Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/05/2018

Ce n'est pas le pied.

jjp,pied,garches,versaille

Hier, JJF est allée à Garches, pour se faire déplâtrer le pied.

Le plâtre à peine retiré, son pied s'est rebloqué dans cette position si difficile à décrire.

JJF depuis deux ans se déplace avec des béquilles.
Ses épaules souffrent et s'abîment, elles aussi.
Pour aller au centre ville, l'Ours pousse son fauteuil.

De Garches, elle a été conduite à Versailles.
Hier son pied bloqué refusait d'être manipulé.

Elle ira à Versailles trois fois par semaine.
J'espère qu'ils vont réussir mais ça n'a pas l'air gagné d'avance.

19/04/2018

Deux longues années de souffrance.

Hôpitaux, pied, JJF

Deux longues années que JJF souffre.
Deux longues années qu'elle se déplace avec des béquilles.
Deux longues années où les filles ont fait avec cette souffrance.

Que P'tite Sœur dit à son grand père : "Papy, tu veux bien me porter, j'ai le mal des jambes ? "
Que Merveille nous dit souvent qu'elle a mal aux pieds ou aux jambes.

Le 17 avril JJF avait rendez vous à Garches, vous savez l'hôpital où Grand Corps Malade a passé du temps.
Elle devait se faire examiner le pied sous anesthésie générale.
Elle en est revenue avec un plâtre et le tendon d'Achille allongé, enfin on a compris ça.

Pendant deux ans, elle a vu régulièrement un professeur dans un grand hôpital parisien réputé.
Le professeur a mis son état sur le compte de son "burn out".
Peut être "mais pas que"...
Il lui a conseillé d'aller travailler en fauteuil roulant.
Travailler en fauteuil roulant ! Chez un grand couturier !!!

Elle avait finalement un pied mal fichu.
Un pied qui avait l'air d'un pied comme les autres.
Mais un pied qui a dit stop aux cadences démentielles de sa boîte.

Et ce n'est pas fini. Les médecins ne parlent pas beaucoup.
Elle va sans doute partir en centre de rééducation.
Quand ? Pour
 combien de temps ?
On ne sait pas encore...

Elle ne doit pas poser le pied par terre.
Heureusement, elle a un fauteuil roulant pour aller faire ses prises de sang.

Aujourd'hui, le travail abîme.
Il pousse à la dépression et parfois au suicide.
Tout ça sous l'œil indifférent des patrons.
Vous savez ceux qui ne manquent de rien...

 

29/08/2015

Trois jours dans la vie d'une femme.

 

pied,douleur,paris,trottiner

Hier, la Tornade est arrivée avant nous.
L
es transports en Île de France sont complètement désorganisés.

J'ai peu de temps devant moi pour vous conter mes petites et grandes misères.
La plus grande étant que Tornade fait vingt centimètres de plus que moi, qu'elle marche comme un marcheur du "Paris-Strasbourg".
En plus, elle réussit à parler en marchant pendant que je trottine derrière.

Le Goût, qui connaît Paris comme sa poche, choisit des rues en pente.
Elle, elle parle, il suit.
Loin derrière, je m'essouffle...

Elle avait décidé de nous inviter à l'Orient d'Or, restaurant chinois agréable situé rue de Trévise.
Il était fermé.

De descente en descente, d'envie de tuer l'un ou l'autre en envies de tuer les deux, nous sommes arrivés à la Bourse.
J'avais les pieds en compote et le Goût, qui refuse de monter trois marches de crainte d'expirer, était en pleine forme
tandis que je suivais péniblement.
Bon, il avait faim...
Je vous le dis : La Grande mourra d'un coup en courant.
J'ai alors aperçu la terrasse de Gallopin.
J'ai su que je n'irai pas plus loin.
Gallopin est une valeur sûre et la Tornade a besoin d'énergie pour continuer à parler en marchant.

C'était bien, c'était bon et en plus nous étions invités.

J'ai réussi à calmer leur ardeur et nous avons marché tranquillement dans Paris jusqu'à Saint -Lazare.

Arrivés à la maison, j'ai enfin pu retirer mes chaussures.
Et ça, c'était mieux que bien...

15/08/2015

Je n'ai pas le pied beau...

pied, ballerines chinoises, allergie

J'ai une ordonnance qui traîne dans mon tiroir depuis un certain temps.

Oui, je dois aller voir un orthopédiste et me faire opérer du pied.
Je traîne la patte.

Avant on parlait d'un "oignon", aujourd'hui c'est plus chic, c'est un "hallux valgus".

Ca fait mal.
Je ne sais même pas pourquoi j'hésite.
Je n'arrive plus à me chausser car il faut que la chaussure soit molle de partout.
J'ai trouvé pendant la canicule une paire de ballerines correspondant à mes critères de mollesse.
Le prix en était modique, trop.
La paire de ballerines était chinoise...

Je me suis méfiée mais pas assez.
Si on peut laver plusieurs fois un T-shirt acheté à Monoprix, la paire de ballerines en machine à laver, je n'ai pas encore tenté.

Je n'avais pas pris la pluie pendant un certain temps et je trottinais doucement avec mes chaussures chinoises, ça tombait bien car j'ai parfois l'impression d'avoir eu les pieds bandés.

Le jour de "Tel-Aviv sur Seine", l'orage est tombé.
Mes ballerines étaient comme Michel Blanc.
Elles n'étaient plus étanches et je n'avais pas de sirop pour les renards...

Lorsque je suis arrivée à la maison, j'ai retiré mes chaussures.
Mes pieds étaient rouges, gonflés et "bubonneux".

Aujourd'hui, nous sommes le 15 août, la possibilité de trouver un médecin est de l'ordre de zéro, mes pieds souffrent, moi aussi.

Alors je traque la chaussure française sur le Net.