Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/09/2015

la liste de mes envies.

Je vais éviter d'aller à Paris aujourd'hui.
Vous me connaissez,  j'aime la campagne, la solitude, la verdure.
Mais cinq jours maximum.
Ensuite, j'ai besoin de bruit et de fureur.
Pas le bruit de voisinage que je déteste.
Mon rêve un endroit sans bruit à deux pas de Paris.

On me presse de tous côtés pour que je déménage.
Rumeur, fondée, de procès contre le promoteur.
De vente de l'immeuble à la découpe dans quelques années, si ce dernier tient toujours debout.
Mon âge, qu'on me jette à la face sans ménagement.
Tu es jeune, tu ne trouves pas à te loger.
Tu es beaucoup moins jeune, non plus.
Entre les deux c'est trop cher...

Je ne peux pas acheter.
J'ai acheté des librairies, personne n'en sort à la tête d'un patrimoine...

Il faut que je vous donne les réponses à ma note d'hier.
Même le titre était un roman, c'était involontaire, j'en ignorais l'existence.
Ce sont le Goût et une lectrice qui me l'ont dit.

Pour le reste, on trouve, par ordre d'apparition :

- On n'a pas tous les jours du caviar : Johannes Mario Simmel.

- Une journée particulière : AD Julliand.

- Un bonheur insoutenable : Ira Levin.

- Les Misérables : Victor Hugo.

- Une histoire sans fin : Michel Ende.

- Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates :Mary-Ann Shaffer et Annie Barrows

- Madame de.  :  Louise de Vilmorin.

- Le lendemain, elle était souriante : Simone Signoret.

- La nostalgie n'est plus ce qu'elle était : Simone Signoret.

- Tel-Aviv Suspect : Liad Shoham.

- 24 heures dans la vie d'une femme : Stefan Zweig

- Amok : Stefan Zweig.

La gagnante est Sophie, elle avait déjà toute ma considération, je l'embrasse.

31/07/2015

Les gens heureux lisent et boivent du café.

 

café,livres,temps

Petit livre, vite lu, vite oublié comme le deuil qui est le sujet du livre.
Pour oublier, la narratrice part en Irlande en laissant tout derrière elle.
Son café littéraire, sa vie.
Encore un bouquin où l'argent n'a aucune importance.
Son chagrin lui pèse alors elle part pleurer ses morts au bord de la mer.
En Irlande.
C'est "so romantic"...

Sinon, j'ai vu les filles, Petite Sœur commence à m'apprécier.
C'est bien.
Il aura fallu deux ans.
Les deux ans qu'elle a aujourd'hui.

Demain, nous fêterons l'anniversaire des trois.
Femme, fille et petite-fille nées le même mois.

Sinon rien, à part le commentaire débile de la nana qui me traite de vieille conne ainsi que mes lectrices.
Je peux écrire au nom de toutes qu'on s'en moque ?
Si mon écriture et mon amour de ma ville ne lui plaisent pas, qu'elle passe son chemin.

Sinon on dirait Louis XVI qui, le jour de la prise de la Bastille, a écrit dans son journal intime "14 juillet 1789 : Rien."

16/06/2015

Saviez vous que j'étais une gaffeuse ?

Je suis une gaffeuse.
Moins en vieillissant.
Quoique...

Je vous ai parlé d'un film avec Fabrice Luchini, film que j'ai regardé à la télé et que j'ai bien aimé.

Revenons à Luchini et à son air un peu égaré.

Un jour de mai j'étais avec le Goût, devant une librairie qui a disparu, la librairie Del Duca.
Je regardais les livres.
Je regarde toujours les livres.

J'aperçois Fabrice Luchini qui faisait la même chose que moi.
Il fouillait dans les bacs, parlait tout seul.
Il était vraiment étrange.

Le Goût regardait les livres, lui aussi, je le croyais à côté de moi.
Je ne lève pas les yeux et je murmure : "Minou, regarde, c'est Luchini, il est fou".

Silence étrange, je lève la tête et me trouve face à face avec l'acteur que je venais de traiter de fou.

J'ai continué à regarder les livres et Luchini a continué  à me regarder.

Luchini, livres, gaffe

16/04/2015

Non, je ne suis pas vieille, je suis "vintage".

Hier, je suis allée avec le Goût boire un café avec une blogueuse.
Elle travaille dans un quartier que nous connaissons bien pour avoir habité dans une rue du coin.
Le Goût a immédiatement pensé "döner", en zappant que ce fameux döner est juste à côté de l'endroit où nous avons vécu quelques années...


Notre train a joué les trains fantômes.
Nous n'avons pas eu le temps d'apprécier ce döner et avons attendu Imaginer directement au café.
Nous n'avons pas vu le temps passer.
Elle est partie travailler tard, nous a conseillé un autre döner, avenue de Clichy, à côté du cinéma des Cinéastes.
En ce moment, c'est le festival du film israélien.
J'adore le cinéma israélien, c'est drôle, déjanté, à l'image du pays.
Dommage que les CRS doivent assurer la sécurité des spectateurs et des décideurs...

Le döner était bon, le restaurant impeccable et j'ai vu mes premières "Brésiliennes" de l'année.
Poitrine 105 bonnet C, chevelure luxuriante, vêtements moulants, et chaussures taille 45.

Après un passage à la Librairie de Paris, nous sommes passés par la rue des Dames.
J'ai reconnu la boutique de vêtements que je connais depuis toujours.
Celle des brésiliennes, ce monument d'élégance raffinée coincé entre deux restaurants et quelques boutiques vintage.
C'était vraiment une très chouette journée.

Paris, livres, cinéma etc

 

02/02/2015

Déménager, j'adore

Finalement, il me faut me l'avouer, j'aime déménager.
J'aime faire des cartons, du tri.
J'aime retrouver des livres, en perdre d'autres.
Avoir envie de les relire où de les lire tout court.
M'apercevoir que finalement mes placards de vêtements ne sont pas si vides que ça.

Je ne sais plus combien de fois j'ai déménagé, le Goût dit "vingt et une fois".
Je suis restée longtemps dans le Marais.
Je cherchais le calme dans ce quartier alors je changeais de rue.
Je suis restée plusieurs années dans le même appartement, celui qui a été à vendre au moment où j'achetais ma première librairie...

Je n'ai passé que quelques mois dans le XIème arrondissement.
Je n'aime pas cet arrondissement, je le trouve triste.
Il a changé mais je ne me vois toujours pas y vivre.

J'ai vécu plusieurs années à Chatou.
C'est vert, c'est calme, mais les seuls yeux marrons admis sont ceux des chevaux...
On s'y prend pour le sel de la terre alors que c'est une ville de profs et d'ingénieurs.

Depuis que j'habite ici, j'ai visité un seul appartement, un rez-de-chaussée avec un petit jardin privatif, une vraie cuisine.
Oui, je déteste les "cuisines américaines" mais l'appartement était en mauvais état.
Nous avons réfléchi, il a été loué...

Nous devions en visiter un il y a peu mais le Goût était malade.
Nous avons annulé le rendez-vous et n'en n'avons pas pris d'autre.
Nous n'avons pas les moyens de déménager pour l'instant...

Le Gouvernement parle d'une inflation basse.
Je peux vous assurer qu'elle est basse pour nos retraites, elles n'augmentent pas.
Notre pouvoir d'achat diminue mais les prix de l'immobilier dans notre coin s'affolent.
La proximité de la Défense et de Paris nous sont vendus au prix du mètre carré dans le VIIIème...