Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2017

Où vont les fleurs.

lakevio.jpg

Voilà...

dictionnaire

pianiste

hortensia

bouée

affreux

mordant

pénible

éclairer


La petite fille ne connaissait pas la pub du dictionnaire Larousse "Je sème à tout vent".
Elle essayait de trouver un hortensia.
C'est pénible pour une pianiste en herbe de devoir se protéger les mains.
Il fallait lui éclairer son chemin pour éviter de rencontrer cet affreux chien.
Elle manquait de mordant sinon elle lui aurait jeté sa bouée à la gueule.

D'ailleurs, elle allait rentrer.
Elle détestait la piscine et elle allait jeter sa bouée.
C'est difficile d'être une petite fille modèle lorsqu'on cache un secret et qu'on a envie de se venger de ses parents.

Le secret ? Elle n'aimait pas le piano...

Elle chercha le sécateur,
Elle voulait couper toutes les roses.
Avec un peu de chance elle se couperait un doigt.

"Je n'entrerai pas au conservatoire, je pourrais retrouver Pierre et jouer au foot" se dit-elle...

Commentaires

Petite fille prodige, petite fille modèle...
Au moins, elle, elle se rebelle !

Écrit par : Fabie | 23/10/2017

Répondre à ce commentaire

Je lui souhaite de pouvoir jouer au foot... Sans se couper un doigt.
J'ai entendu parler d'une petite fille qui décidément préfère jouer au foot qu'aller à la danse...
Ah! Les parents qui veulent bien faire...

Écrit par : Pivoine | 23/10/2017

Répondre à ce commentaire

Quand on est parents on fait des choix pour ses enfants mais il faut assez rapidement être attentif à voir si ces choix leur conviennent.
Bravo pour ta petite fille rebelle mais j'espère qu'elle n'ira pas jusqu'à se couper un doigt !

Écrit par : lakevio | 23/10/2017

Répondre à ce commentaire

Je ne lis guère que des histoires de parents abusifs...
Au moins, la tienne, elle veut jouer au foot !

Écrit par : le-gout-des-autres | 23/10/2017

Répondre à ce commentaire

L'histoire de "ta" petite fille (au fait, Merveille one fait-elle de la musique ?) me fait penser à mes petits enfants, les 3 de ma fille...Dès leur plus jeune âge, ils ont fait de la musique. Le 1er à abandonner a été l'aîné...8 ans de musique pour rien...enfin, quand je dis rien, non, faut pas exagérer, il en restera toujours quelque chose et puis, ils ont de bonne note à l'école en musique, c'est déjà ça...Cette année, les 3 ont tout abandonné. Non pas que ma petite fille number two n'aurait pas aimé continuer, mais, quand je lui ai demandé récemment "au fait, tu fais encore de la musique cette année ?", elle m'a répondu non, parce qu'elle avait échoué 2 fois au concours d'instrument...Faut dire qu'un saxophone pour une gamine, je trouve que c'est un peu lourd..

Écrit par : julie | 23/10/2017

Répondre à ce commentaire

petite fille qui passe du coq à l'âne

Écrit par : col/ang | 23/10/2017

Répondre à ce commentaire

En voilà une qui a du caractère !! mais ce serait dommage de se couper un doigt pour pouvoir s'affirmer :))

Écrit par : Colette | 23/10/2017

Répondre à ce commentaire

Les petites filles pianistes ont vraiment de tristes destins aujourd'hui ! Aller jusqu'à se mutiler, solution radicale... Si ça tombe, ils lui mettraient un instrument à vent à la place.

Écrit par : Véro | 23/10/2017

Répondre à ce commentaire

Moi aussi, on m'a mise au piano quand j'avais 6/7 ans... alors que je voulais dessiner, mais personne n'en tenait compte...
La guerre et l'Occupation m'ont délivrée du clavier, mais j'ai dû attendre d'être en retraite pour me mettre au dessin !
Pas au football !
C'est bien les petites filles "pas modèles"...

Écrit par : Gwen | 23/10/2017

Répondre à ce commentaire

J'aime bien l'idée du texte... Quand tu auras plus de temps et l'esprit plus libre, tu pourras toujours le retravailler. Et de toute façon il y en aura d'autres:-))) moi je trouve bien de participer quand on n'a pas forcément la tête à écrire.
Ça m'est arrivé plus d'une fois!

Écrit par : Pivoine | 23/10/2017

Répondre à ce commentaire

Aïe! Si elle préfère le foot au piano .... j'espère qu'elle échappera au concervatoire!

ATTENTION AU SECATEUR !!!!!!!!!!!!

Écrit par : emiliacelina | 23/10/2017

Répondre à ce commentaire

Splendeur et misères des pauvres petites filles riches...
Bien vu !
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | 24/10/2017

Répondre à ce commentaire

De toute façon c'est toujours de la faute aux parents... vive l'onanisme.

Bleck

Écrit par : Bleck | 24/10/2017

Répondre à ce commentaire

Tiens, pour savoir si vous êtes près les uns des autres avec mon fils...Avez-vous entendu dimanche soir, je crois, des explosions vers minuit ? Mon fils s'était couché vers 23h, fatigué, après le passage de sa copine. Il s'est réveillé en sursaut, en entendant des explosions. Il s'est précipité à sa fenêtre, pensant à un attentat. Il a vu que d'autres voisins en avaient fait autant...
Paraît que c'est une grande marque qui fêtait un évènement avec un feu d'artifice, sans s'occuper du sommeil des parisiens...En plus, un dimanche soir d'octobre. Faut être fada. Certains ont vraiment la culture du sans-gêne.

Écrit par : julie | 24/10/2017

Répondre à ce commentaire

J'attendais le bus 27, avenue des Gobelins (ou rue Gay Lussac, ça se touche) quand j'ai entendu une dame du quartier se plaindre des feux d'artifice. Elle avait cru à un attentat. S'en est suivi un certain nombre de commentaires sur la Maire de Paris, j'ai pas tout suivi car mon bus arrivait, mais il flottait un mécontentement palpable.
Le quartier était sympa, c'est marrant car le 13e et le 5e se touchent, je n'aurais pas cru cela possible. Si j'aimais assez Paris pour avoir envie d'y rester, l'Avenue des Gobelins ou la rue Gay Lussac me plairaient assez.

Écrit par : Aukazou | 24/10/2017

Ben, ce serait quand même plus efficace d'utiliser le sécateur pour couper les cordes du piano.

Écrit par : Visiteuse | 24/10/2017

Répondre à ce commentaire

Avec un peu de chance le conservatoire possèdera une équipe de foot! Non c'est trop bête. j'emprunte le sécateur pour couper!

Écrit par : alezzandro | 24/10/2017

Répondre à ce commentaire

Je me souviens, il y a quelques années, de la tête que faisait un de mes collègue de travail lorsqu'il nous a raconté que son fils voulait faire de la danse. Il était effondré.
Votre texte tranchera la question, par la voie d'un sécateur, sur le sort de parents qui rêvent d'être pianistes.
J'aime votre humour froid et mordant!
Je vous souhaite une bonne semaine.
Jean-Jacques'60
Berne, le 24 octobre 2017

Écrit par : jeanjacques666 | 24/10/2017

Répondre à ce commentaire

Bien raison de s'affirmer, mais le sécateur n'est peut-être pas utile vraiment !!

Tu les as tous placés.... sans rime mais avec raison.

Écrit par : Sophie | 25/10/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire