Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/08/2019

En sortant de l'école.

jenedoispasecriresurlemetro.jpg

Suis-je une enfant sage ?
Oui sans doute...
Comme je peux être une adulte sage lorsque je suis plongée dans un bouquin comme en ce moment.
Je lis "La fille de la supérette" de Saryaka Murata, une Japonaise.
C'est elle la fille de la supérette, celle qui n'est pas adaptée à la culture de son pays.

Étais-je une enfant adaptée ?
Je ne sais pas mais je me souviens de ce jour de printemps, j'avais alors six ans et j'arrivais avec une copine de ma rue devant mon école.

Le temps était printanier, la circulation nulle, les oiseaux chantaient et le square des Batignolles n'était pas trop loin...
Alors nous ne sommes pas rentrées dans l'école, nous avons continué notre route.

Au début c'était bien.
Nous avions la colline aux billes pour nous toutes seules mais pas de billes et ça manquait d'enfants.
Des femmes poussant un landau nous regardaient bizarrement.

Alors, nous sommes reparties...
Nous avons marché dans la rue et je commençais à avoir une drôle de sensation au creux de l'estomac.
Finalement, j'avais envie de retrouver l'école.
Nous sommes arrivées à la récréation et notre arrivée a été saluée comme il se doit par un passage chez la directrice, à lui raconter une histoire invraisemblable inventée sous le coup de l'émotion par une Heure-Bleue qui ne manquait pas d'imagination.

Tout ça suivi par un retour triomphal chez nos parents, tenues par une aile par l'assistante sociale...

La suite, vous pouvez l'imaginer...
Je ne connaissais pas encore "l'école buissonnière" mais encore aujourd'hui, je pense à elle avec tendresse.

Commentaires

Maintenant pour raisons de sécurité tu trouverais portes closes !
L'histoire que tu as racontée devait valoir son pesant d'or. :)

Écrit par : Fabie | 19/08/2019

Répondre à ce commentaire

Carrément... moi, je pense à l'inquiétude rétrospective des enseignants et des parents... j'ai parait il un jour quitté le sacré coeur en douce... quand comment ? La soeur portière ne m'a pas vue et je suis rentrée chez moi. À mi chemin, le policier du quartier, dont la fille était aussi au SC m'a vue et reconduite chez moi et heureusement. Car il y avait une chaussée à traverser... ma mère lui a voué une reconnaissance éternelle.
Faire l'école buissonnière dans une capitale n'est pas évident en revanche, brosser les cours (sécher) quand on est étudiant est très réjouissant.

Écrit par : Pivoine | 19/08/2019

Répondre à ce commentaire

Je ne me lasse pas d'entendre cette histoire.
Même si ça commence à faire un moment que je l'entends.

Écrit par : le-gout-des-autres | 19/08/2019

Répondre à ce commentaire

l'enfant qui fait l'école buissonnière s'ennuie vite, surtout à l'heure de la récré :-)
mais tout de même, à six ans? c'est fort!

Écrit par : Adrienne | 19/08/2019

Répondre à ce commentaire

A 6 ans, tu as fait l'école buissonnière ? A Paris ? Finalement, tu auras mérité ta punition. Mais, va donc coller 100 lignes à quelqu'un qui commençait tout juste à écrire ! Le coin, je suppose, non ! ou une baffe..

Écrit par : julie | 19/08/2019

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas été punie, à l'époque je ne connaissais même pas l'expression "Ecole buissonnière" mon père m'a expliqué le concept.

Écrit par : heure-bleue | 19/08/2019

Heure Bleue, ou Fleur Bleue ? C'est certain qu'à 6 ans, c'est difficile de comprendre que c'est O-BLI-GA-TOI-RE d'aller à l'école alors que le printemps nous convie à tout autre distraction et comme distraction il y a plus réjouissant, je comprends tout à fait votre petite escapade.

Écrit par : delia | 19/08/2019

Répondre à ce commentaire

Ce que tu nous racontes là nous montre un côté de ton caractère ; Un brin aventurière courageuse saupoudré de culpabilité pour finir dans l'émotion de la nostalgie. Ton histoire plait à la petite fille trop disciplinée que j'étais et à l'adulte qui regrette maintenant de n'avoir jamais osé faire de p'tites bêtises. Merci pour ce partage .

Écrit par : Chinou | 19/08/2019

Répondre à ce commentaire

jolie histoire! J'imagine la petite fille de six ans!

Écrit par : ang/col | 19/08/2019

Répondre à ce commentaire

Premier jour d'école avant mes 3 ans , je me suis taillée , il y avait un bon km ou plus , avec passage de routes très fréquentées et important passage voies ferrées ; après 500 mètres environ , je me suis sentie un peu seule dans cette situation et l'épicier du coin que nous fréquentions m'a vue en pleurs et m'a ramenée à la maison , sinon je voulais partir avec un monsieur seul toute petite aussi quand nos jeunes tantes étaient un peu débordées par la marmaille ...........

Écrit par : epalobe | 20/08/2019

Répondre à ce commentaire

J'ai fait l'école buissonnière une fois. etant arrivée en retard au collège (je faisais 5 km à pied pour venir), j'ai tourné les talons, sachant que, de toute façon, je serais bloquée à la conciergerie et ne pourrait entrer en classe qu'à la récréation. J'ai erré dans la ville et ai écrit moi-même un billet d'excuse signant de ma mère, en invoquant un prétexte convaincant... et c'est passé sans difficulté !

Écrit par : Gwen | 20/08/2019

Répondre à ce commentaire

Aventureuse si petite ....?

Écrit par : Emiliacelina | 21/08/2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire