Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2019

Le coin coin...

lakevio.jpg

Trois canes dans un pré.
Les canes, ça cancanne...
Elles sont trois, ce sera donc le sujet à trois "personnages".

On nous raconte n'importe quoi, la cane de Jeanne n'est pas morte ce matin, elle a trouvé refuge dans un jardin extraordinaire.

Extraordinaire, n'exagérons rien, un petit jardin parisien, avant l'ouverture.

Les deux vieilles canes, je n'ai pas dit, vieilles carnes, ont du mal à faire de la place à la cane de Jeanne, faut dire qu'elle a une certaine notoriété, qui ne plaît pas aux deux autres.

- Tu la trouves comment la nouvelle cane ?

- Ordinaire.

- Tu crois que les passants vont s'arrêter et qu'on va entendre toute la journée, tu as vu "c'est la cane de Jeanne" qui a trouvé refuge dans un petit jardin parisien.

- Tu parles, ils vont la regarder une journée et demain, elle sera une cane comme les autres, c'est un peu comme les grenouilles où les hommes politiques, ils se font plus gros qu'un bœuf et ensuite, ils explosent.

- Dommage que Brel n'ait pas chanté de cane, je me serais faite passer pour elle.

 

Commentaires

Oui en effet les canes n'entraient pas dans le registre de Brel...
Morose ce matin ?

Écrit par : Pivoine | 27/05/2019

Répondre à ce commentaire

Bah y a rien qui ressemble plus à une cane qu'une autre cane... c'est comme les hommes politiques, qu'ont-ils de plus que nous, hein ?
Bien ciblé ton texte !

Écrit par : Praline | 27/05/2019

Répondre à ce commentaire

Il y en a qui n'explosent pas assez vite...

Écrit par : Fabie | 27/05/2019

Répondre à ce commentaire

C'est vrai, moi-aussi, j'ai pensé à la cane de Jeanne..On dirait qu'elles n'inspirent pas trop...

Écrit par : julie | 27/05/2019

Répondre à ce commentaire

Je vous sens perturbés. Le moral du Goût fait son petit effet. Je lève les pouces à la bonne nouvelle qu'on attend.
La cane de Jeanne a bien fait de se tirer du guêpier. Les miennes aussi s'en sont allées.

Bises. Confiance.

Écrit par : lakevio | 27/05/2019

Répondre à ce commentaire

les jardins parisiens sont plus sains que la basse-cour, c'est certain, où on ne vit pas longtemps! c'est aussi à Paris que les abeilles se portent le mieux, dans les campagnes on pulvérise...

Écrit par : Adrienne | 27/05/2019

Répondre à ce commentaire

Eh bien... la cane de Jeanne a passé un mauvais quart d'heure chez moi, alors que tu l'as épargnée et lâchée dans un jardin parisien !

Écrit par : Gwen | 27/05/2019

Répondre à ce commentaire

La cane de Jeane... oui, on peux encore la savourer, elle fait partie des menus de choix quand on entends toutes les bêleries qui nous sont servies ordinairement.

Écrit par : delia | 27/05/2019

Répondre à ce commentaire

Une cane étrangère, comment veux tu qu'elle soit acceptée par les temps qui courent !

Écrit par : Colette | 27/05/2019

Répondre à ce commentaire

la jalousie se trouve partout même chez les canes.....

Écrit par : emiliacelina | 27/05/2019

Répondre à ce commentaire

Bravo Heure-Bleue pour ce bel exercice de style et cet hommage aux grands chanteurs du vingtième siècle !

Écrit par : Jerry OX | 28/05/2019

Répondre à ce commentaire

J'ai cru que tu allais nous la faire en chansons, avec Brassens et Du tronc, et tu es allée chercher Brel.
Bises

Écrit par : Berthoise | 29/05/2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire