Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2019

Les Veillées des chaumières.

Ce matin, j'écoutais la revue de presse de France-Inter et j'ai eu l'oreille attirée par "Les Veillées des Chaumières", magazine disponible seulement par abonnement.

Aussitôt, je suis retombée en enfance.
Je suis chez mon arrière-grand'mère, assise bien droite sur sa chaise.
Chez elle, il n'est pas question de s'avachir.

Je ne me souviens pas exactement de l'âge que j'ai.
Je seulement que je sais lire et que je lis tout ce qui me tombe sous la main y compris ce magazine.

Mon arrière grand'mère me dit "Tu vas t'user les yeux ma petite-fille ! Tu ferais mieux de jouer !
Mais je préfère lire.

Je me souviens d'un feuilleton dont l'héroïne s'appelle Brigitte.
Je me demande si elle n'est pas infirmière à la campagne.
Je la revois à la campagne conduisant une Vespa et c'est presque incongru pour un journal si convenable.

On y trouve des recettes de cuisine et des modèles de tricot.
Mon arrière-grand'mère n'en tire aucun profit, elle tricote de petites horreurs en jaune et rose avec de la laine détricotée plusieurs fois...
Elle est économe, un peu pingre, je l'adore surtout que je ne suis pas obligée de porter ses "trucs".
C'est ma petite sœur qui a cette chance...

Les veillées des chaumières, Berthe Bernage, arrière grand'mère

02/12/2016

la midinette de mon arrière-grand' mère

paris avant,arrière grand'mère,souvenirs


Il ne se passe pas un jour sans que j'aie une pensée pour mon arrière-grand'mère.

Celle qui nous a aimées.
Celle qui m'a gardée pendant que ma mère avait déserté le domicile conjugal.
Celle qui nous appelait "mes petits rayons de soleil".
Celle qui m'envoyait en haut de la rue Poncelet pour acheter ses œufs.
Celle qui m'envoyait à l'angle de la rue de Prony pour acheter son pain.
Et la rue de Prony est loin de la rue Poncelet...

Mon arrière-grand' mère avait "une Midinette" .
Elle avait une cuisinière à gaz comme tout le monde mais elle préférait faire des "petits plats" sur sa Midinette.
Elle qui détestait la campagne, qui y avait vécu une triste jeunesse, en avait gardé l'habitude de cuisiner sur sa Midinette.
Elle mettait pour  nous un poulet dans le four de la Midinette et y faisait cuire ses meilleures pommes de terre.
Elle y faisait aussi pour nous des pommes au four et du pain perdu...

Je n'ai jamais retrouvé le goût du pain perdu de mon arrière grand'mère.
Il avait le parfum de l'enfance et de l'amour partagé.

Je revois mon arrière-grand' mère, toute petite mais droite, s'endormir en lisant le Parisien Libéré qu'elle continuait à appeler  le "Petit Parisien", ce journal que je devais encore aller chercher dans un endroit bien précis.

C'est à cause du Goût que mes souvenirs remontent...