Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2017

Cabinet portrait

devoir de lakevio.jpg

Lorsque je suis arrivée dans ce musée de province, je me m'attendais pas à voir ce portrait.

La dernière fois que j'avais vu cette femme, j'avais cinq ans.
Elle partait me laissant à mon père.

Elle n'est jamais revenue.
Le temps a passé et je l'ai oubliée.
Je me suis mariée, j'ai eu des enfants puis des petits-enfants.
Ma vie était plutôt heureuse.
Bon, j'avais bien ce petit point au cœur parfois mais qui ne cache pas une blessure ?

A la revoir dans ce musée, j'ai d'abord reconnu ses yeux.
Elle avait changé, elle ne portait plus ses éternelles jupes plissées et elle avait le sourire.

J'ai regardé la signature du peintre.
C'était lui !
Celui qui m'avait pris ma mère !

Je suis sortie.
Je me suis aperçue que cette femme ne représentait plus rien pour moi...  

Commentaires

une mère indigne, tout juste bonne à hanter un musée de province. Bien fait.

Écrit par : la Mère Castor | 03/04/2017

Répondre à ce commentaire

De la douleur ici aussi mais le deuil vient de se faire, donc une bonne idée d'être entrée dans ce musée.

Écrit par : Praline | 03/04/2017

Répondre à ce commentaire

Originale et triste ton interprétation .

Écrit par : mab | 03/04/2017

Répondre à ce commentaire

Une douleur qu'on croit avoir surmonté. Je n'en crois rien.

Écrit par : Sophie | 03/04/2017

Répondre à ce commentaire

Superbe texte.

Bleck

Écrit par : Bleck | 03/04/2017

Répondre à ce commentaire

Peut-être ce qu'il fallait pour vraiment la laisser loin derrière, à ses fichus et ses robes...
Triste et beau, Heure Bleue.

Écrit par : lakevio | 03/04/2017

Répondre à ce commentaire

Belle et originale interprétation de ce tableau ! J'aime bien.

Écrit par : Armelle | 03/04/2017

Répondre à ce commentaire

Douloureux, mais espérons que la blessure pourra ainsi se refermer et que la vie sera tout à fait heureuse !

Écrit par : Colette | 03/04/2017

Répondre à ce commentaire

Quelle belle lecture de ce tableau.... Chapeau !

Écrit par : Oxygène | 03/04/2017

Répondre à ce commentaire

Il fallait cette visite pour se détacher complètement de la mère...
Mais c'est une fiction, bien sûr !
Superbement écrit... Bonne journée

Écrit par : Gwen | 03/04/2017

Répondre à ce commentaire

Tu as vraiment du talent pour pouvoir imaginer une histoire à partir d'un tableau comme tu le fais. Bravo !

Écrit par : Koalisa | 03/04/2017

Répondre à ce commentaire

Beaucoup de douleur dans ce portrait ... Voila une bien belle description, Heure-Bleue . On peut aisément dire que ..tu ne peux pas la voir en peinture !!

Écrit par : Jerry OX | 03/04/2017

Répondre à ce commentaire

Belle interprétation, on suit le parcours de bout en bout avec ce qu'il représente de sentiments troublés, de souffrance intériorisée et la façon de ...tourner la page Bravo.

Écrit par : tanette2 | 03/04/2017

Répondre à ce commentaire

bien vu, bien ressenti

Écrit par : colombine | 03/04/2017

Répondre à ce commentaire

Difficile d'être abandonnée par sa mère...

Écrit par : Fabie | 04/04/2017

Répondre à ce commentaire

Blessure d'enfance... "Nul ne guérit..."

Écrit par : la baladine | 04/04/2017

Répondre à ce commentaire

J'aime bien cette version. Il lui en aura fallu du temps pour guérir....qu'il dit...

Écrit par : julie | 04/04/2017

Répondre à ce commentaire

Belle version ! Le destin a guidé ses pas vers ce musée pour enfin faire son deuil de cette mere indigne !

Écrit par : Francelyne | 04/04/2017

Répondre à ce commentaire

triste... triste ... triste. Ton histoire...... tu es forte pour faire ressentir cette tristesse en un texte plutôt court !

Écrit par : emiliacelina | 04/04/2017

Répondre à ce commentaire

Ce que j'aime dans vos récits du lundi, c'est la vitesse avec laquelle vous cloué le lecteur au sol. Comme ces serpents qui, en une fraction de seconde, ne laisse aucune chance à une proie bien plus grande qu'eux.
La clé de ce récit pourrait être ce passage: "J'ai regardé la signature du peintre.
C'était lui ! Celui qui m'avait pris ma mère !"
Je vous souhaite une bonne semaine
Berne, ce 4 avril 2017
Jean-Jacques'60

Écrit par : Jeanjacques666 | 04/04/2017

Répondre à ce commentaire

Je vois trop ma prof d'histoire géo de troisième sur ce portrait... ;-)
mais ton texte est poignant.
Autobio ?
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | 05/04/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire