Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2017

On-dit...

déménagement,incendie,paris

"On-dit" qu'un déménagement vaut un incendie.

J'ai donc subi vingt deux incendies.
Ce qui explique que j'arrive à faire tenir ce qui reste de l'incendie dans des appartements petits.
Revenir à Paris nous a coûté cinq mètres carrés et une bonne dizaine de cartons de livres.
Ces cartons ne restent pas plus de dix minutes sur le trottoir.
Il a suffi que mon Goût écrive dessus "Livres. Servez-vous."

Mais quel bonheur de retrouver sa ville et dans un quartier jamais habité par votre servante !
Je découvre !
J'admire !
J'ai déjà trouvé dans une rue voisine, une boulangerie primée pour sa baguette et ses cakes "bio".

Un traiteur charmant mais excessivement onéreux.
A
ne garder que pour certaines occasions...
Comme le retour du fils prodigue ?

Il ne manque qu'une chose à mon bonheur : Les filles.
J'avais prévu de les conduire sur la butte, de leur faire prendre le funiculaire et de les faire goûter dans un endroit charmant que Lakevio connaît bien.

L'entêtement de leur père les privera d'une chouette journée.
Espérons qu'il ne fera pas la tête à vie car ses filles grandissent et je doute que le Sacré Cœur les tente encore longtemps.
Du moins avec Mamie et Papy...
Sans oublier que mon espérance de vie diminue avec le temps qui passe.

Henri IV aurait dit : "Paris vaut bien une messe".
Choisir sa vie ne mérite donc pas l'ostracisme.

21/10/2017

Trois petits tours et s'en va.

Lorsque nous sommes arrivés ici, nous avions le Net.
Une visite de technicien plus tard nous avions la fibre.
Hélas, le lendemain, nous n'avions plus rien...

Et lorsque j'écris "rien", c'est "rien".
Plus de Net, plus de
 télé, plus de téléphone.
Pas même de radio car France Inter était en grève.
Finalement, j'ai aimé.

Nous sommes allés faire l'état des lieux.
Nous avons bossé comme des fous pour effacer les traces de quatre années d'occupation.
Le résultat de nos efforts a payé, que du "vert" sur toutes les cases.

Cela ne veut pas dire que nous reverrons notre caution car notre bailleur est un spécialiste des faux frais.
Faux frais qui, sur le papier, deviennent des vrais frais.

Pour l'instant, la lumière de Montmartre est toujours aussi séduisante mais, car il y a toujours un mais, les relations avec l'Ours ne sont pas au beau fixe.
J'avoue que je deviens moins conciliante avec l'âge et hier, je lui ai raccroché au nez.
Ses écarts de langage me fatiguent et je suis déjà assez fatiguée...

L'enfant chéri a fait semblant d'oublier notre âge et ne nous a pas proposé son aide. Pas même pour porter un crayon alors qu'il aide volontiers ses amis.

Sinon, pas besoin d'allumer le chauffage, les cartons nous tiennent chaud.
Hier, nous nous sommes mis sur pause.
Nous sommes moulus de partout...

déménagement, aménagement, internet

17/10/2017

On a fini par déménager.

20171003_100140.jpg

Enfin, le Goût a réussi à revenir à Paris et dans un quartier qu'il aime depuis toujours.

Un quartier qui grimpe mais ce n'est pas comme la passerelle.
Le Goût prend le bus lorsque ça grimpe et revient à pied lorsque ça descend...

On ne peut pas dire que ce fut simple.
Le premier déménageur a pris l'oseille et s'est tiré.
Le second a cassé notre four.
Un four acheté en mars sinon ce n'aurait pas été drôle.

L'élévateur m'a causé de ces frayeurs !
Comme nos déménageurs étaient arrivés en retard, ils ont chargé ce petit élévateur à bloc.
J'ai eu peur que mon mobilier ne finisse sur la tête des gamins qui sortaient de l'école.
Nos voisins de palier sont des "rockers" célèbres.
Des "rockers" avec un look de bons élèves.
Je ne suis même pas sûre qu'ils boivent du café...

Nous naviguons à vue autour des cartons.
Nous les dégageons avec logique.
Nous apercevons enfin les coussins du canapé.

Je pose des cartons de livres devant la porte qui donne sur la rue.
Ils n'y restent pas plus d'un quart d'heure.
Merveille a déjà demandé de venir passer un moment avec une copine.

Je me dépêche, je dois continuer de vider les cartons.

04/10/2017

Je teste encore pour vous...

déménagement,arnaque,plainte

Le déménageur escroc !
J'ai testé de nombreux déménageurs.
Des qui sont efficaces, oui ça existe.
Des qui sont sympathiques.
Des qui sont pas sympathiques.
Des qui cassent.
Des qui perdent.

Je n'avais pas encore testé l'escroc.
C'est fait !
Nous venons de changer de déménageur en catastrophe.
Nous devons aller porter plainte aujourd'hui.
Nous savons que cette plainte ne servira à rien sauf peut être à aider des futurs pigeons clients...

Je me sens d'autant plus coupable que j'ai choisi moi-même le malfaisant.
Mais attention ! L'escroc a un beau discours et réponse à tout.
A huit jours de notre déménagement nous allons devoir mettre les bouchées doubles et mettre en cartons.
Cartons reçus hier soir, achetés et  payés par nous...
Je crois que plutôt de perdre cet argent, j'aurais préféré me livrer à une extravagance.
Par exemple m'acheter un bijou, un sac.
Pas un Kelly bien sûr, c'est un escroc à la petite semaine, pas "un escroc à Kelly"...
Je crois avec celui là avoir fait le tour mais on n'est jamais à l'abri d'une surprise.

J'ai l'air de prendre ça avec philosophie mais je tiendrais ce fils de Û*!& !!! entre mes mains, je le découperai en lanières.

29/09/2017

J'ai aussi testé pour vous.

Comme je vous aime et que je veux vous éviter des désagréments, je vous informe que j'ai aussi testé le déménagement à l'israélienne.

C'est du sérieux bâti sur du sable.
Comme Tel-Aviv...
Notre déménageur s'appelait Haïm - "la vie"-
C'était un beau parleur, comme tout déménageur.
Un déménageur vous vend du rêve.
Le déménageur qui vous fait payer votre container et annonce son arrivée presque avant vous.

Pendant l'année que nous avons passée à Bruxelles, naïfs et confiants, nous avons attendu notre container.
Cette année là, Haïm a téléphoné deux fois.
Les deux fois il était sur l'autoroute.
Les deux fois il n'est jamais arrivé...

A Paris, à nous débattre pour ne pas couler, nous avons oublié notre container.
Nous avions même "fait une croix" sur nos affaires.
Oui je sais, avec un "Haïm" ça ne fait pas la même chose.
Bon, nous avons fait une "magen David" sur nos affaires.

Puis, au moins un an après, Haïm a téléphoné pour nous annoncer la livraison de nos biens.
Il devait avoir besoin de sous.
Il a agrémenté la facture du déménagement, pourtant payée au départ, d'une facture de garde-meuble.
Autant vous dire qu'il attend encore d'être payé pour son garde meuble...

Finalement, c'est peut être à cause de lui que le Goût a encore confiance dans l'humanité.