Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/07/2020

La rue Rambuteau

Quand je suis arrivée, mon nouveau quartier était comme ça :

paris,rue rambuteau,les halles

Lorsque j'arrive dans le quartier, la rue Rambuteau est longue.
Elle commence rue des Archives Nationales et finit aux Halles.

Les Halles existaient encore.
Ce qui deviendra le "Quartier de l'Horloge" est un coin tout lépreux et noir.
Le Centre Pompidou est encore un projet fumeux.

J'habite du côté des Archives Nationales, au quatrième étage sans ascenseur.
C'est un appartement biscornu mais charmant et je travaille dans la rue.
Je ne passe guère par la rue Montorgueil car je n'ai pas le temps.

Je verrai la fin des Halles, le trou des Halles qui a failli engloutir Saint Eustache.
Je verrai aussi l'arrivée massive des rats dans le quartier.
Ils ne sont pas tous partis à Rungis, certains sont restés parisiens...

J'irai faire connaissance avec le nouveau Forum des Halles dont je ne serai jamais une grande fan.
Je préfère, et de loin, l'église Saint Eustache qui s'enfonce doucement.

Je verrai la construction du Centre Beaubourg et la destruction de tout un quartier dont les gens seront relogés en banlieue.
Ce n'est pas un choix pour de nombreux Parisiens modestes qui n'ont déjà plus les moyens de se loger dans leur ville.

Aujourd'hui la rue Rambuteau a perdu son âme et ses commerces.
Les enseignes comme "À la mère de famille", où le moindre chocolat coûte un bras et n'est pas meilleur qu'ailleurs, ont aujourd'hui pignon sur rue.
Il n'y a plus de vrai charcutier, mais des traiteurs en pagaille.

Lorsque l'Ours était petit, j'achetais ses pyjamas chez Unishop comme toutes les mères du quartier.
Aujourd'hui, Unishop n'existe plus, c'est devenu une boutique sans âme, sûrement une marque de vêtements qui viennent de Chine.

Voilà, Francesca, ce qu'est devenu le quartier Rambuteau.
Tu n'y reconnaîtrais plus rien...
Voilà ce qu'est devenu mon ancien quartier :

paris,rue rambuteau,les halles

Commentaires

C'est exactement la même chose dans mon quartier de Toulouse au bord de la Garonne qui était vivant , pittoresque et animé. Les villes deviennent minérales.

Écrit par : SdL | 30/07/2020

Répondre à ce commentaire

Bonjour Heure-Bleue
je découvre la capitale par tes yeux, moi qui y suis toujours allée occasionnellement (excepté la période où j'y ai travaillé, mais c'était à Villiers)
ça doit te faire mal au coeur, tous ces changements

Bonne journée tout de même!

Écrit par : Ambre | 30/07/2020

Répondre à ce commentaire

Bonjour heure -Bleue, parfois, avec les années, les changements dans les villes sont brusques et nous déroutent tant on s'attache à certains lieux pour leur charme .Le "Quartier de l'Horloge" est le témoin d'une autre époque ...

Écrit par : Jerry OX | 30/07/2020

Répondre à ce commentaire

même dans les petites villes comme la mienne, quand on voit une photo des années 50 ou 60, on a du mal à s'y reconnaître :-)

Écrit par : Adrienne | 30/07/2020

Répondre à ce commentaire

et même quand on se rappelle comment c'était dans les années 80 :-)

Écrit par : Ambre | 30/07/2020

Répondre à ce commentaire

Je comprends ta nostalgie mais tu sais c'est partout pareil, même dans les petites villes et même dans les villages. Avons-nous contribué à ce changement ?
Bisettes

Écrit par : Praline | 30/07/2020

Répondre à ce commentaire

la deuxième vue n'est pas si mal ...

Écrit par : ang/col | 30/07/2020

Répondre à ce commentaire

Alors, vous allez fêter l'annif de petite Merveille aujourd'hui ? Je ne risque pas de l'oublier, comme je n'oublie pas Gaby..Je lui ai envoyé une carte mardi. Pas sûr qu'il l'ait avant qu'on aille le chercher...
Hier, ravi, il m'a souhaité mon anniversaire...Je lui ai dit "demain, tu es content, c'est le tien ?" "oui, oui, je suis trop, trop content". Son père m'a dit "quand arrive ton anniversaire, il piaffe d'impatience, car il sait que le lendemain, ce sera son tour"...

Écrit par : julie | 31/07/2020

Répondre à ce commentaire

Je verrai aussi l'arrivée massive des rats dans le quartier.
Les vrais ?

Écrit par : julie | 31/07/2020

Répondre à ce commentaire

Merci pour ce reportage, effectivement je ne reconnaitrais pas ce quartier. A lépoque j'avais environ 10 ans, 60 ans après j'ai très peu de souvenirs. Joyeux anniversaire à petite soeur. Passez un agréable week end, ici il fait très chaud.

Écrit par : francesca | 31/07/2020

Répondre à ce commentaire

Oui, les changements apportent du bon et du moins bon !
Ici, dans ma campagne, en 10 ans, les champs sont devenus des lotissements, et pas plus de magasin dans le village (zéro), c'est désespérant...
Bon we qui je l'imagine vous permettra d'arroser deux anniversaires.
Profitez en bien.

Écrit par : Fabie | 01/08/2020

Répondre à ce commentaire

Je vois à peu près ce que tu veux dire... j'ai adoré notre journée aux Halles, en 1970... le vieux troquet où une extraordinaire sorcière nous a servi un repas merveilleux. Qui valait son pesant d'or... et puis il y a toute la description du quartier par Hélène de Monferrand dans Ne tirez pas sur la violoniste... (et elle vit en Champagne).
Ici c'est un autre style. La rue Wayez, d'honnête rue bruxelloise, est occupée par des bazars orientaux où acheter son sac de migrant... avant d'aller dans un gîte... mais en plus on est limité à 1/2 heure chrono pour faire nos courses, ce qui rend impossible le choix d'un pantalon ET d'un soutien gorge... Enfin, ailleurs que rue Wayez bien sûr.

Écrit par : Pivoine | 01/08/2020

Répondre à ce commentaire

C’était en quelle année ton arrivée ?
Bon dimanche en famille demain !

Écrit par : Anita | 01/08/2020

Répondre à ce commentaire

un jour robert avait eu envie d retourner voir son ancien quartier....il en est revenu dégouté...il s'était perdu avec les sens interdits!

Écrit par : emiliacelina | 01/08/2020

Répondre à ce commentaire

Les villes métamorphosent si vite
Jolies tes photos
Bon mois d'août

Écrit par : Golondrina63Auv | 02/08/2020

Répondre à ce commentaire

Au bourg aussi, tout à changé. Et de nombreux commerces ont disparu.

Écrit par : Berthoise | 02/08/2020

Répondre à ce commentaire

Je vois très bien la différence. Des années 60 à maintenant, quel changement (trottoirs, devanture des magasins, et surtout des voitures partout). Je vis dans un village devenu petite ville, depuis 1982. Avant j'ai habité 7 ans à Montpellier, puis encore avant 4 ans à Lille. Je suis partie de ma ville de naissance en 1973. (Landrecies entre Maubeuge et Valenciennes). J'espère que tu as passé de belles vacances. Bon week end. Bises.

Écrit par : ELISABETH | 22/08/2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire