Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2018

De la bienveillance sur Internet

racisme,antisémitisme,mensongesPlus j'avance en âge mais pas forcément en sagesse, plus je suis horrifiée par mes compatriotes.

Si, dans la rue on ne s'insulte que rarement, sur Internet, à l'abri de son clavier et de son anonymat, on insulte à tout va.
Ah si ! Dans la rue, une fois, je me suis fait traiter de "Sale Française", ce qui est mieux que "Sale juive" qu'il m'est arrivé d'entendre.
Au moins ça prouve que je me suis bien intégrée...

Quand ça arrive dans la rue, le quidam n'est pas anonyme et seule l'ivresse lui fait dire le paquet d'âneries qu'il profère.
Alors que sur le Net, on en lit de drôles pas très drôles...

Genre, "le jeune Malien n'a pas sauvé d'enfant, c'est de la propagande".
Demander à l'anonyme de s'expliquer, c'est s'exposer à un torrent d'injures.

Il faut dire que l'exemple vient de haut.
Enfin de haut... Il est difficile de prendre notre Ministre de l'Intérieur pour un grand homme, lui qui vient de nous expliquer que le migrant qui souvent ne parle pas français, a fait une étude comparative des législations des pays d'Europe pour choisir celui qui offre le plus d'aide.
Pour avoir l'air moins vieux qu'il n'est, il parle même de "benchmarking"...

Vous êtes vous imaginés arriver dans un pays dont vous ne parlez pas la langue.
Dans un pays où vous n'avez pas de papiers, estourbi par des passeurs qui sont les seuls qui font leur beurre, vous seriez tenté de chercher vos compatriotes, pas de lire le Code Civil ou pêcher des renseignements sur le site de la CAF.

La première chose que j'ai faite dans "le pays où coulent le lait et le miel", c'est chercher des compatriotes.
Ce n'est pas du communautarisme, ça s'appelle de la survie.
J
e crains fort que ceux qui racontent des horreurs sur le Net ne se posent jamais de questions.
Se poser des questions, c'est quand même s'exposer à découvrir qu'on n'est parfois mené que par des préjugés, le racisme et l'égoïsme.
Et dire que les mêmes nous parlent de bienveillance...

 

 

 

 

 

25/03/2017

Chroniques de la haine ordinaire.

Chaque jour on est confronté à la bêtise ordinaire, au racisme banal, à la médiocrité.
Du moindre déplacement en transports en commun à cette campagne électorale, qui ne nous laisse qu'un choix : choisir entre la peste et le choléra pour éviter l'anthrax.

L'autre jour, dans le bus qui nous ramenait de Paris, un bébé appelait sa mère.
Sa mère ne s'occupe pas de son gamin car elle est pendue à son téléphone.
Et ça dure, ça dure...
On a dépassé Neuilly, le gamin appelle sa mère de plus en plus fort.
La mère s'occupe toujours de son téléphone.
Un homme commence à se plaindre, la mère l'insulte et le traite de raciste.

Oui, la mère est noire, l'homme est blanc.
Il ne demande pourtant qu'une chose : Que ce gamin cesse de hurler.
Puis c'est notre station, ouf !
Il faut sortir.
Là, j'entends la mère dire à son gamin "gueule mon fils, sont tous racistes ces blancs !"

Dans la même journée, un homme pressé bouscule un Arabe et le traite de "bougnoule".
Les enfants sont assis dans le bus et les vieux debout.
Le monde marche sur la tête...

Sur les réseaux sociaux, les uns défendent leur candidat avec des propos haineux.
Ils n'ont rien à faire de l'honnêteté de leur candidat, ils se contentent de dézinguer ceux qui ne sont pas d'accord avec eux.

Je n'aime pas ce monde.
Que proposons nous à nos enfants et petits enfants ?
La haine, le chacun pour soi, le réchauffement climatique, la disparition de la moitié des espèces animales en moins de cinquante ans et j'en oublie.