Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2020

Un jour sans fin.

un jour sans fin,le jour de la marmotte

J'ai l'impression de vivre "en direct live" comme ils disent, "Un jour sans fin".

Confinement, lavage de mains, et ça recommence.
Encore et encore...

Je, tu, elle est confinée et sera confinée demain.

Je n'ai pas peur de sortir pour aller faire le tour du pâté de maisons.
Les passants sont rares et nous marchons au milieu de la rue.

Je commence juste à "flipper ma race" lorsqu'il faut que j'aille au Monoprix.
Les livraisons des uns ou des autres sont très espacées et il manque des produits.

Dans les magasins, tous ou presque portent des masques mais pas nous.
Ils se collent quasiment contre nous.
Ils cherchent le dernier pain de mie qu'ils ne trouvent pas, tout comme nous.

Lorsque je sors, ma cage thoracique s'ouvre à nouveau.

Nous avons deux infirmières dans la famille et je sais qu'à notre âge c'est fichu.
On ne soigne plus et comme on économise les produits qui aident à passer en douceur j'aimerais autant rester vivante et ne pas mourir de faim.

Les enfants vont bien, Merveille a eu les félicitations.
À distance cette fois, c'est la seule différence avec les trimestres précédents.
P'tite Sœur apprend mieux chez elle.
Elle progresse vite, plus vite qu'à l'école.

Aujourd'hui, je vais confiner, je ferai des montées d'escalier à la place de la promenade.

Et, comme Anne Frank, je regarderai mon arbre à la fenêtre de la cuisine...

 

Commentaires

je me demande aussi jusque quand.
Ici les gens on peur, rentrent quand ils me voient passer.
Heureusement, apéro avec les gentils voisins à travers le grillage du jardin.
Échanges de poivre et de miel de Madagascar contre des renseignements informatique pour les devoirs des gosses.
Bref, pas à se plaindre sauf du manque de liberté.
Ici aussi les produits manquent.....

Écrit par : edith | 31/03/2020

Répondre à ce commentaire

Je sors un peu, l'heure autorisée dans le périmètre autorisé. Je respire mieux qu'à mon ancienne adresse et je suis heureuse d'avoir réussi à déménager de justesse.
Alors, je relativise.
Petit Filou a fêté ses 3 ans en comité restreint et on l'a vue en vidéo souffler ses bougies. On l'a appelé via WhatsApp et il nous a montré ses cadeaux. Quand il nous a vu apparaitre, il a dit "oh ! Papy et Mamie !" Il a trouvé ça marrant du haut de ses 3 ans
J'entame une veste assez difficile à coudre. Au moins 3 semaines de boulot à mon rythme. On ne meurt pas de faim car on trouve à peu près tout dans notre périmètre autorisé.
Courage pour ce 15ème jour où nous entamons une 3ème semaine. Ou comment voir le verre à moitié plein...

Écrit par : Armelle | 31/03/2020

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas trop aimé ce film un jour sans fin...Notre situation est juste différente dans les chiffres assenés chaque jour..et encore, on a pas encore ceux des Ehpad..
Quelqu'un vient de me dire que, demain, c'est le 1er avril. Je voulais écrire quelque chose aujourd'hui, je vais donc me réserver pour demain...enfin, si l'envie d'écrire quelque chose de drôle remonte jusqu'à mon cerveau.

Écrit par : Julie | 31/03/2020

Répondre à ce commentaire

Le plus dur en ce moment c'est en effet de passer à travers les grilles. Outre que comme on n'a pas grand chose à faire, on n'a pas forcément la matière pour écrire non plus. On est en flux tendu comme pour les produits nécéssaires à notre survie.

Écrit par : delia | 31/03/2020

Répondre à ce commentaire

C'est quand même invraisemblable que rien ne soit mis en place pour que vos rares magasins soient approvisionnés.
On sait que ce que tu nous dit:

" Nous avons deux infirmières dans la famille et je sais qu'à notre âge c'est fichu.
On ne soigne plus et comme on économise les produits qui aident à passer en douceur"

est vrai, mais le lire fait froid dans le dos !

Écrit par : Fabie | 31/03/2020

Répondre à ce commentaire

Allez, courage ! Je vous souhaite un jour sans faim ;-) !

Écrit par : Passion Culture | 31/03/2020

Répondre à ce commentaire

c'est sûr qu'à nos âges il vaut mieux pas le choper !

Écrit par : ang/col | 31/03/2020

Répondre à ce commentaire

Oui. Le curare se fait rare, c'est le cas de le dire. Aujourd'hui, le préposé à l'information- de l'organisme de crise... a craqué (les journalistes tiennent mieux le cap. Apparemment). Je vais quand même aller dormir... dans mes draps propres... (zut, je vais devoir laver et sécher les précédents).

Écrit par : Pivoine | 01/04/2020

Répondre à ce commentaire

Allez, courage Heure Bleue... bisous doux.

Écrit par : Pivoine | 01/04/2020

Répondre à ce commentaire

Moi aussi j'ai peur mais elle n'évite pas le danger, par contre nous savons comment éviter le danger, du moins le plus possible. Je suis allée en courses avant-hier, j'ai des provisions pour une bonne dizaine de jours.
Mon voisin, charmant au demeurant, à qui je disais (de loin en loin dans nos jardins contigus) que la montagne me manque, m'a suggéré de faire je ne sais plus combien de montées et descentes d'escalier pour arriver à un dénivelé positif de plus de 1 200 mètres. On a bien rigolé, tout le quartier a dû nous entendre.
Courage et plein de bises !

Écrit par : Praline | 01/04/2020

Répondre à ce commentaire

Pourquoi allez-vous faire les courses à deux ?
Double risque, et si en plus tu te sens mal à l'aise dans un magasin ?

Ce matin nous avons eu la livraison Monoprix, j'avais passé la commande il y a une semaine, et j'avais tout, même les oeufs...

Je sors faire ma promenade, seule, comme recommandé (moins de risque de transmission), et comme je ne veux pas aller dans les magasins je commande d'une semaine sur l'autre...

Si tu te sens mal dans les supermarchés, n'y vas pas. Et à plus forte raison n'y allez pas à deux.

Je vous embrasse;-)

Écrit par : Imaginer | 01/04/2020

Répondre à ce commentaire

On "communique" avec notre médecin.
C'est celui qui connaît le mieux notre état et notre niveau de risque.
Il nous a encore confirmé aujourd'hui que si nous respectons les consignes et les distances on ne risquait pas plus n'importe qui de prudent.
Pourquoi ensemble ?
Parce qu'on est collé depuis si longtemps qu'on est comme l'ivrogne et son vélo, l'un ne tient pas debout sans l'autre... ;-)
Et si l'un des deux le chope, l'autre aussi.

On t'embrasse. De loin évidemment. ;-)

Écrit par : le-gout-des-autres | 01/04/2020

Répondre à ce commentaire

Je ne parle pas de l'attraper MAIS de le transmettre....

Écrit par : Imaginer | 01/04/2020

Ton mari qui fait les courses tout seul, il peut te le communiquer et toi lorsque tu reviens de marcher, tu peux lui communiquer.
Pour le transmettre il faut d'abord l'avoir.
Or on ne voit personne.

Écrit par : heure-bleue | 01/04/2020

Répondre à ce commentaire

Romain ne fait pas les courses dans les supermarchés. Nous nous faisons livrer.

Bref, chacun fait à sa façon, on en parlera quand enfin nous pourrons nous voir dès la fin du confinement:-)

Écrit par : Imaginer | 01/04/2020

Si par malheur l'un le transmet à l'autre, il est bien entendu que nous ne sortirons ni l'un ni l'autre pendant 14 à 21 jours...

Écrit par : Imaginer | 01/04/2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire