Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/02/2022

Motivation en berne.

déménagement,emménagement,motivation

On traîne...
Avant hier nous avons ouverts six cartons de livres.

Je n'ai pas pu trier comme d'habitude :
- Ceux que nous n'avions pas lus.
- Ceux que nous voulions relire.
- Ceux qu'on devrait donner.
J'ai quand même trouvé que les couvertures blanches de Gallimard jaunissaient avec le temps...

Hier, le Goût n'a ouvert qu'un carton.
Il contenait des fils pour brancher au minimun douze PC et quelques chaînes Hi-Fi.
Il a laissé dans la cuisine deux cartons.
"Ils sont importants" a-t-il dit.
Certainement d'autres fils...

Nous campons, certes mais avec plus de place.
C'est agréable !
C'est sans doute pour cette raison que nous prenons notre temps...
Quoiqu'aujourd'hui nous pourrons travailler.
Il y a la grève des transports, demain il y aura manifestation comme chaque samedi.
Nous remercions toutes ces personnes mécontentes qui, en nous empêchant de nous promener, nous aident à rendre cet appartement harmonieux.
Enfin, disons un endroit avec des livres partout...

Et puis nous verrons les filles !
J'ai prévu des activités qui ne nécessitent pas trop de transport car Merveille est encore fatiguée.
Je pense qu'elles vont apprécier le Bouddha du Musée Cernuschi.
Pour le reste, je réfléchis et comme mon cerveau présente un encéphalogramme plat, rien n'est simple...
Mais bon, nous aurons bien une idée...

14/02/2022

On a marché sur la lune

Comme le Goût a une notion très personnelle de la délicatesse, il vous a raconté que dans notre nouvel Eden, on avait posé "une barre à vieux" dans la salle de bains, .

Il est parfaitement entendu que cette "barre à vieux" ne pouvait que m'être destinée alors que lui-même se plaint de son genou depuis toujours...

Vous savez bien que nous ne sommes plus de jeunes gens alors on a fait appel un ami  pour nous aider.
Oui, vous n'êtes pas sans remarquer que les choses s'alourdissent avec le temps...

Hier, cet ami regardait par la fenêtre.
Il m'a fait penser aussitôt à Tintin.
Finalement, il va bien avec nous, il est toujours un peu lunaire, un peu ailleurs.

Trêve de bavardage... Ce n'est pas tout mais il faut se remettre au travail.
Le Goût s'entraîne à casser les verres.
Il a pour cela un certain talent mais il nous reste les sucriers, les pots de lait, qui ne servent à rien chez nous.
Le Goût peut encore s'entraîner, il a des éléments à disposition...

déménagement,âge,amitié

28/01/2022

Déménager à notre âge, c'est de la folie !

déménagement,chauffage,paris

Nous avions dit lorsque nous sommes arrivés ici « C'est notre dernier déménagement ! »
L'appartement avait certes ses défauts, comme tous.
Nous perdions quelques mètres carrés mais le Goût aimait ce quartier qui monte et qui descend.

Mais quatre années à monter et à descendre, c'est fatigant !
Et puis, la chaudière moribonde a changé la donne.

Nous déménageons surtout à cause du froid dans l'appartement.
Pendant le moment où les températures sont devenues hivernales, nous n'avons pas dépassé 16°C dans l'appartement !
Mais nous ne souffrons plus du froid maintenant...
J'ai même parfois trop chaud !
Eh oui, nous vivons parmi les cartons et c'est un isolent très efficace.
Nous repartons donc dans le XVIIème arrondissement, un quartier que j'aime.
« Mon quartier à moi. »
Nous avons là un appartement plus grand, avec un chauffage collectif qui fonctionne parfaitement - on a testé -, dans un quartier qui ne monte, ni ne descend...
Le Goût le trouve moins joli que Montmartre mais préfère ne pas passer son temps à monter.
Première fois que je ne danse pas de joie.
Que « je traîne » au lieu de me ruer sur les cartons à faire.
Contente malgré tout même si le Goût a dû emprunter un plat aux voisins car nos plats ont été mis en carton un peu trop hâtivement...
Tout comme les assiettes creuses qui sont pourtant bien pratiques pour manger la soupe que je fais et qu'il trouve si bonne...

Il nous reste quinze jours à passer ici et le rythme s'est ralenti.
Nous n'avons plus la frénésie de nos trente ans, nos amis non plus.
On fatigue et eux sont loin et ne songent plus à déménager...

J'ai hâte d'être à notre nouvelle adresse, nous prendrons le temps pour nous installer.
J'ai besoin de deux Billy, elles sont manquantes chez le Suédois.
Que celui qui n'a rien de chez le Suédois lève la main !

06/01/2022

Déménagement.

anniversaire le goût,déménagement

Ce matin, c'est le téléphone qui nous a réveillés.
Merveille a envoyé un SMS à son grand-père pour lui souhaiter un bon anniversaire avant de partir au collège.
Depuis, il flotte sur un petit nuage et en oublie de tousser, ça repose mes oreilles.

Depuis qu'on sait qu'on signe notre nouveau bail le 20 janvier et que notre nouvel appartement est chauffé grâce à un chauffage collectif qui marche, on l'a vérifié, on a encore plus froid chez nous.
Ici, la buée a tenu sur les fenêtres de la chambre toute la journée.
Le radiateur n'a jamais voulu fonctionner.

L'âge venant avec son cortège de douleurs, j'ai pour la première fois le trac !
Oui ! Moi j'ai le trac !
Nous cherchons des déménageurs, des vrais, pas un escroc comme la dernière fois.
Celui qui a encaissé le chèque mais n'a jamais fait le déménagement
Mais pas non plus comme son remplaçant, celui qui a tout abîmé.

Alors que d'habitude, car on a une certaine expérience des déménagements, les vautours se précipitent, là on a du mal à recruter.
Ils sont occupés les déménageurs, les Parisiens quittent le navire, ils vont se réfugier en province.
Alors les petits joueurs comme nous, qui changeons juste d'arrondissement, on est en fin de liste.

Enfin, comme d'habitude, on y arrivera et on pourra lorsqu'il fera beau boire notre café sur notre balcon...

09/04/2021

Stop ou encore

déménagement,bruit,paris,marais

J'ai souvent déménagé et très souvent à cause du bruit.
Au début, nous déménagions dans le Marais, on changeait de rue mais le bruit nous poursuivait.
Celui des ateliers clandestins où toute la famille piquait à la machine.
Le jour, la nuit, dimanche et fêtes compris.

Il y eut un appartement que nous n'avions pas envie de quitter.
Il était mal fichu mais plein de charme.
Il y avait des coins.
Il y avait des recoins.
Il y avait tout pour y mettre des livres.
On avait une vraie grande cuisine avec une grande table.
Nous y mangions entre amis et on avait une cheminée qui fonctionnait.
Rien ne remplace l'odeur du bois qui brûle les soirs d'hiver...

Malheureusement nous avions une voisine.
Depuis l'immeuble voisin, elle écoutait tous les dimanches matin une émission de radio qui s'appelait "Stop ou encore".
Mireille Mathieu qui brame le matin, ça nous
donnait des envies de meurtre.
Malgré nos demandes, la "brave dame", augmentait le niveau de sa radio chaque dimanche.
Alors, excédés nous avons trouvé dans les piles de vinyles, un disque de musique militaire dont nous n'avons jamais su d'où il venait.
Nous avons ouvert les fenêtres, mis la chaîne à fond et nous sommes partis.
Les vitres tremblaient, les chats étaient cachés, nous entendions "Sambre et Meuse" depuis le café où nous nous étions réfugiés.

En revenant, tout le quartier était à sa fenêtre, la voisine honnie également.
Nous lui avons signalé que nous étions, nous aussi capables, de faire beaucoup de bruit.
C'est la seule fois où j'ai trouvé que les grandes enceintes du Goût n'étaient pas si mal...