Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2016

Tandis qu'il agonise.

le goût,merveille,sortie

Aujourd'hui, malgré son rhume, le Goût a décidé de sortir seul avec sa petite fille.

Ce sera un tête à tête "Papy-Merveille".
Tout est prévu avec minutie.
Il ira la chercher à la sortie de l'école.
Il lui offrira le restaurant chinois à côté de chez elle car à neuf ans, on est "fringalé" lorsqu'on sort de l'école.

Ensuite, ils iront au Sacré Cœur tous les deux en prenant le funiculaire.
Puis il conduira Merveille à "La Halle Saint Pierre".
C'est devenu un chouette café avec des glaces "bio".
Elle en prendra une, même s'il fait froid car les enfants se moquent du temps...
Merveille se choisira un livre.
Elle a des goûts particuliers.
Il faut, pour lire deux fois "Une brève histoire de l'univers, du "big-bang" à la fin du monde" de Hawking...

Ils seront heureux, enfin je l'espère.

Et moi, je survivrai, enfin je l'espère.

 

29/09/2016

Mes journées sont plus belles que mes nuits.

Le Goût tousse.
Il tousse le jour.
Il tousse la nuit.
Son "sirop au thym" n'est plus fabriqué.
C'est bien dommage, l'effet placebo était efficace...

La journée, le Goût tousse mais il vit.
Il va à Paris, s'engueule avec la mairie de Paris, alors qu'il passe par un chemin interdit, dit qu'il vit dans une république bananière.
Il en oublie de tousser...

Il passe devant un mannequin anorexique, il n'a pas vu les photographes.
Il la trouve moche.
Il oublie de tousser...

Il arrive enfin, moi soufflant derrière lui, à "l'Ebouillanté".
Un endroit charmant, si on a la chance d'être dehors.
"L'ébouillanté", est réputé pour ses bricks.
Je n'avais jamais tenté, j'aurais dû continuer car j'ai mis la journée à la digérer.
J'y ai trouvé du thon, en pagaille, "sec comme le vent du nord".
Je cherche encore l'œuf.
Le Goût fait des bricks, légères, goûteuses et délicieuses...

Sinon, c'était bien.

Sauf cette nuit.
L'Homme a toussé, bon je ne peux pas le tuer mais je me passerai volontiers de ses commentaires, ceux qui accompagnent sa toux.

Ce matin, j'ai sommeil.
L'Homme rédige sa note.
Il oublie de tousser.

Je me demande si l'ordinateur est aussi efficace que le sirop au thym...

Le Goût, toux,sirop de thym, discours

27/09/2016

Le Goût a un rhume.

Le Goût a un rhume, pardon, le médecin a dit "petit virus".

Lorsqu'il a vu son médecin, il ne toussait pas.

Depuis, il tousse, il tousse comme Gargantua mangeait, au milieu de la nuit et bruyamment.

Il meurt mais avec panache, en trempant d'énormes galettes dans du lait Nestlé.

Il m'empêche de dormir, il râle.

Je me moque.
Il me répond agonie.

Pauvre Goût...

le Goût, rhume, toux, bruit.

31/08/2016

Non, le Goût n'est pas un goujat.

ronflements,le goût,délicatesse

Le Goût est même plutôt délicat.
Ce n'est pas toi qui diras le contraire, n'est-ce pas Ckan ?

Je sais parfaitement que je ronfle.
La sinusite chronique entraîne le nez bouché.
Le nez bouché me fait dormir la bouche ouverte.
Donc ronfler...

Je sais aussi que je lutte contre le sommeil.
Alors je m'endors avec mon livre installé sur moi et la lumière allumée.
La lumière parfois tombe sur le Goût.
Il ne l'éteint jamais car il sait que ça me réveille.

Il a enregistré quelques secondes de mes ronflements parce que je lui avais répondu en dormant "Non, je ne dors pas, je lis"...

J'ai même trouvé plutôt drôles mes ronflements.
Ils sont plus délicats que ceux d'un homme.
Si, si, je vous assure...

Je connais le Goût depuis très très longtemps.
Il a un humour, qui au moins le fait rire.
C'est déjà ça.
Aussi une certaine élégance dans le maniement de la langue, ce qui n'est pas donné à tout le monde.
Je ne croyais pas en publiant cette anecdote anodine provoquer un tel émoi parmi mes lectrices.

Une preuve qu'il n'aime ?
Il me laisse regarder en boucle les trois mêmes séries lorsque je repasse.

Je ne repasse pas vite mais souvent alors les mêmes séries reviennent rapidement.
Alors si ce n'est pas de l'amour, ça...

01/09/2015

On est bien peu de choses.

Et je m'en suis encore aperçue hier lors de notre visite aux enfants.

Plus de "babie", ni de "mamie", des "non " en pagaille.

Snobés par Merveille qui a fini par convoquer son grand père dans la chambre pour lui raconter ses secrets.

Ensuite, j'avais les deux à côté de moi.
Une
qui voulait que je regarde les jeux de sa tablette pendant que l'autre voulait me montrer ses bébés.
Des barbies comme s'il en pleuvait...

J'avais l'impression d'assister à un match de tennis, un coup à droite, un coup à gauche.

Le Goût est comme son fils, rapidement il a envie de partir.
L'Ours trouve la visite courte alors qu'il fait la même chose lorsqu'il est chez nous...

La petite voulait partir avec nous pour la première fois.
La grande a parlé d'aller au cinéma et a promis de téléphoner pour nous raconter sa rentrée.

Nous avons rencontré les enfants au Monoprix.
Sans la petite, c'est la seule de la famille qui refuse d'y mettre les pieds, ça aussi, ça va être un souci.

Finalement, c'était bien.

Enfants, petits enfants, Le Goût