Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/12/2017

Je suis lasse.

politiquement correct,animaux,féminisme

Je suis lasse de la bien-pensance !

J'en ai marre de voir partout des fleurs et des chatons.
J'en ai marre de lire que l'homme exploite les animaux alors que des enfants de huit ans travaillent dans des champs de cotons comme au XIXème siècle.

J'aime tous les animaux même les humains...
Mais je n'hésiterai jamais à sauver l'enfant plutôt que le chat quand le camion arrive.
Et pourtant je les aime les chats.

J'en ai assez, d'autant plus assez que ceux qui donnent des leçons de morale ne sont pas exempts des reproches qu'ils font aux autres et ne sont pas si intègres que ça.

Que celui qui n'a jamais savouré une côte d'agneau me jette la première pierre !
Que celle qui n'a pas jamais été ravie de son rouge à lèvre testé sur des animaux me jette la première pierre !

Hier, en regardant tomber la neige, je suis sûre que vous avez trouvé ça beau.
Avez-vous pensé alors à ceux qui allaient passer la nuit dehors faute d'hébergement ?

C'est facile, bien au chaud chez soi, de porter des jugements lapidaires sur les autres et de ne pas faire l'aumône, même d'un regard, à celui qui tend la main.

Notre époque n'a jamais été aussi dure pour les humains et on s'extasie sur les papillons pendant que les abeilles crèvent !

Drôle d'éthique...

Commentaires

Mais z'enfin, Heure-Bleue, on regarde ce qui est beau, amusant, parce que, et bien parce que la vie est si dure pour nos frères humains, qu'il faut prendre du courage là où on peut pour les aider quand c'est possible, de façon concrète (ou monétaire quand on ne peut faire autrement).

Ne jamais accepter l'inacceptable, et puiser des forces là où on le peut pour aider.

Et se révolter.

Écrit par : Sophie | 01/12/2017

Répondre à ce commentaire

Nous sommes quelques tonnes à adapter notre éthique à notre confort.

Sinon, à la côte d'agneau je préfère la souris...

Bleck

Écrit par : Bleck | 01/12/2017

Répondre à ce commentaire

L'avantage de la côte d'agneau, c'est qu'on peut manger avec les doigts.

Écrit par : le-gout-des-autres | 01/12/2017

Je ne peux qu'être d'accord avec toi.
Mais je m'endors tranquille, je donne et j'aide du mieux que je peux.
Oh bien sûr je ne peux aider toute la misère, mais au moins j'agis.
Je me rappellerai toujours de ce SDF avec lequel je discutais qui m'a dit: je ne demande pas d'argent, je demande juste que l'on me considère comme un être à part entière et non comme un déchet.

Écrit par : edith | 01/12/2017

Répondre à ce commentaire

Je pense que notre époque n’est pas si dure, c’est pour ça qu’on peut s’extasier devant un papillon. Ce n’est pas à toi que je vais parler des moments tragiques de l’humanité!

Écrit par : Zazie | 01/12/2017

Répondre à ce commentaire

Comme Sophie, on peut s'extasier sur la neige et être affolé pour les gens, dont des familles, qui sont sous la neige ! Il est normal d'aider, de réchauffer, payer un café ou offrir une couverture, faire l'aumône mais aussi interpeller les pouvoirs publics, les gouvernements qui comptent un peu trop sur les pékins que nous sommes.

Écrit par : lakevio | 01/12/2017

Répondre à ce commentaire

La culpabilisation...fantastique ressort utilisé par les vraies ordures de ce monde pour nous faire croire qu'on est vaguement responsables de leur mégalomanie, de leur cupidité et de leur folie destructrice...
Quoi qu'on fasse, on va nous dire de toutes façons que c'est pour se donner bonne conscience...
Alors non, je ne me sens pas coupable de m'extasier sur les papillons, les fleurs et les beautés de la nature, la culpabilité morbide j'en ai bouffé toute ma jeunesse avec les curetons. Qui m'ont forcée à me confesser de fautes imaginaires, parce que je ne voyais pas, à huit ans, ce que j'avais pu faire de mal...
Je souris aux gens, je leur parle gentiment, et j'apprécie chaque jour la chance que j'ai d'être vivante, sans vouloir entasser toujours plus, et sans me plaindre de mes petits bobos.
Essayer de ne pas rajouter du négatif, de la violence, de l'amertume au monde, voilà mon but. Je sais, c'est dérisoire...
Bisous et hauts les coeurs !

¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | 01/12/2017

Répondre à ce commentaire

Tout à fait d'accord avec toi Célestine !

Écrit par : ang/col | 01/12/2017

Tiens, tu me culpabiliserais presque de râler parce que ma maison est froide, dure à chauffer, et pourtant le compteur s'affole, tellement même que j'envoie souvent mon mari au garage (à l'extérieur) pour le remettre en route, quand il saute parce que j'ai mis en route en même temps les 5 radiateurs à 1500 watt, le lave vaisselle ou que j'ai mis un chauffage d'appoint en plus..Cette maison est vraiment mal isolée, malgré son double vitrage (je me demande comment c'était avant que nous la prenions)...J'enfile pull sur pull, met des doubles chaussettes, ai l'œil rivé sur mon thermomètre...Dès qu'il approche de 20° (là, 18°) je sauterai presque au plafond, me contrefichant de la douloureuse à qui il va falloir rendre des comptes.
Pour les vêtements en coton, qui c'est qui sont les fautifs en 1er ? Nous tous, qui sommes ravis de trouver des tee-shirts à 5 euros, voir 2 euros. Auchan dit qu'ils ne savaient pas..Ptêtre vrai, va savoir...Tiens, une ex de mon fils, son père était donneur d'ordres pour des grandes marques à bas coût...Il est allé souvent dans ces pays. Tu sais ce qu'ils font là-bas quand ils savent qu'ils vont être inspectés ? Ils mettent tout clean avant, renvoient les enfants chez eux, le temps de l'inspection, et hop, une fois le dos tourné des français, les enfants reviennent. Pas facile de contrôler quand c'est si loin. Si on avait gardé nos usines en France et payer le vrai prix pour un tee-shirt, un pull, et ben, on en serait pas là..Si le profit, si la finance ne dictaient pas leurs lois, on en serait pas là dans nos pays soi-disant développés, et, où pourtant, comme tu dis, des gens dorment encore dans la rue. Et qu'on ne me dise pas que les gens n'ont pas d'argent. Quand il s'agit d'acheter l'Iphone8 ou 10 (fabriqués en chine, mais hors de prix quand même) l'écran plat de 130 pouces, le fric, les gens le trouvent...à crédit...C'est fou ce que tu peux t'acheter à crédit...Et, les enfants, au lieu d'avoir 10 pantalons, 20 pulls, des Nike à 200 euros, les parents feraient bien de les briefer là-dessus...Ce soir, en emmenant ma petite fille à la danse, je lui demanderai combien elle a eu à son devoir "consommer à outrance rend t-il heureux ?"

Écrit par : julie | 01/12/2017

Répondre à ce commentaire

Avez-vous pensé alors à ceux qui allaient passer la nuit dehors faute d'hébergement ...
Ah, si je te racontais ma soirée d'hier soir, où j'ai failli passer la nuit dehors, dans le froid, dans la neige..Ouais, c'est comme je te le dis...Mais, chut, je n'en dirai pas plus..

Écrit par : julie | 01/12/2017

Répondre à ce commentaire

J'aime mon chat, mon chien, je mange des côtes d'agneau, j'ai aimé voir la nature toute blanche ce matin.
J'ai donné un jour, mes gants, à quelqu'un qui faisait la manche devant une grande surface.

La finance, l'avidité des actionnaires conduisent à beaucoup d'inégalité, et nous sommes bien "petits" face à eux...

Écrit par : Fabie | 01/12/2017

Répondre à ce commentaire

Bien évidemment, si je vois un enfant et un chat en danger, je vais tout d’abord m’occuper de l’enfant. Je ne mange quasiment plus de viande car je n’aime pas avaler des antibiotiques quand je n’en ai pas besoin ; et puis je pense en effet aux animaux, à la façon dont ils sont traités, transportés, abattus. Et oui je m’émerveille sur le paysage de neige que j’ai découvert ce matin en ouvrant mes volets. Mais rien de tout cela ne me fait ignorer la détresse humaine. Je pleure souvent en voyant l’atrocité de l’actualité, l’esclavage, les guerres etc… pleurer ne servant à rien je fais de mon mieux et selon mes petits moyens pour aider, apporter ma minuscule participation aux associations humanitaires. Je ne mange plus d’avocat dont la culture nécessite la déforestation de milliers d’hectares au Mexique ou ailleurs et beaucoup d’eau dont ces peuples manquent cruellement. J’évite en général tout ce qui est importé, le quinoa (ça tombe bien, j’aime pas ça) etc.
Mais je comprends ton coup de gueule, j'ai une copine qui adore les animaux mais ignore les humains :-( et ça me gonfle !
Bises.

Écrit par : Praline | 01/12/2017

Répondre à ce commentaire

@praline Pour le Quinoa, faites comme moi, achetez celui produit en Anjou. Je le trouve dans mon super U.

Et les collègues qui prônent l'alimentation bio, leur conduite écolo trop fainéant(es) pour vider les corbeilles de tri sélectifs que j'avais mises en place (une papier et une autre canettes et bouteilles plastiques) ... Une tout venant est restée pleine pendant plus d'un mois.... (Pas de pb pour les remplir mais personne pour les vider.... Je viens de les supprimer les 2 premières et j'attends les réactions.... Désormais, chacun gérera ses ordures.... Ras le bol d'être la bonniche du service...

Écrit par : Nanou | 01/12/2017

oui, cette époque, la notre, est pleine de tics! il ne faut pas hésiter à vermifuger à tout va! Attention toutefois avec les pierres......

Écrit par : alezandro | 01/12/2017

Répondre à ce commentaire

Je suis de l'avis du Goût, rien de mieux que les doigts pour manger les côtes d'agneau... Pour les côtes d'éléphant, c'est plus compliqué...
Je vous souhaite une bonne fin de semaine.
Jean-Jacques'60
Berne le 1er décembre 2017

Écrit par : jeanjacques666 | 01/12/2017

Répondre à ce commentaire

Tu es un sage Jean Jacques six cent soixante six, un grand sage !

Bleck

Écrit par : Bleck | 01/12/2017

Honnit soit qui mal y pense…

Ah ça c’est sûr ! ça fait mal (à la tête) la Bien-Pensence.
En plus, ça pose un problème quand l’humanisme de l’un rentre en conflit direct avec l’humanisme de l’autre…
Comment je m’en sors moi dans la hiérarchie du Bien ? Comment je fais avec des règles en parfaite opposition ? Hein ?
Je suis carnivore et je veux chaque jour ma dose mais pas trop chère, j’ai d’autres bouches à nourrir !
D’un autre côté la cause animale me tient à cœur, les usines concentrationnaires de pièces détachées animales font en sorte d’abattre annuellement 65 milliards de bêtes.
(Au fait, que font-il du sang entre autres : du boudin ?)
Parlons des semences, on ne veut pas d’OGM mais pas non plus de produits phytosanitaires toxiques. Manque de bol, à l’arrivée on a le tout, vaccination obligatoire des enfants en plus au cas où...
Pour les enfants qui travaillent tout là bas, c’est sûr qu’il faudrait boycotter les enseignes ; après, si les enfants meurent de faim parce que les usines auront fermé, nous aurons au moins la conscience propre.
Je suis laïque pratiquante et trouve les catho vachement réac mais attention pas « l’autre » confession sinon, je ferai des amalgames.
C’est comme le « balance ton porc » et sa fille spirituelle « me too » - injonction à moi-même : Ne pas soulever le Voile des « évènements » qui se sont déroulés à Cologne.
Cela donnerait des idées mauvaises d’ostracisme, sans compter tous les horribilis mottum en « isme »
Je dois combattre toutes les inégalités mais sans discriminer « et en même temps ® », j’essaierai de faire comprendre que les différences (origine des inégalités et discriminations) nous enrichissent. !
« De la même façon, une femme doit être fière de son corps et ne pas hésiter à le montrer, mais tout en tenant compte du fait qu’exposer le corps d’une femme est sexiste. Dès lors, toute représentation d’une super-héroïne ouvrira alors les vannes à un déluge de commentaires contradictoires (Wonder Woman, symbole sexiste ou héroïne féministe ?). Vous me suivez encore ? C’est que je n’ai pas été assez inclusivo-intersectionnel, manifestement ».
Parlons pour finir de certaines bloggeuses généralistes déclarées influentes qui ont aussi figurerez-vous des indignations, mais bien sûr à géométrie variable puisqu’elles sont elles aussi soumises à cette schizophrénie effrénée. Et bien elles ont trouvé la parade neutralisant toute idée divergente avec des mots magiques : bienveillance, tolérance, cœur, émotions, sensibilité, etc… etc…
Et moi dans tout cela ? Et bien je vais signer des Pétitions : toutes celles qui se trouvent à portée de clics pour que mon capital bonnes pensées et mon Ethique ne fondent pas comme mes charges sociales, fiscales, taxatives et « impôtatives » dans notre si démocratique Gauloisie répartitive …
Allez, que la santé, la bienveillance, l’Amour et la Mal-Pensence soient avec vous.

Écrit par : Visiteuse | 01/12/2017

Répondre à ce commentaire

Je ne sais pas bien ce qu'est la bien-pensance, la mal-pensance non plus d'ailleurs. Je m'en fous un peu. Je m'en fous même royalement. Je pense ce que je pense, c'est déjà pas mal.

Alors, il me semble que s'interdire de goûter des joies simples comme le ballet des flocons ou celui des papillons ne mettra personne à l'abri d'un danger quel qu'il soit. Depuis que le monde est monde, s'y côtoient la naissance et la mort, la joie et la souffrance, la santé et la maladie, la beauté et le malheur, c'est un jeu cruel et pourtant splendide qui ne connaît pas de trêve et qui durera aussi longtemps que le monde durera.

Au moment où je pianote ces phrases, des gens meurent, des gens tuent, torturent, des gosses crèvent de faim, de peur, de misère, de cancer aussi, des couples se détruisent, des familles se déchirent, des vieux meurent de solitude. En être consciente ne signifie pas me sentir coupable, mais concernée. J'essaie, comme la plupart d'entre nous, de faire ce que je peux, à ma petite échelle. Je n'oublie pas que chaque jour, chaque fois que je mets le pied dehors, je passe forcément à côté d'une souffrance, d'un désespoir que j'ignore. Pourtant globalement l'humanité n'a jamais aussi bien vécu qu'aujourd'hui...

Il m'est arrivé, comme à tout un chacun j'imagine, d'être submergée par une immense fatigue, et de ne plus voir que les maladies du monde. J'essaie de guérir de ce chagrin-là. Je me sais légère et grave, je sais faire la différence entre mes idées et celles qu'on voudrait me faire endosser. Je me sens claire, et je n'en éprouve aucune honte.
:-)

Écrit par : La Baladine | 01/12/2017

Répondre à ce commentaire

Nous vivons actuellement dans un monde qui marche à l'envers, où les interdits se multiplient mais où l'indifférence pour les "sans dents" devient la norme...
Je privilégie le sort d'un enfant à celui d'un animal... et j'aime aussi les côtes d'agneau !

Écrit par : Gwen | 01/12/2017

Répondre à ce commentaire

tu es remontée toi en ce moment !

Écrit par : ang/col | 01/12/2017

Répondre à ce commentaire

...comme ang/col
Pourtantn avec raison tu mets toujours le doigt où ça peut faire mal parfois!

Durant ma vie (notre vie à Robert et moi) nous avons fait beaucoup (vraiment beaucoup) de bien autour de nous de plusieurs façons, empiétant pour cela beaucoup de notre temps, dévouement, partage même si nous n'étions pas vraiment riches imposant même à nos enfants de partager avec pour beaucoup de personnes.... certains nous en remercient encore d'autres nous ont causé beaucoup de peines. C'est la vie, si chacun faisait son possible même à sa petite échelle.........
Maintenant, j'avoue que si je m'émeus toujours devant certaines informations, je suis un peu devenue égoïste car je me sais impuissante pour ces grandes causes !

Écrit par : emiliacelina | 01/12/2017

Répondre à ce commentaire

Oui, je vois ce que tu veux dire, il y a des périodes où cela fait rage sur les réseaux sociaux. A noël, on lutte contre le foie gras, les oies et les canards, enfin, pour les oies et les canards et c'est vrai que le gavage n'est pas très appétissant (et qu'en plus on a du foie gras surgelé hongrois depuis vingt ans), sans penser qu'il y a des personnes absolument seules et sans famille à noël et pour moi, dans l'échelle relative des choses, c'est pire que de manger du foie gras. Mais pas de Hongrie.......................

Écrit par : Pivoine | 02/12/2017

Répondre à ce commentaire

Qui n'aime pas les bêtes n'aiment pas les gens... Il y a des priorités qui devraient être instinctives, naturelles, spontanées et qui rendent gorge devant le matérialisme et le " moi d'abord ". C'est inhérent, hélas, à la nature humaine.
J'aime les gens, les chats, les chiens et...je mange du bœuf et du poulet ( pas plus, je n'aime pas l'agneau ).
Ceci dit, entre certains humains monstrueux et un chat, j'hésiterai...

Écrit par : Sylvie d L | 02/12/2017

Répondre à ce commentaire

Tu es lasse de tout ça et bien moi aussi. Ils me fatiguent tous!

Écrit par : mab | 02/12/2017

Répondre à ce commentaire

Je viens de lire une petite phrase qui m'a remplie de bonheur, pour vous...

Écrit par : Praline | 02/12/2017

Répondre à ce commentaire

C'est animé, ici. Un mot, un seul. Comment vont tes petites filles ? Car charité bien ordonnée commence par soi même. Il y a trois ans, j'ai donné au rayon de la pauvreté. Je me suis même retrouvée deux ans sans aucune couverture sociale. J'ai même du ouvrir un compte Nickel pour ne pas être marginalisée. Je l'ai gardé pour régler mes achats en ligne et me souvenir de ce temps de disette. Nous n'avons eu le droit à rien, aucune aide.... On s'en est sorti, on a eu beaucoup de chance.
Je donne aux banques alimentaires quand elles mènent des actions à la porte du supermarché sans vraiment savoir où ça ira car je reste septique.
Aujourd'hui, je me fais plaisir. Il m'arrive de donner la pièce si le mendiant a quelque chose qui me plait dans sa physionomie ou sa façon de faire la manche.
Je n'ai pas mauvaise conscience de profiter de la vie car elle est courte, trop courte désormais pour perdre mon temps en combat perdu d'avance. Je n'ai pas besoin de grand chose au quotidien alors je gâte mes petits fils pour qu'ils profitent de leur enfance.
Les sujets ne manquent pas pour faire monter la bile. Je les évite. Je fais l'autruche. J'ai mieux à faire comme aller me cuisiner un boudin blanc aux châtaignes et girolles car c'est le premier dimanche de l'Avent et je ne pense pas être une "catho réac" comme lu plus haut. Juste, respecter un peu de nos traditions sinon pourquoi continuer à fêter Noël car c'est une fête religieuse et non une battle de foire commerciale !

Écrit par : Armelle | 03/12/2017

Répondre à ce commentaire

@Armelle :
A toute compréhension utile, le « je » dans mon texte est une autre, en vrai c’est pas moi.
Bref du 2nd degré à minima.

Écrit par : Visiteuse | 03/12/2017

Je partage ce que tu nous dis.
Nous sommes des privilégiés et pourtant nous râlons...
Moi aussi j'en ai ras le bol des personnes qui pleurent sur la souffrance animale (que je n'approuve pas).
Rien n'est plus horrible que la condition des enfants dans notre monde.
Quant à la neige, j'ai pensé comme toi, en plus chez nous la tramontane, vent glacial, souffle comme une folle. Comment s'en protègent ceux qui dorment dehors ?
Quand il fait 4° la température ressentie est de -8°...
Au chaud sous la couette, penser à eux, ne me donne pas bonne conscience, ce serait plutôt le contraire, il faut que je fasse un ou des gestes. Mais lesquels ?
Je viens de lire la note du Goût... Contente pour vous deux de ces moments merveilleux partagés avec les petites filles...

Écrit par : Françoise | 03/12/2017

Répondre à ce commentaire

J'en lis des plus lasses que toi.

Bleck

Écrit par : Bleck | 03/12/2017

Répondre à ce commentaire

pinaise ton article et les coms que j'ai lu viennent de me saper le moral !!!! bisous.

Écrit par : Tarrah | 04/12/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire