Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/01/2018

Conversations.

lakevio.jpg

- Alors, tu vas vraiment faire ça ?
- Non, je ne crois pas, je ne deviendrai pas ta gouvernante, nous sommes amies d'enfance et malgré ta réussite, tu restes toujours notre petite voisine, celle qui avait faim et qui acceptait mes restes.

- Tu sais que j'ai menti, j'ai raconté à mon mari que j'étais orpheline, je ne voulais pas qu'il connaisse Maman, son penchant pour le gin et pour le jeu.

- Tu commences ta vie de femme mariée par un mensonge !
- Oui... Je sais, mais...
- Tu crois que ta mère, un jour de beuverie ne viendra pas sonner chez toi pour exiger de l'argent ?
- Tu es la seule personne à connaître la vérité, tu aurais pu éconduire Maman gentiment.
- Tu crois ça ?
- Tu es veuve, tu n'as pas beaucoup de ressources, nous nous rendrions service mutuellement.
- Non n'insiste pas, tu prendras vite goût à ta nouvelle situation, tu oublieras que je te sauve la mise et tu me traiteras comme une domestique.
- Tu me crois capable d'oublier la bonté de ta famille.
- Je te crois capable de pire, ton mari ignore notre amitié, il s'imagine que tu me fais l'aumône.
- Mais non, voyons !
- Et ton petit sourire satisfait ! Et ton œil dédaigneux sur mon allure !
- Finalement, tu as raison, tu resteras une institutrice sans le sou.
- Tu vois ? Ça commence !
- Bon, j'ai rendez vous avec des journaliste pour parler de mon mariage.
- Ça vaut mieux...
- Je ne veux pas mécontenter ces messieurs dont les articles sont si utiles...

Commentaires

Si les amis ne peuvent pas te décevoir, qui pourra ?

Écrit par : le-gout-des-autres | 15/01/2018

Répondre à ce commentaire

Ah , les parvenues... des ingrates, on voit bien qu'il leur manque l'éducation qui donne la retenue et la reconnaissance.

Écrit par : Berthoise | 15/01/2018

Répondre à ce commentaire

Portrait vigoureux d'une manipulatrice, souvenirs, souvenirs ....

Écrit par : camille-madeleine | 15/01/2018

Répondre à ce commentaire

C'est douloureux quand on ouvre les yeux....

Écrit par : Sophie | 15/01/2018

Répondre à ce commentaire

très très loin d'être idiote la petite institutrice.... et elle a raison sur toute la ligne !
D'ici que la mère vienne faire un esclandre le jour du mariage c'est pour le coup que ces messieurs auraient sujet à un article!

Écrit par : emiliacelina | 15/01/2018

Répondre à ce commentaire

J'espère qu'elles sont d'un autre siècle car de nos jours, difficile d'échapper aux indiscrétions de Google et des réseaux sociaux. Autrefois, on parvenait à se planquer toute une vie...

Écrit par : Armelle | 15/01/2018

Répondre à ce commentaire

Redoutablement lucide, ton texte. La cousine ou l'amie qu'on "gardait" par bonté d'âme et qui devenait corvéable à merci ou pire souffre-douleur... Elle a bien raison, l'institutrice, de refuser.

Écrit par : lakevio | 15/01/2018

Répondre à ce commentaire

pas très optimiste, mais ça semble lucide, en effet :-)

Écrit par : Adrienne | 15/01/2018

Répondre à ce commentaire

tiens j'avais mis un comm'
je disais que ça manquait d'optimisme mais que sans doute c'est une vision lucide :-)
bien joué, ça colle!

Écrit par : Adrienne | 15/01/2018

Répondre à ce commentaire

une méchante femme !

Écrit par : ang/col | 15/01/2018

Répondre à ce commentaire

Une institutrice sans le sou...quel affreux destin ! :-)
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | 15/01/2018

Répondre à ce commentaire

Elle aurait pu proposer un autre statut que celui de gouvernante.
C’est triste d’oubl D’ou L’on vient...

Écrit par : Val | 15/01/2018

Répondre à ce commentaire

Cruelle mais nécessaire mise au point ! je crois qu'elle a pris la bonne décision !

Écrit par : Colette | 15/01/2018

Répondre à ce commentaire

Ah ! Parfois, ces femmes... J'espère qu'elle va s'en sortir. Avec un peu d'entrejean, qui sait !

Écrit par : Pivoine | 16/01/2018

Répondre à ce commentaire

Difficiles relations humaines ! Quand l'amitié inconditionnelle devient vache...

Écrit par : Véro | 25/01/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire