Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/02/2020

Miroir, mon beau miroir

rousse_psyché Ivan Olinsky.jpeg

Cette femme devant sa psyché, se prépare-t-elle à partir ou revient-elle ?
Et s’il y avait quelqu’un derrière elle ?
Dites en quelque chose lundi.
Que vous soyez à la place de l’une, de l’autre, des deux.
À vous de jouer.

Toute ressemblance avec des personnes etc. coïncidence...

Elle finit de se préparer.
Comme d'habitude elle va être en retard.
Il passe derrière, l'embrasse dans le cou et voit encore et toujours cette jolie femme.

Elle voit autre chose, les cheveux devenus courts et gris.
Elle voit un air de vieille directrice d'école à la taille épaissie.
Malgré les efforts des dermatologues, les fleurs de cimetière ont envahi ses mains qu'elle avait si blanches.

Il la trouve belle.
Elle le sait.
Pour lui, elle est toujours la jeune fille en jupe longue Cacharel et T-shirt assorti.

Elle est un peu lasse, elle aime qu'on l'appelle Mamie.
Elle aime embrasser des peaux douces.
Elle ne regrette pas trop la jeunesse où elle courait toujours après le temps.

Elle ne court plus les boutiques.
Elle ne visite plus guère les châteaux car son dos la fait souffrir.

Lui, il me monte plus les escaliers quatre à quatre car il a le souffle un peu court.
Derrière l'homme qu'il est devenu, elle voit toujours
 ce jeune homme aux cheveux si noirs qu'ils ont des reflets bleutés mais elle ne voit pas que ça.

Elle aime aussi qu'il soit plus calme, moins obsédé par le travail.
Alors 
elle oublie rapidement la rousse du miroir et regarde la grise...

 

Commentaires

Une vieille directrice d'école à la taille épaissie ... Où ça ? :-) :-) :-)
•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : celestine | 03/02/2020

Répondre à ce commentaire

Eh oui, moins je suis argenté, plus mes cheveux le sont...
Mais tu es toujours ma rouquine préférée.
Bon, un peu moins rousse...

Écrit par : le-gout-des-autres | 03/02/2020

Répondre à ce commentaire

très joli! un très joli pendant de l'autre texte, si j'ose dire

Écrit par : Adrienne | 03/02/2020

Répondre à ce commentaire

Les yeux du coeur sont toujours plus indulgents face à la vieillesse, eux seuls savent voir la beauté et garder la fraicheur. J'aime bien la réflexion du Goût : "moins je suis argenté plus mes cheveux le sont" et c'est tellement vrai pour beaucoup d'entre nous.

Écrit par : delia | 03/02/2020

Répondre à ce commentaire

On voit toujours le charmant fiancé dans son mari (C'est le secret des vieux mariages) :))

Écrit par : Nina | 03/02/2020

Répondre à ce commentaire

comme c'est joli et tendre.... J'ADORE!

Écrit par : Ambre | 03/02/2020

Répondre à ce commentaire

Finalement, ce devoir aurait dû être pour la St Valentin..J'aime aussi cette réflexion du Goût "moins je suis argenté plus mes cheveux le sont"...C'est ce que nous pouvons tous dire je pense ici….C'est vrai que n'être plus obsédé par le travail est jouissif, comme se lever à l'heure qu'on veut, n'être tributaire d'aucun patron, de personne...Hélas, c'est au prix de nos cheveux gris, de la mécanique qui rouille, comme de vieilles voitures poussives...

Écrit par : julie | 03/02/2020

Répondre à ce commentaire

C'est joli et plein de tendresse !
Ca fait un bien fou !

Écrit par : Armelle | 03/02/2020

Répondre à ce commentaire

Un beau témoignage qui sent un peu le vécu non ?

Écrit par : Gwen | 03/02/2020

Répondre à ce commentaire

Mais regardez bien derrière le miroir, il y toujours les yeux de l'amour...

Écrit par : Sophie | 03/02/2020

Répondre à ce commentaire

Belle déclaration, l'amour qui résiste au temps qui passe !

Écrit par : Fabie | 03/02/2020

Répondre à ce commentaire

Surpris de voir que les fleurs de cimetière poussent également de l'autre côté de la frontière, je pensais que cette expression était typique de chez nous ;-) . Trouvera-t-on un jour un herbicide écologique pour les éradiquer ? Ce week-end, nous hébergions nos huit petits-enfants. Les aînés (dix ans) n'arrêtaient pas de parler des vieux, il nous a fallu un certain temps pour réaliser que c'était de nous qu'ils parlaient.
Mamie aime bien qu'on l'appelle ainsi. Mais à six heures, elle trouve que c'est un peu tôt. Moi aussi ;-) ! Une fois les chicoufs rentrés chez eux (chic, ils arrivent; ouf ils repartent), j'ai eu la grise sur le gâteau pour moi tout seul. Parfois, je n'aime pas partager.

Écrit par : Passion Culture | 03/02/2020

Répondre à ce commentaire

Il se regardent avec les yeux de l'amour et se voient avec ceux de la maturité
Ce que tu écris là est touchant.

Écrit par : Chinou | 04/02/2020

Répondre à ce commentaire

Quel bel amour !

Écrit par : Berthoise | 13/02/2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire