Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2019

Quand on partait de bon matin...

vélo.jpg

Quand on partait de bon matin... à bicycleeeette...
Déjà, le matin et moi, nous sommes fâchés.
Ensuite je suis la preuve vivante qu'on peut oublier le vélo !

Le sport ne m'intéresse pas et j'ai toujours eu le nez dans les livres.
J'allais "m'user les yeux" comme disait mon arrière-grand'mère.

Un jour j'ai quand même reçu en cadeau une bicyclette.
Rouge évidemment.
Mon père adorait le vélo et s'endormait en écoutant le tour de France à la radio mais il a tenu à apprendre à sa fille à faire du vélo.

Très vite, j'ai su pédaler dans ma rue.
Et sans les petites roues s'il vous plaît !
Puis j'ai grandi, je suis retournée dans mes livres et cessé pour un temps le vélo.

Beaucoup plus tard, l'Ours est né.
Comme tous les enfants avec des parents "normaux" il a eu un vélo en cadeau.

Comme de nombreux Parisiens, nous sommes allés le dimanche faire du vélo au bois de Boulogne.
Le Goût et l'Ours pédalaient sans effort, tournaient, traversaient les rues et les routes.
Je suivais derrière, enfin j'essayais : Je descendais de bicyclette pour traverser les rues, je descendais de vélo à chaque petite bosse.
J'étais plus souvent à côté de mon vélo que dessus et en fin de promenade, j'étais sur les rotules tandis que les deux autres avaient faim...

La dernière fois que j'ai tenté d'apprivoiser le monstre, nous étions chez des amis dans une maison de campagne.
Ce matin là, en chemise de nuit, je suis montée sur une bicyclette.
J'ai chu.
Ma chemise de nuit s'était prise dans les rayons de l'engin.

Depuis rien.
Ni moto, j'ai peur en moto.
Ni chevaux, j'ai peur aussi.
Alors je grimpe les pentes de la Butte Montmartre, c'est déjà ça...

 

Commentaires

Je te revois effectivement, couchée dans l'herbe à côté du vélo.
S'il n'y avait pas eu du monde autour, tu ne te serais pas relevée si facilement, lumière de mes jours...

Écrit par : le-gout-des-autres | 18/11/2019

Répondre à ce commentaire

Je vois que ton expérience du vélo ressemble à la mienne à s'y méprendre. Je descendais aussi de vélo pour traverser. Sauf dans cette descente d'une départementale, dans le Jura, où je pédalais avec enthousiasme. Je me suis retrouvée dans le décor, avec le vélo plié sur moi et un trou dans le tibia... ah! La jeunesse...

Rouler en chemise de nuit n'est pas mal non plus......

Écrit par : Pivoine | 18/11/2019

Répondre à ce commentaire

Rouler en chemise de nuit ! quelle idée ! en pyjama encore, mais en chemise de nuit ! t'avais quel age à cette époque ?

Écrit par : delia | 18/11/2019

Répondre à ce commentaire

J'étais mère de famille.

Écrit par : heure-bleue | 18/11/2019

L'Ours avait huit ou neuf ans...
Elle était jeune.

Écrit par : le-gout-des-autres | 18/11/2019

heureusement que, je suppose, il y avait une petite culotte sous la chemise de nuit !....

Écrit par : Francelyne | 18/11/2019

J'aurais pu aussi raconter que je n'ai jamais eu de vélo dans mon enfance, parce que l'une de nos petites voisines avait causé involontairement la mort d'un père de famille qui, au volant de son camion, avait tenté de l'éviter et était tombé dans un ravin.
Je n'ai eu de vélo qu'à mes douze ans, une vieille bécane d'occase rapetassée qui était indispensable en ces années d'Occupation.
Je n'aime pas l'effort physique, comme tu l'as compris... même si j'adore aussi me balader à Montmartre,pour moi le plus bel endroit de Paname.

Écrit par : Gwen | 18/11/2019

Répondre à ce commentaire

et tu allais où, comme ça, en robe de nuit à vélo?
ça m'intrigue ;-)

Écrit par : Adrienne | 18/11/2019

Répondre à ce commentaire

On était tous jeunes, nombreux dans une grande maison, ça doit être un pari stupide.

Écrit par : heure-bleue | 18/11/2019

Je n'aime pas le sport, mais enfant j'ai fait beaucoup de vélo. Malgré le fait d'être passée deux fois sous une voiture, une fois à 6 ans et une fois à 8 ans, j'ai continué.
Mais faire du vélo en chemise de nuit… Mais comment ? Mais pourquoi ? Et pour aller où ?

Écrit par : SdL | 18/11/2019

Répondre à ce commentaire

Je vois que tu es fâchée avec le vélo. Depuis une mémorable journée sur l'île de Ré où nous avions entrepris de faire le tour de l'île à vélo et où je me suis enflammée les fesses de belle façon - a-t-on idée de faire du vélo avec un short-cycliste en lycra - je n'ai plus touché à une bicyclette.

Écrit par : Yvanne | 18/11/2019

Répondre à ce commentaire

Le tour de l'ile de ré en vélo ..... mes fesses s'en souviennent encore ....

Écrit par : Francelyne | 18/11/2019

Avant, je faisais du vélo, beaucoup de vélo et j'aimais ça. Une chute assez grave ne m'a pas dissuadé. Par contre, j'ai trop peur du comportement des nouveaux conducteurs automobiles et autres engins agricoles de grande largeur sur les routes de campagne. Du coup, je ne pédale plus. Dommage car c'est bon pour la forme et les formes !
Bon début de semaine à toi

Écrit par : Armelle | 18/11/2019

Répondre à ce commentaire

Je te comprends parfaitement !

Écrit par : Val | 18/11/2019

Répondre à ce commentaire

Il paraît qu'Élise Lucet est sur le coup pour un numéro spécial de « cash investigation » dont le sujet sera : « le scandale des vélos qui ne protègent pas les femmes en chemise de nuit »

Écrit par : alainx | 18/11/2019

Répondre à ce commentaire

Je suis ravie de te lire et de constater que je ne suis pas seule à ne pas aimer le vélo....

Écrit par : tanette2 | 18/11/2019

Répondre à ce commentaire

Tu m'as fait rire ! Je te vois marcher à côté du vélo, autant dire que tu étais plus souvent à côté que dessus, et puis en chemise de nuit ! pfff tu aurais eu une nuisette tu ne serais pas tombée :-)

Écrit par : Praline | 18/11/2019

Répondre à ce commentaire

Écrit par : Berthoise | 18/11/2019

Répondre à ce commentaire

Alors, comme ça, tu chus en chemise de nuit, au petit matin ? mais que diable faisais-tu là en chemise de nuit ? Pour épater les voisins ?
Déjà, le matin et moi, nous sommes fâchés.
Moi aussi, je ne suis pas du matin. Même que je l'ai beaucoup regretté l'été dernier quand arrivaient les grosses chaleurs à 11h, d'autant plus avec un site superb e pour faire du vélo, du plat le long des berges de l'Allier. Mon vélo, c'est mon mari qui l'a pris, ensuite mon fils, ensuite mon petit fils pour en faire avec les uns et les autres. Je regrette beaucoup de ne plus pouvoir en faire, de n'en avoir plus guère les capacités, manquant de souffle et attrapant des crampes..Dire que jeune mère, je partais à travers la campagne avec enfant sur le porte-bagage et autre petit devant, avec pas mal de côtes parce que je n'avais pas le permis..

Écrit par : julie | 18/11/2019

Répondre à ce commentaire

j'ai toujours aimé faire du vélo, mais les conducteurs étant assez indélicats et pratiquant une conduite trop sportive, j'ai eu peur de chuter, j'ai donné mon vélo a un jeune qui travaillait devant chez moi... il a été content pour sa soeur .

Écrit par : Francelyne | 18/11/2019

Répondre à ce commentaire

mon frere a eu un vélo pour son certificat d'études.....j'attends encore le mien ! ...mais plus tard chaque fois que je le pouvais je prenais celui de ma mère. Une fois maiée j'ai eu une mobylette jusqu'à ce que j'obtienne le permis de conduire ...puis je n'ai plus jamais fait de vélo...

Écrit par : emiliacelina | 18/11/2019

Répondre à ce commentaire

Heureusement tu as cessé de sortir en chemise de nuit car, sur la butte dans cette tenue , avec ou sans bicyclette, tu ferais sensation ! La lecture est certes plus enrichissante et moins dangereuse physiquement.

Écrit par : Chinou | 18/11/2019

Répondre à ce commentaire

ha ha ! En chemise de nuit à bicyclette ! Mais tu veux affoler les passants ??

Écrit par : ang/col | 18/11/2019

Répondre à ce commentaire

Evidemment en chemise de nuit !
Nous étions neuf dans la maison !
Même si nous entendions bien tous les neuf, ce n'était pas à ce point là...

Écrit par : le-gout-des-autres | 18/11/2019

Répondre à ce commentaire

ça y est , bouffée de nostalgie , de campagne à vélo et parfois à cheval, ah, à cheval , jeune ado au corps léger , du bonheur

Écrit par : epalobe | 18/11/2019

Répondre à ce commentaire

peur de la moto, peur de l'avion, peur du bateau.
souvent dehors très jeune, luge,vélo, patins à roulettes et même avec l'âge il faut que je marche.
Dans les bois, dans les prairies, écouter le vent, les arbres, vital pour moi.

Écrit par : edith | 18/11/2019

Répondre à ce commentaire

Oh mince, tu aurais pu te faire super mal...
Histoire très émouvante, d'autant qu'elle est vraie.
•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : celestine | 18/11/2019

Répondre à ce commentaire

Toi, soeur dans l'adversité, ce fut la chemise de nuit,
moi ce fut le pantalon.

Tu as quand même beaucoup de dons pour l'écriture concise mais imagée et on apprend quand même pas mal de choses en lisant tes mots.

Je suis plus tombée à pied (ma mère et moi faisions un concours pour celle qui tomberait le + souvent) que de cheval qui a été assez aimable pour me laisser le monter ...

Écrit par : Sophie | 20/11/2019

Répondre à ce commentaire

Mes jupes longues se sont longtemps prises dans les rayons de ma bicyclette (je n'avais pas le droit de dire "vélo" devant mon père) !
J'en ai beaucoup fait jeune, j'allais au collège, puis travailler, puis en boîte sur mon vélo.
Arrivée dans la Drôme, je m'en suis acheté un, le relief m'a vite dissuadée !
Et maintenant, même sur le plat, j'ai peur...

Écrit par : Fabie | 22/11/2019

Répondre à ce commentaire

J ai appris en Beauce sur le vélo de ma mère qu elle avait eu durant la guerre, pas simple lorsque on est enfant
Je déteste en faire car je crains les voitures, les côtes et les descentes....

Écrit par : Martine | 22/11/2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire