Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/05/2019

Le monde du silence.

Toutes mes excuses à Lakevio mais ce devoir je ne le sentais pas.
La poésie et les triangles, même amoureux, ce n'est pas mon truc.

Hier soir, j'ai regardé les informations sur la deux, son rabâchage et son politiquement correct habituels.
Puis j'ai écouté l'invitée, Mathilde Seigner.
J'aime bien cette femme qui n'a pas sa langue dans sa poche et ça change du discours habituel.
Elle n'accepte plus les invitations sauf lorsqu'elle défend un film.
Elle trouve notre époque ennuyeuse, trop policée et il lui est difficile d'accepter ce consensus mou.
C'est quasiment une interdiction tacite que dire "je n'aime pas" ceci ou cela.
Il est interdit d'avoir sa propre vision des choses du moins de la dire.
Il est interdit d'avoir son propre féminisme.
Pourtant le féminisme, c'est particulier !
On n'est pas obligé de penser comme les autres.
Ça dépend de notre âge, de notre vécu, de nos rapports avec l'autre sexe.

Aujourd'hui, en théorie on peut penser ce qu'on veut.
Mais à condition de penser comme ceux de la case dans laquelle on nous a mise.
Il faudrait mettre des "e" partout.
Il faudrait défendre la cause féminine mais oublier l'excision pratiquée essentiellement par des femmes et des grand'mères mais défense de le dire, de l'écrire, c'est mal.

Alors oui, je suis féministe mais pas que.
Je suis aussi grand'mère, mère, épouse.
Certaines pensent "soumise", faut croire qu'elles ne me connaissent pas.

C'est facile d'admirer aujourd'hui Signoret, Girardot et Romy Schneider.
Pourtant leur parcours n'a pas été une vallée de roses.
Elles étaient libres et aujourd'hui il n'est pas sûr qu'elles le seraient autant.
Ce n'est pas si facile d'être libre, se laisser ligoter avec des mots n'a jamais ouvert la porte ni l'esprit.

Politiquement correct, silence, admiration béate, parole censurée

Politiquement correct, silence, admiration béate, parole censurée

02/01/2018

Voici venu le temps.

Voici venu le moment de vous souhaiter la bonne année.

Je ne sais pas donner dans le sirupeux.
Je n'ai pas les doigts collants de miel.

2018, comme toutes les années, vous réservera du bon et du mauvais.

Je vous souhaite du très bon et peu d'emmer...ts.
On sait qu'on ne peut pas échapper à son destin.
Je vous jure  ! Je n'ai pas regardé Sissi à la télé en cette fin d'année.
Je n'ai pas revu non plus "Mamz'elle Scawlett".

En 2018 comme en 2017, je résisterai au politiquement correct, au sentimentalisme et aux bons sentiments.

Je n'aime pas le sucre, ni dans le café, ni ailleurs.

En revanche ceux qui sont malades, tenez bon, les fauchés, essayez de vous offrir quelques menus plaisirs, certains sont gratuits.
Les aigris, je ne peux rien pour vous.

Je ne vais pas jouer Pagnol.

- Bonne année, bonne santé et le paradis à la fin de l'année !

Je vous souhaite de faire votre paradis sur cette terre qui est parfois si jolie.

2018, voeux, politiquement correct

19/12/2017

Ah que sont devenus les blogs ?

Blogs, bonbons, politiquement correct

J'ai un blog depuis des années, je suis même incapable de dater sa création.
C'était sur 20six, la plateforme la plus foutraque et la plus libre que j'ai connue.
Pas de "politiquement correct" pour vous saouler.
Personne pour vous empêcher d'écrire qu'un "mal comprenant" c'est d'abord un con sur orbite.
Personne pour contrôler que les femmes étaient sous le joug des hommes.

Juste on riait, on se piquait des bonbons.
On avait douze ans.
On se tirait les cheveux virtuellement.
On n'était que des gamins.
Les blogueuses étaient des mômans virtuelles qui consolaient les chagrins d'amour des unes et des autres.

Aujourd'hui, ma liste de favoris ressemble à un pot de départ en retraite.
Chacun a regagné son trou et peu continuent d'écrire.
Lorsque par hasard, ça bouge encore un peu, c'est lisse.
C'est rempli d'oiseaux, de flocons de neige, de fleurs roses et de chats "cromignons"

C'est l'unanimisme béat.
Les méchants c'est mal.
Les gentils c'est bien.

Si Annie Cordy meurt avant la fin de l'année, alors là...
"Pouf, pouf !" et je crache pour conjurer le sort.
On va tous regretter "Tata Yoyo".
Bon on va oublier qu'avant d'être pathétique, elle a été une très grande comédienne.
Je n'aime pas le trop sucré, dans la vie comme dans les desserts.
Aujourd'hui, je me sens bien seule devant mon clavier...

01/12/2017

Je suis lasse.

politiquement correct,animaux,féminisme

Je suis lasse de la bien-pensance !

J'en ai marre de voir partout des fleurs et des chatons.
J'en ai marre de lire que l'homme exploite les animaux alors que des enfants de huit ans travaillent dans des champs de cotons comme au XIXème siècle.

J'aime tous les animaux même les humains...
Mais je n'hésiterai jamais à sauver l'enfant plutôt que le chat quand le camion arrive.
Et pourtant je les aime les chats.

J'en ai assez, d'autant plus assez que ceux qui donnent des leçons de morale ne sont pas exempts des reproches qu'ils font aux autres et ne sont pas si intègres que ça.

Que celui qui n'a jamais savouré une côte d'agneau me jette la première pierre !
Que celle qui n'a pas jamais été ravie de son rouge à lèvre testé sur des animaux me jette la première pierre !

Hier, en regardant tomber la neige, je suis sûre que vous avez trouvé ça beau.
Avez-vous pensé alors à ceux qui allaient passer la nuit dehors faute d'hébergement ?

C'est facile, bien au chaud chez soi, de porter des jugements lapidaires sur les autres et de ne pas faire l'aumône, même d'un regard, à celui qui tend la main.

Notre époque n'a jamais été aussi dure pour les humains et on s'extasie sur les papillons pendant que les abeilles crèvent !

Drôle d'éthique...