Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2017

Mémoires d'une jeune fille rangée

lakevio.jpg

Je suis née à quatre heures du matin, le 9 janvier 1908, dans une chambre aux meubles laqués de blanc, qui donnait sur le boulevard Raspail.
J'étais une jeune fille de bonne famille avec une "intelligence d'homme", c'est mon père qui le disait, lui le banquier qui fit faillite.

A mon époque, les jeunes filles de bonne famille n'allaient pas en fac.
Elles faisaient un beau mariage, élevaient une ribambelle d'enfants et "leur cerveau d'homme" servait à donner des ordres à la cuisinière.

J'ai fait des études de philosophie à l'Institut Catholique et je suis devenue enseignante.
Comme Jean Paul, qui enseigna dans une ville voisine.

J'en fus renvoyée car j'avais des relations amoureuses avec certaines de mes élèves.
Je commençais à écrire.
J'étais une romancière féministe.
Pas "une auteure", l'orthographe n'a pas besoin d'être modifiée, les mentalités oui.
J'ai d'ailleurs écrit "se vouloir libre, c'est aussi vouloir les autres libres".
Avec Gisèle Halimi, je fus à l'origine du manifeste des 343 salopes.
Féministe mais féminine aussi, j'ai aimé des hommes, des femmes.
J'ai aimé Sartre mais le mariage n'était pas pour nous.

Je crois qu'aujourd'hui, je n'aurais pas participé à la curée.
Je n'aurais pas écrit sur les réseaux sociaux, qui semblent plus un vecteur de haine que de sociabilité, le désormais trop fameux "#balancetonporc".

Du haut de la sagesse que donne l'éternité, j'aurais haussé les épaules et déserté ce genre de médium.
J'aurais continué à combattre les inégalités avec mon amie Elisabeth Badinter.
Avec élégance aussi car il faut savoir prendre de la hauteur pour faire changer les mentalités.

Sartre était un homme et, comme beaucoup d'hommes il lui arrivait d'être même coquet.
Un matin, avant de descendre au Flore, il se regarda.
Je vais laisser pousser ma moustache, décida-t-il...

Commentaires

Voilà qui fait revivre ce couple étonnant (as-tu déjà vu les photos de Simone de Beauvoir par son ami américain dans sa salle de bains ???) - Ce sont de très belles photos.

Écrit par : Pivoine | 06/11/2017

Répondre à ce commentaire

Bien joué Simone

Écrit par : mab | 06/11/2017

Répondre à ce commentaire

Un couple mythique, modèle de "liberté" amoureuse et sociale, un couple qui osait défrayer la chronique. A l'heure où les médias ne nous parlent et reparlent -viol- , force est de reconnaître que les amours sulfureuses sont devenues "monnaie courante".

Écrit par : Chinou | 06/11/2017

Répondre à ce commentaire

Viol et amours sulfureuses, c'est quand même pas vraiment pareil...
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | 06/11/2017

Tu chipotes Célestine... tu chipotes !

Bleck

Écrit par : Bleck | 07/11/2017

J'ai bien aimé ton texte, qui a fait revivre la période où je lisais admirativement plus Beauvoir que Sartre...

Une bio courte mais bien évocatrice d'une époque ...

Écrit par : Sophie | 06/11/2017

Répondre à ce commentaire

super ton texte!

Écrit par : Coumarine | 06/11/2017

Répondre à ce commentaire

Ce qui me gênait un peu quand même chez Beauvoir, c'est quand elle fourguait des jeunes étudiantes pour son Sartre... Maintenant, on appelle cela pratiquer le Polyamour, mais l'époque est différente, et ceux qui le font le font en pleine connaissance de cause.

Mais cela n'a rien à voir avec ton texte, bien sûr o:)))

Écrit par : Pivoine | 06/11/2017

Répondre à ce commentaire

Bravo, on retrouve là toute ta connaissance de libraire fort bien écrite.

Écrit par : tanette2 | 06/11/2017

Répondre à ce commentaire

Biographie et mélange d'actualité bien contés.
J'aime beaucoup ce que dit ou écrit Elisabeth Badinter.

Écrit par : Fabie | 06/11/2017

Répondre à ce commentaire

Que j'aurais aimé avoir un compagnon qui aime écrire et lire, avec qui j'aurais aimé partager la même passion ! J'envierais presque le couple Beauvoir-Sartre, ces deux talentueux écrivains. Qui n'a pas rêvé d'avoir un compagnon de la même veine que soi ! Tiens, peut-être un peu un couple qui vous ressemble, HB et ton "goût". Je suis sûre que vous aimez lire les articles de l'autre, que, même, vous en parlez ensemble.
Va donc parler avec un type fermé à la lecture.
Pourquoi je dis ça ? Parce que j'ai voulu hier soir faire lire mon texte à mon mari. J'ai bien vu qu'il s'intéressait plus à la télé allumée devant lui, qu'il n'avait rien compris à la consigne de Lakevio. Parfois, c'en est lassant d'avoir devant soi, un mec hermétique au rêve.
- t'as compris quoi à ce que j'ai écrit que je lui ai demandé ?
- !!!!! Nothing, niet, rien de rien, bouché à l'émeri le mec..
Ah, heureusement que nous nous comprenons, nous les blogueurs qui aimons jongler avec nos modestes mots...sans nous prendre la tête...J'ai aimé lire les différentes versions, où chacun délivre un peu de soi, où les érudits s'en donnent à cœur joie. Je ne sais délivrer qu'un peu de mon vécu, il me faut du réel dans ce que j'écris...J'ai peu lu Simone de Beauvoir, trop éloignée de moi. Moi, c'était plutôt Zola, Hugo, Agatha Christie...Les amours sulfureuses, hors normes, trop éloignées de mon vécu.

Écrit par : julie | 06/11/2017

Répondre à ce commentaire

Julie... C'est pour ça qu'on est là nous les blogueurs...
Blogueuses. Pleins d'intérêt de sympathie et de curiosité...
Amicalement.

Écrit par : Pivoine | 07/11/2017

Es-tu sûre que ce n'est pas Simone qui était à ton clavier hier ?
Pour ma part, j'ai évoqué Jean-Sol de l'Ecume des Jours, que j'ai lu l'année de mes quinze ans. Comment ce livre est-il arrivé entre mes mains ? sans doute par une amie plus âgée qui était très cultivée et qui a fait beaucoup pour me transmettre son goût pour la bonne littérature.

Écrit par : Gwen | 06/11/2017

Répondre à ce commentaire

Bravo Simone ! remarquable !
J'ai toujours aimé Simone alors que Jean-Paul m'agaçait.Il faut dire que j'avais eu un grand coup de blues après avoir lu La Nausée et que j'avais alarmé mes chères bonnes soeurs ! :)

Écrit par : lakevio | 06/11/2017

Répondre à ce commentaire

avec ou sans moustache, Sartre ne me fait pas rêver du tout ;-)
(Camus, par contre... LOL)

Écrit par : Adrienne | 06/11/2017

Répondre à ce commentaire

Turban bas pour la culture ! J'ai lu Simone, mais trop tard, et j'étais du monde ouvrier modeste certif'-sténo-dactylo... Par la suite, j'ai essayé de me culturer, j'ai lu Sartre (heureusement aidé par des explications de prof. de la Fac de lettres que j'ai fréquenté avec l'Université Tous Ages (Art, un peu de philo, littérature, et les Musées. Impossible de combler toutes les lacunes - qui pourrait se vanter de ne pas en avoir - mais j'ai trouvé beaucoup de plaisir à découvrir des chemins, oser ouvrir des portes, déguster une lecture ou un tableau. Et je prends du plaisir à lire ton blog toujours rédigé avec soin, vivant, vrai...

Écrit par : Fruitée Intense | 06/11/2017

Répondre à ce commentaire

pas mal !!! On se croirait à cette époque en lisant ton texte

Écrit par : col/ang | 06/11/2017

Répondre à ce commentaire

La consigne était fort bien choisie et a donné de très beaux textes.
Dont le tien, que j'apprécie beaucoup, même si je pense que l'orthographe a besoin d'être modifiée pour aider les mentalités qui tardent un peu à se modifier... Un besoin de symboles qui marquent un peu les consciences...;-)
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | 06/11/2017

Répondre à ce commentaire

je dirai comme Tanette2. :)

Écrit par : emiliacelina | 06/11/2017

Répondre à ce commentaire

J'adore ! mais Sartre avec une moustache ...... j'aurais eu du mal !!

Écrit par : Colette | 08/11/2017

Répondre à ce commentaire

Très joli texte !

Écrit par : Véro | 12/11/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire