanche...
Allez donc faire un tour dans le quartier des ministères le week-end, on n'y voit pas un chat.

Je vais très souvent dans le Marais, j'ai encore des amis, un médecin et des habitudes dans le coin.
Je ne mets jamais les pieds dans le Marais
le dimanche, on peut à peine avancer sur les trottoirs et les gens regardent les vitrines mais achètent peu et les boutiques sont quasiment vides.

Je compte, tu comptes, nous comptons tous.
Comment pourrions nous acheter un dimanche ce que nous ne pouvons pas acheter la semaine ?

magasin, dimanche, ouverture, promeneurs